Les liens entre Israël et la Norvège ne sont pas des plus chaleureux mais les deux pays entretiennent des relations diplomatiques depuis fort longtemps.

La Norvège a été l’un des premiers pays à avoir reconnu l’Etat d’Israël en février 1949. Israël a une ambassade à Oslo, pour la Norvège et l’Islande, et la Norvège a une ambassade à Tel Aviv et deux consulats à Eilat et à Haïfa.

Mais des incidents surviennent de temps à autre : la semaine dernière, la Norvège a protesté contre l’arraisonnement d’un navire battant pavillon norvégien qui tentait de façon illégale de ‘briser le blocus maritime de la Bande de Gaza’.

Malgré cela, le Premier ministre Binyamin Netanyahou vient de recevoir, en début de semaine, la ministre norvégienne des Affaires étrangères Ine Marie Eriksen Søreide. Leurs discussions ont porté essentiellement sur les rapports bilatéraux entre leurs deux pays et sur les problèmes régionaux.

Au cours de leur entretien, Binyamin Netanyahou et Ine Marie Eriksen Søreide ont évoqué la situation à Gaza et ont parlé du ‘Mécanisme de Reconstruction de Gaza’ (GRM), mis en place dans le cadre d’un accord signé, après l’opération Tsouk Eytan, entre les Nations unies, Israël et l’Autorité palestinienne pour ‘développer un mécanisme de réhabilitation et de supervision de la bande de Gaza’.

Ce projet avait pour but notamment de permettre le transport dans la région de matériaux de construction pour développer des projets publics dans plusieurs secteurs d’activité et d’éviter que des sommes d’argent parviennent au Hamas.

Il a été question également de renforcer la coopération entre les deux pays dans le domaine de la Hi-Tech en mettant l’accent, notamment, sur les systèmes de santé numériques.

Mais d’après l’hebdomadaire Israel Hayom, une partie de leurs discussions aurait été assez orageuse. Au cours de leur tête-à-tête privé, Netanyahou aurait vivement critiqué l’attitude de la Norvège et demandé à son interlocutrice que ‘le gouvernement norvégien cesse de financer des associations qui agissent contre le sionisme et contre l’Etat d’Israël’.

Israël Hayom a ajouté que Netanyahou avait déclaré également ‘qu’il n’était pas légitime qu’un Etat œuvre contre un autre Etat d’une telle façon’. A cela, la ministre norvégienne a répondu ‘qu’il ne s’agissait pas d’activités anti-israéliennes mais d’actions humanitaires’.

En janvier dernier, Ine Marie Eriksen Søreide avait déjà effectué un voyage en Israël et avait rencontré le Premier ministre Netanyahou et le président de l’Etat Ruby Rivlin.  Elle avait alors déclaré que c’était sa première visite officielle dans le pays dans le cadre de ses fonctions. Elle s’était rendue ensuite à Yad Vashem avant d’aller à Ramallah pour des entretiens avec le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Claire Dana-Picard