Un milliardaire canadien s’intéresserait de près au projet spatial israélien lancé il y a quelques années par trois ingénieurs talentueux et souhaiterait même y participer personnellement.

L’information a été communiquée par le ‘Jewish Press’. SpaceIL* a annoncé ce lundi, précise le site, que Sylvan Adams, qui a conduit cette année en Israël la course cycliste ‘Giro d’Italia Big Start’, s’était associé au programme consistant à faire atterrir le premier vaisseau spatial israélien sur la lune en versant au groupe une contribution de 5 millions de dollars.

C’est au cours d’une visite au centre de l’Industrie aérospatiale d’Israël (IAI) de Yahoud où le robot est en cours d’assemblage, qu’Adams aurait fait part de ses intentions. Il était accompagné du président de SpaceIL Morris Kahn, du directeur général du projet, le Dr Ido Anteby, et de hauts fonctionnaires de l’IAI.

Adams, qui vient de fêter ses 60 ans, a indiqué : « Cette contribution visant à renforcer le programme spatial israélien et à encourager l’éducation vers l’excellence et l’innovation auprès de la jeune génération en Israël, est le plus beau cadeau qu’on pouvait me demander ».

Précisons, dans ce contexte, qu’Adams a rejoint un groupe de donateurs, dont font partie notamment le Dr Miriam et Sheldon Adelson, pour être associé à la mission de SpaceIL, devenue un projet national.

On peut également souligner qu’au mois d’octobre, SpaceIL et l’Agence spatiale israélienne ont annoncé leur collaboration avec la NASA. Cette coopération devrait permettre à SpaceIL d’améliorer sa capacité de suivre son vaisseau spatial avant, pendant et après son atterrissage sur la lune.

*SpaceIL est une organisation à but non lucratif créée en 2011 qui s’est fixé comme objectif de faire atterrir un premier engin spatial israélien sur la lune. Elle a été fondée par trois jeunes ingénieurs, Yariv Bash, Kfir Damari et Yonatan Winetraub, qui ont répondu au défi international lancé par Google Lunar XPrize.

Le groupe SpaceIL est le seul représentant israélien du concours. En se lançant dans cette compétition, ils ont voulu apporter leur contribution à la société israélienne en promouvant l’éducation scientifique et technologique et en encourageant l’innovation scientifique dans le pays.

Si ce projet aboutit comme prévu, Israël deviendra le quatrième Etat du monde à avoir envoyé un engin spatial sur la lune après les Etats-Unis, la Russie et la Chine.

Claire Dana-Picard