A l’occasion du Yom Hashoah, marqué en cette fin de semaine en Israël, voici l’histoire du Rav Yekoutiel Yehouda Halberstam zts’l, fondateur de la dynastie hassidique de Sanz-Klausenburg, qui a connu les atrocités de la Seconde Guerre mondiale et a réussi, malgré tout, grâce à sa foi immense en D., à reconstruire sa vie et celle de sa communauté après la Tourmente.

Le Rav Yekoutiel Yehouda Halberstam est né en  1905 à Rudnik, en Pologne, dans une famille hassidique. Son arrière-grand-père était le Rabbi Haïm Halberstam de Sanz (le Divré Haïm), l’un des grands leaders du judaïsme orthodoxe polonais.

En 1921, le Rav Halberstam a épousé sa cousine, H’anna Teitelbaum, fille du Rav H’aïm Zvi Teitelbaum, rabbin de Sighet en Roumanie. Le couple a eu 11 enfants. Lorsque les Nazis ont envahi la Roumanie, le Rabbi a été emmené dans un camp mais sa famille est restée quelques temps dans le ghetto de Klausenburg avant d’être déportée et massacrée dans le camp de la mort d’Auschwitz.

Par la suite, le Rabbi lui-même a été envoyé à Auschwitz mais malgré les sévices et les terribles épreuves qu’il a endurés, il a continué à étudier, à prier et à s’efforcer d’observer les mitsvoth. L’un des rescapés du ghetto a raconté que le Rabbi refusait fermement de manger de la nourriture non cachère, et s’appliquait à mettre tous les jours les Tefilin qu’il cachait en encourant un grand danger. Il organisait des offices et évitait de profaner le Shabbat tout en effectuant le travail qui lui était imposé.

Dans un article qui lui a été consacré il y a quelques années, l’auteur a raconté que lorsqu’on demandait au Rabbi comment il était parvenu à surmonter les souffrances infligées par les Nazis, et par-dessus tout la perte de son épouse et de ses onze enfants, il répondait : « J’ai perdu toute ma famille, j’ai tout perdu, mais je n’ai pas perdu D. ».

Au début du mois de Iyar 5705 (1945), l’armée américaine est arrivée et a délivré tous les déportés. Pendant six mois, le Rabbi est resté dans un camp de prisonniers pour enterrer les corps des Juifs dispersés dans tout le secteur et dire Kaddish. Il a également recherché des Juifs qui se cachaient, a aidé des dizaines d’enfants orphelins et fait encore d’autres bonnes actions.

Ensuite, juste après la Shoah, le Rabbi a créé des institutions éducatives religieuses sous le nom ‘Sheérit Hapeleta’ dans des dizaines de camps de ‘personnes déplacées’ et il a continué son œuvre plus tard, pour les rescapés de la Shoah, en Israël et aux Etats-Unis. En outre, il a mis en place un abattoir casher et construit un Mikvé. Il a par ailleurs acquis et distribués des articles religieux tels que des tzitzit, des tefillin et des mezouzot et recueilli des fonds pour aider les couples à se marier.

En août 1947, le Rav Yekoutiel Yehouda Halberstam s’est remarié avec H’aya Neh’ama Ungar. Le couple a eu sept enfants, cinq filles et deux fils.

Installé au départ aux Etats-Unis, il avait l’intention d’aller vivre en Israël. Il a créé le quartier orthodoxe de Kiriat Sanz à Netanya en 1958 et a entrepris de réunir des fonds pour l’ouverture d’institutions religieuses comprenant des écoles pour filles et pour garçons, des Yeshivot, un orphelinat et une maison de retraite.

Le Rabbi est monté en 1960 avec sa famille et s’est établi à Netanya, dirigeant en même temps la communauté sur place et celle de Williamsburg. Il a également fondé des écoles et des Batei Midrash dans d’autres villes d’Israël et en 1968, a créé une autre communauté Sanz dans le New Jersey dont il s’est occupé par la suite, partageant son temps entre Israël et les USA.  Le Rabbi est connu également pour avoir créé l’hôpital Laniado à Netanya.

Le Rav Halberstam est décédé le 9 Tamouz 5754 (juin 1994) à l’âge de 89 ans, et a été enterré à Netanya. Dans son testament, il a réparti la direction de la Hassidout de Sanz-Klausenberg entre ses deux fils. L’aîné, Rav Zvi Elimeleh’ est devenu le Rebbe de Sanz-Klausenburg de Netanya et le cadet, Rav Shmouel David, a été nommé Rebbe de Sanz-Klausenburg de Brooklyn, New York.

Claire Dana-Picard