Le Premier ministre israélien Binyamin Netanyahou poursuit son séjour en Hongrie entamé en début de semaine. Dans le cadre de ce voyage qualifié d’historique, puisqu’il est le premier d’un chef de gouvernement israélien depuis l’instauration des relations diplomatiques entre les deux pays, il a visité jeudi matin le ‘Mémorial des chaussures au bord du Danube’ qui se trouve au centre de Budapest.

Ce mémorial, créé en souvenir des Juifs fusillés et jetés dans le fleuve pendant la Shoah, a été conçu par les artistes Can Togay et Gyula Pauer en 2005. Il est constitué d’une soixantaine de chaussures en métal, scellées sur les rives du Danube, sur une quarantaine de mètres de long. Une plaque y a été apposée avec l’inscription suivante: « A la mémoire des victimes tuées dans le Danube par des miliciens du Parti des Croix fléchées en 1944-1945. Erigé le 16 avril 2005 ».

Après s’être recueilli devant cet hommage rendu aux victimes, Netanyahou y a déposé une pierre provenant du Mont Herzl à Jérusalem.

Le député Israël Eichler, du parti orthodoxe Yaadout Hatora, qui fait partie de la délégation israélienne, a ensuite récité des Tehilim.

Dans son discours, Netanyahou a déclaré que ‘ce lieu exprimait de façon tragique, mais particulièrement aigüe, le changement qui s’était opéré dans le destin des Juifs’. ‘C’est là qu’ils ont été jetés par milliers à la mer, a-t-il rappelé, y compris des enfants ».

Netanyahou a ensuite précisé : « J’ai apporté une pierre du Mont dédié à Herzl, qui est né dans cette ville (Budapest) et a été l’instigateur de la résurrection d’Israël. Cette pierre qui vient de l’Etat d’Israël, placée en souvenir des victimes qui ont péri ici, symbolise la renaissance d’Israël et notre devoir absolu de veiller à ce qu’un tel malheur ne se reproduise plus jamais. C’est le sens réel et le plus profond de l’existence de l’Etat d’Israël ».

Netanyahou a conclu par ces mots touchants: “Je suis fier et ému de me tenir à cet endroit pour prononcer ces paroles avec la profonde conviction de nous représenter tous, vous tous, citoyens de l’Etat d’Israël, membres du peuple juif ».

Claire Dana-Picard