Deux jours après les Etats-Unis, le Guatemala a ouvert mercredi son ambassade à Jérusalem. Les Israéliens, pour saluer cette initiative, ont projeté sur les murailles de la Vieille Ville, mardi soir, les couleurs du drapeau israélien et guatémaltèque.

La cérémonie d’inauguration s’est déroulée en présence du Premier ministre israélien Binyamin Netanyahou et du président du Guatemala Jimmy Morales. Ce dernier a écrit sur sa page Facebook : « En ouvrant son ambassade dans la ville de Jérusalem, le Guatemala prend une décision courageuse et franchit un nouveau pas en faveur de l’union et l’amitié ».

Dans le discours que Netanyahou a prononcé après la cérémonie, il a déclaré qu’il s’agissait d’un ‘grand jour’ pour les deux pays, Israël et le Guatemala. Il a précisé : « Je souhaite la bienvenue à mon ami, le président Jimmy Morales. Le Guatemala était à nos côtés depuis le début et il est encore avec nous aujourd’hui et nous saluons l’ouverture de son ambassade à Jérusalem ».

Le grand rabbin du Guatemala, Yossef Garmon, a accordé à cette occasion une interview au site Kikar Hashabat. Le Rav Garmon, à peine âgé de trente ans, était présent à l’inauguration. Il a posé la Mezouza à l’entrée du bâtiment et a traduit une partie du discours de Jimmy Morales.

Interrogé sur le pays où il exerce ses fonctions depuis trois ans, après le Mexique et la Colombie, il a déclaré : « Aujourd’hui, il y a 1 000 Juifs au Guatemala sur une population totale de 15 millions d’habitants vivant pour la plupart dans la capitale, Guatemala City. La communauté est très sioniste et encourage la Alya. Mais d’un autre côté, comme elle est petite, nous tenons à la préserver ».

Il a ensuite souligné que les liens de l’Amérique Latine avec Israël étaient anciens, rappelant qu’en 1947, lors de l’Assemblée générale des Nations unies, le Guatemala figurait parmi les 33 pays qui avaient voté en faveur de la création de l’Etat d’Israël. « Lorsque le président Morales a annoncé le transfert de l’ambassade à Jérusalem, je n’ai pas été surpris, vu la sympathie des habitants  du Guatemala pour le peuple juif ».

Le Rav Garmon a confié qu’il entretenait d’excellentes relations avec le président et les membres de son gouvernement. Et de préciser : « Je me rends souvent dans les universités pour donner des conférences et je constate bien souvent l’amitié envers les Juifs. Cet attachement provient de la religion chrétienne évangéliste observée par la majorité de la population qui croit à la venue du Mashiah’ lorsque le peuple juif est sur sa terre. Mais ils ne cherchent à inciter les Juifs à renier leur foi. Leurs intentions sont basées sur la Bible. Leurs intérêts sont purs, ils veulent aider le peuple juif. Il est difficile d’expliquer cet amour mais il est facile de le ressentir ».

Claire Dana-Picard