Le prix Nobel de médecine 2017 a été attribué cette année à trois professeurs américains : Jeffrey C. Hall, Michael W. Young et Michael Rosbash pour leurs travaux sur l’horloge biologique permettant aux êtres vivants de s’adapter aux différents moments de la journée et de la nuit.

Ces trois scientifiques ont été récompensés pour leur découverte des ‘mécanismes moléculaires réglant le cycle circadien’.

L’un des lauréats, Michael Rosbash, est né en 1944 à Kansas City, dans le Missouri, au sein d’une famille juive qui a fui l’Allemagne nazie en 1938.

Quelques années plus tard, ses parents se sont installés dans la région de Boston et son père était Hazan dans la synagogue Ohavei Shalom à Brookline, dans le Massachussetts.

Attiré au départ par les mathématiques, Michael Rosbash s’est ensuite davantage intéressé à la biologie et a passé une année, après l’obtention de son diplôme, à l’Institut de Biologie physico-chimique de Paris.

Il a ensuite passé un doctorat de biophysique à l’Institut de Technologie du Massachusetts. Après trois ans de post-doctorat en génétique à l’Université d’Edimbourg, Michael Rosbash a rejoint la faculté de l’Université de Brandeis en 1974.

Jeffrey C. Hall, 72 ans, a pris sa retraite mais il passe encore le plus clair de son temps à l’université de Brandeis où Michael Rosbash continue d’exercer. Quant à Michael W. Young, 68 ans, il travaille encore à l’université Rockefeller de New York.

Le prix Nobel de physique a été attribué quelques heures plus tard: les lauréats, sont tous de nationalité américaine. Il s’agit de Barry C. Barish, né en 1936, de Kip S. Thorne, né en 1940 et de Rainer Weiss, né en 1932, pour ‘l’observation des ondes gravitationnelles’.

L’un des trois, Rainer Weiss, âgé aujourd’hui de 85 ans, est né dans une famille juive à Berlin. Ses parents, appréhendant le régime nazi en gestation, ont quitté l’Allemagne pour Prague avant d’émigrer aux Etats-Unis. Il a étudié au MIT (Massachussetts Institute of Technology) et après l’avoir quitté pour un an, y est retourné pour y obtenir sa maitrise et son doctorat. Après avoir enseigné à la Tufts University, il a été admis à l’université de Princeton pour un post-doctorat entre 1962 et 1964 avant de rejoindre la faculté du MIT en 1964.

Claire Dana-Picard