Israël ne sera pas poursuivi par la Cour pénale internationale de la Haye pour le raid effectué par Tsahal sur le bateau turc ‘Mavi Marmara’. Les médias en avaient beaucoup parlé à l’époque en portant des accusations insensées contre Israël.

L’affaire remonte au mois de mai 2010. Une flottille turque transportant des activistes pro-palestiniens comptaient se rendre par la mer dans la bande de Gaza en guise de protestation contre le « blocus imposé par Israël sur la région ».

Le navire ayant pénétré dans les eaux territoriales israéliennes, Tsahal était intervenu et avait arraisonné l’embarcation. Lorsque des soldats israéliens sont montés à bord, ils ont été violemment agressés par des passagers et ont dû riposter. Les affrontements ont fait neuf morts parmi les activistes turcs et dix blessés côté israélien.

Finalement, le bateau n’a pas poursuivi sa course mais ces graves incidents ont été relatés par la presse d’une telle façon qu’il a été reproché injustement à Israël d’avoir réagi de façon « disproportionnée ».

Comme on le sait, cette affaire a créé de graves tensions avec la Turquie. Par la suite, à la demande du président Barack Obama, le gouvernement israélien avait présenté ses excuses et accepté même de verser des indemnités aux familles des militants pro-palestiniens morts sur le bateau.

La procureure de la CPI Fatou Bensouda a réexaminé plus de 500 pages de documents et 300 déclarations de passagers avant de confirmer sa précédente décision de ne pas engager de poursuites. Elle a conclu que ‘l’incident n’était pas assez grave pour mériter l’implication du tribunal’.

Mais ne nous leurrons pas pour autant : malgré sa déclaration, Mme Bensouda a souligné : « Ma conclusion reste qu’il y a un motif raisonnable de croire que des crimes de guerre ont été commis par certains membres des Forces de défense israéliennes ».

Claire Dana-Picard