L’élection des deux nouveaux grands rabbins d’Israël approche. Elle doit avoir lieu le 17 Av prochain et la campagne électorale se présente dans un contexte plutôt tendu, avec des conflits et des déclarations parfois virulentes. Mais quelle est l’importance de cette fonction tant convoitée ?

Le Grand Rabbinat d’Israël a été fondé sous le mandat britannique. A l’époque, il fallait instaurer une autorité suprême pour gérer les nombreuses questions religieuses qui se posaient dans le pays. C’est dans ce contexte qu’a été créé un organisme composé pour les deux-tiers de rabbins et pour le tiers restant de délégués de la population.
 
Cet organisme s’est réuni pour la première fois en février 1921 pour désigner deux grands rabbins, l’un ashkénaze et l’autre séfarade : le Rav Avraham Itshak HaCohen Kook et le Rav Yaakov Meir.
 
Après la naissance de l’Etat, en 1948, des textes ont été votées pour fixer légalement le statut des deux grands rabbins d’Israël. Mais ce n’est qu’en 1980 qu’a été adoptée officiellement la « Loi du Grand Rabbinat d’Israël » comprenant tous les règlements liés à l’élection des grands rabbins, à la durée de leur mandat et à la formation du grand conseil rabbinique.
 
A l’heure actuelle, le processus est le suivant : les deux grands rabbins seront nommés par un collège de 150 électeurs très représentatifs. Il s’agit pour la plupart de rabbins investis de responsabilités importantes, gérant les affaires religieuses de grandes villes ou de conseils régionaux importants. Le corps électoral est également composé de juges rabbiniques, de dirigeants de conseils religieux locaux, de deux ministres choisis par le gouvernement, de cinq députés délégués par la commission de la Knesset et d’une dizaine de personnalités actives au sein des services publics.
 
En ce qui concerne les candidats, ils sont assez nombreux à briguer le poste, ce qui crée bien entendu certaines tensions sur la scène politique en raison du soutien qu’ils ont obtenu au sein des différents partis.
 
Pour le poste de Rishon Letsion, on parle notamment de la candidature du fils du Rav Ovadia Yossef, le Rav Avraham Yossef, rabbin de Holon, ainsi que de celles du Rav Shmouel Eliahou, rabbin de Safed, et du Rav Ratson Aroussi, rabbin de Kiriat Ono. Dernièrement, un nouveau nom a été ajouté sur la liste : celui du Rav Tsion Boron, membre du grand tribunal rabbinique d’Israël.
 
Pour le poste de grand rabbin ashkénaze, les candidats sont les suivants : le Rav David Stav, rabbin de la ville de Shoham, le Rav David Lau, rabbin de Modiin, et le Rav Eliézer Igra, Av Beth Din de Beershéva et rabbin de la localité de Kfar Maïmon. 

On connaît les remous qu’ont suscités certaines candidatures, provoquant des échanges quelque peu acerbes entre les différents camps. Le suspense tire à sa fin. D’ici quelques semaines, l’Etat d’Israël accueillera ses deux nouveaux grands rabbins. 
 
Claire Dana-Picard