Une centaine de personnes ont assisté en début de semaine à la commémoration du pogrom de Jedwabne, dans le nord de la Pologne, perpétré en juillet 1941.

Plus de 300 habitants juifs de la localité et de ses environs ont alors été assassinés par des civils polonais. Les victimes ont été brûlées vives dans une grange du village. Un monument a été érigé sur place pour rappeler cet horrible massacre.

Pour la première fois, la cérémonie a été conduite par l’évêque Rafal Markowski, président du Conseil pour le Dialogue interreligieux et du Comité pour le Dialogue avec le Judaïsme. Dans son discours, il a déclaré que ‘l’Eglise catholique priait pour les polonais coupables de ces meurtres et demandait pardon en leur nom’.

Itshak Lewin, dont la famille a été assassinée pendant le pogrom, est venu spécialement d’Israël, comme il le fait chaque année, pour réciter le  Kaddish sur le site.

Un certain nombre de personnalités étaient présentes dont des délégués du gouvernement polonais et des représentants de l’ambassade américaine et de l’ambassade allemande en Pologne.

Un diplomate israélien, Emil Jeżowski, a lu une lettre de l’ambassadrice d’Israël en Pologne Anna Azari. Dans son message, cette dernière a tenu à souligner qu’Israël maintenait des relations amicales avec la Pologne qui affrontait son dur passé et tentait de tirer les leçons de son histoire.

La présidente du conseil de la communauté juive de Varsovie, Anna Chipczyńska, a indiqué quant à elle que ‘la religion juive exigeait de se rappeler et de ne pas oublier’.

Claire Dana-Picard