Une fois de plus, l’Autorité palestinienne a honoré un terroriste responsable de plusieurs attaques qui ont fait de nombreuses victimes. Cela va, bien évidemment, à l’encontre des beaux discours prononcés par son chef, Mahmoud Abbas, lors de ses déplacements à l’étranger.

Le site Palestinian Media Watch (PMW) qui effectue un travail de recherche remarquable au sein des médias palestiniens, a indiqué que le nom d’une place de la ville arabe de Jénine a été attribué au cerveau du massacre de Maalot, Khaled Nazzal. Il était le secrétaire du Comité central du Front Démocratique de Libération de la Palestine (FDLP) et le commandant de ses forces armées.

Nazzal a planifié l’attaque perpétrée en 1974 dans la localité de Maalot, dans le Nord d’Israël, au cours de laquelle des terroristes ont pénétré dans une école et ont pris une douzaine d’élèves et d’enseignants en otage. Ils ont ensuite assassiné 22 enfants et 4 adultes.  

Ce n’est pas la seule opération criminelle préparée par Nazzal. Il était également responsable de plusieurs autres attentats sanglants contre des civils israéliens, dont le meurtre de quatre otages à Beit Shean et une attaque à la grenade à Jérusalem.

La place du ‘martyr Khaled Nazzal’ a été inaugurée de façon tout à fait officielle en présence de représentants de l’Autorité palestinienne. L’événement s’est déroulé sous les auspices de la municipalité de Jénine.

Claire Dana-Picard