Le Cabinet du Premier ministre israélien a annoncé mardi que grâce aux efforts diplomatiques déployés par Binyamin Netanyahou, l’Union européenne avait décidé de cesser de soutenir financièrement une nouvelle organisation israélienne d’extrême gauche.

Il s’agit du ‘Conseil pour la Défense de la liberté’, qui s’est fixé notamment pour objectif d’assombrir la réputation d’Israël dans le monde. Sa directrice-générale, Kholod Massalha, a déclaré que ‘la question était encore à l’étude’. Quant à l’UE, elle n’aurait pas encore publié de réaction officielle.

Le ‘Conseil pour la Défense de la liberté’, fondé l’an dernier par le Centre I’lam, (Arab Center for media freedom Development and Research), regroupe une vingtaine d’associations civiles juives et arabes dont B’Tselem et Adalah.

Dans l’entourage de Netanyahou, on explique cette démarche par le fait que cette organisation ‘sape le droit d’Israël à l’existence et œuvre pour détruire son image de marque dans le monde’.

Lorsque Netanyahou a appris la décision de l’UE, il s’en est félicité et a ajouté que ‘ce n’était qu’un début’. Il a ensuite précisé : « Nous continuerons à agir avec détermination contre des associations qui font tout pour délégitimer l’Etat d’Israël et cherchent à noircir le nom de l’Etat et de Tsahal à travers le monde ».

Claire Dana-Picard