Caïn est accablé, car l’Eternel a refusé son offrande. Hachem lui dit : « Si tu t’améliores, tu pourras te relever, sinon, le Péché est tapi à ta porte. Il aspire à t’atteindre, mais toi, sache le dominer. » (Beréchit 4, 7)
Le Maguid de Doubno explique ce verset à l’aide de la parabole suivante.


Un colporteur arriva dans une ville, et la chance lui sourit. De porte en porte, sa marchandise lui était arrachée à des prix imbattables, au grand dam de ses concurrents. Ces derniers portèrent plainte auprès du Tribunal de la ville, arguant que la concurrence déloyale de leur confrère leur portait préjudice. Il
vantait ses produits avec brio, et arrivait à convaincre ses interlocuteurs que sa marchandise était de premier choix, alors qu’en fait, elle était défectueuse.
Bien que le Tribunal fût convaincu qu’il s’agissait d’un démarcheur frauduleux, il était toutefois impossible de l’empêcher d’aller et venir dans la ville. La décision des
magistrats fut donc d’imposer trois conditions restrictives au colporteur, et ce, afin de minimiser les
dégâts.
1. Il lui est interdit de pénétrer à l’intérieur des maisons. Il doit se contenter de présenter sa marchandise sur le pas de la porte. Il n’a le droit de pénétrer que s’il y est invité.
2. Il lui est interdit de vanter sa marchandise. Il ne peut que la présenter sans ajouter un mot, et il doit se contenter de répondre à ce qu’on lui demande.
3. En cas de refus de la part de l’acheteur, il doit quitter les lieux
sans engager de discussion pour tenter de convaincre le maître des lieux à acheter.
Les concurrents furent satisfaits de la décision, car ils savaient que dorénavant, seuls les imbéciles tomberaient
dans le piège.
D.ieu a créé le yétser hara – le mauvais penchant, afin qu’il essaie de séduire les gens à transgresser la Volonté divine. Or, le danger est fatal, car le yétser hara est capable de vanter sa marchandise au point de corrompre l’être humain. Pour cela,
Hachem a limité son envergure grace à trois conditions.
« Le Péché est tapi à ta porte » mais il reste à l’extérieur. Il ne pourra pénétrer que s’il est invité à le faire.
« Il aspire à t’atteindre », mais il n’a pas le droit d’engager une conversation. Il nous incombe de ne pas dialoguer avec lui.
« Et toi, sache le dominer ». Si tu refuses d’écouter ses propos, tu peux le chasser et il doit quitter les lieux illico. En partenariat avec Hamodia.fr