La journaliste iranienne Nada Amin, correspondante du site ‘Times in Israël’ en langue perse, a finalement pu atterrir sans encombre jeudi matin en Israël. La jeune femme, qui vivait en Turquie depuis trois ans, risquait l’extradition vers l’Iran et se trouvait en réel danger.

Dimanche dernier, le ministre israélien de l’Intérieur Arieh Dery, leader du parti Shass, sollicité par  l’Association des Journalistes de Jérusalem et l’Association nationale des Journalistes, avait annoncé qu’il accédait à la demande de la jeune femme et acceptait de lui offrir l’asile dans le pays. Un peu plus tard, les médias annonçaient qu’elle avait été arrêtée en Turquie.

Le site de Haaretz a mentionné les propos tenus par Amin dans une interview accordée la semaine dernière au journal allemand Bild. Elle avait alors déclaré : « Je n’ai rien fait de mal mais des responsables en Turquie m’ont prise pour cible. Je ne peux pas retourner en Iran, je veux juste partir dans un autre pays dans lequel je serai en sûreté ». Elle a précisé ‘qu’elle avait été interrogée à plusieurs reprises par les services de renseignements turcs qui lui avaient annoncé qu’elle serait expulsée immédiatement en Iran’.

Après son arrivée en Israël, Nada Amin a confié ses premières impressions à des confrères d’Israel today. Rappelant qu’elle avait risqué la peine de mort si elle était retournée dans son pays d’origine, elle a ajouté: « Maintenant, je me sens davantage en sécurité. J’étais en danger et Israël m’a sauvée. Je voudrais rester ici pour l’instant mais je respecterai toute décision prise par les autorités ».

Claire Dana-Picard