Le pacte  conclut entre  le Mensonge et la Destruction pour entrer également dans l’Arche de Noé est un midrash très connu que nous explique le ‘Hafets ‘Haim.

Le ‘Hafets ‘Haïm cite le Midrach suivant, relatif au Déluge : « ‘Deux à deux, [les animaux] vinrent vers Noa’h dans l’arche, mâles et femelles’ (Béréchit 7, 9) – le mensonge se présenta alors et pria Noa’h de le laisser entrer dans l’arche. Ce dernier lui dit : ‘Tu ne peux entrer car tu n’as pas de compagnon.’ Le mensonge s’en alla, et sur sa route, il croisa la destruction. Celle-ci lui demanda : ‘D’où viens-tu ?’ Le mensonge répondit : ‘Je reviens de chez Noa’h. Je lui ai demandé d’entrer dans l’arche, mais il me l’a refusé. Il m’a annoncé que je ne pourrais prendre place dans l’arche qu’avec un compagnon. Si tu le souhaites, nous pourrions nous allier tous les deux.’ La destruction répondit : ‘Et que me donneras-tu en échange ?’ Le mensonge dit : ‘Je suis prêt à te céder tout mes gains futurs !’ C’est ainsi que tous deux conclurent un pacte, dont les termes étaient que tout ce que le mensonge gagnerait, la destruction le prendrait. Ils purent ainsi pénétrer dans l’arche.
Lorsqu’ils sortirent de l’arche après le déluge, le mensonge s’en alla produire des gains, et chaque nouveau profit, la destruction le prenait. Un jour, le mensonge alla trouver la destruction et lui demanda : ‘Où sont tous les biens que je t’ai confiés ?’ Elle lui répondit : ‘Est-ce donc en vain que nous avons conclu l’accord que tout ce que tu gagnerais, je le prendrai ?’ Le mensonge ne sut que répondre. C’est à ce sujet qu’il est dit : ‘Il ourdit l’iniquité, il conçoit le mal et enfante le mensonge’ (Téhilim 7, 15) » (Midrach Cho’her Tov).
Selon le ‘Hafets ‘Haïm, il convient de remarquer que cette « alliance » entre le mensonge et la destruction survint précisément pendant la période du Déluge. En effet jusque-là, D.ieu maintenait le monde dans un régime de clémence extrêmement patiente. Pendant les vingt générations qui précédèrent le Déluge, les hommes se volaient, se trompaient et évoluaient dans l’injustice sans que le châtiment divin ne les arrête. Pendant toute cette période, le Créateur avait toujours espoir qu’ils comprennent leurs erreurs et se repentent. Voyant que le mal leur profitait, les hommes continuèrent à suivre cette voie, tant et si bien que « la terre se remplit d’iniquité ».
Mais après le Déluge, D.ieu cessa d’administrer le monde selon ce système. Depuis lors, tout bien acquis par la ruse et le mensonge finirait par être dévoré par la destruction. Ceci explique l’association entre le mensonge et la destruction dans l’arche de Noa’h : depuis le Déluge, ces deux dérives devinrent indissociables. Comme le dit le verset : « Tel est celui qui acquiert l’opulence d’une manière inique, au milieu de ses jours il devra l’abandonner et sa fin sera misérable » (Irmiya 17, 11).
De plus, ajoute le ‘Hafets ‘Haïm, l’argent obtenu par la ruse finira même par perdre les autres biens du menteur, même ceux acquis honnêtement. Ceci apparaît dans le traité Dérekh Erets Zouta : « Si tu prends ce qui ne t’appartient pas, on finira par prendre tout ce qui t’appartient ! »
Ceci nous offre une nouvelle lecture du verset : « Quel est l’homme qui souhaite la vie… » – dans le Monde futur – « …Quel homme aime les longs jours pour goûter le bonheur ? » – déjà dans ce monde-ci – « Préserve ta langue du mal, et tes lèvres de discours corrompus » (Téhilim 34, 13). Autrement dit, lorsqu’un homme use de tromperies pour s’enrichir, il ne connaîtra ni la vie future, ni le bonheur terrestre. Et même si, en un premier temps, il peut connaître la réussite, ses biens finiront par être perdus, car le mensonge et la destruction sont désormais devenus des compagnons inséparables.

Par Chlomo Messica, en partenariat avec Hamodia.fr