Un autre événement historique important est marqué en Israël le 28 Iyar : il s’agit d’une journée de commémoration en souvenir des 4 000 Juifs d’Ethiopie qui ont perdu la vie pendant leur marche vers Israël ou au cours de leur détention dans un camp de transit au Soudan.

Pour se rappeler ces événements tragiques, il faut revenir aux années 1984-1985, lors du lancement de ‘l’Opération Moshé’, rendue possible grâce à un accord secret conclu entre Israël et le Soudan, pays voisin de l’Ethiopie. Dans le cadre de cet accord, les autorités soudanaises ont permis le transport aérien de nombreux Juifs en direction de Bruxelles, première étape de leur voyage vers Israël.

Après l’arrivée dans le pays de 8 000 Juifs éthiopiens, l’information qui devait rester secrète a été révélée dans les médias et les Soudanais, rompant leurs engagements préalables, ont supprimé les vols en provenance de leur territoire.

Ces mesures ont eu des conséquences catastrophiques : des centaines de Juifs éthiopiens, bloqués dans des camps soudanais, ont succombé à des maladies, des épidémies, à des mauvais traitements ou à la faim et à la soif.

Des milliers d’autres, ignorant la rupture de l’accord, ont poursuivi leur chemin vers le Soudan, conduits par des guides peu scrupuleux qui, bien souvent, les ont abandonnés à leur sort après les avoir dépouillés de tous leurs biens. D’autres guides, encore plus cruels, ont assassiné des réfugiés ou les ont laissé mourir de faim, de maladie ou d’épuisement dans le désert ou dans la montagne.

Pour tous les membres de cette communauté, cette date du 28 Iyar est l’occasion de se souvenir de leurs proches qui ont péri pendant leur périple et n’ont donc pas pu réaliser leur rêve d’atteindre la Terre d’Israël. La cérémonie officielle a débuté à 12h30 au Mont Herzl, à Jérusalem, en présence de personnalités officielles et de représentants des Juifs israéliens originaires d’Ethiopie.

Claire Dana-Picard