Ce sont des chiffres très encourageants : même si la majorité de la population juive israélienne ne se considère pas comme pratiquante, elle continue à observer le commandement de la Brit Mila.

Un sondage a été réalisé pour le grand rabbinat d’Israël avant le congrès des Mohalim, et ses résultats ont été présentés au cours de la Conférence qui a eu lieu en début de semaine. Ils ont révélé que 98 % des Juifs israéliens font circoncire leurs fils. L’enquête a été menée auprès de 501 personnes ayant eu un enfant de sexe masculin au cours des cinq dernières années.

Une donnée très révélatrice: 96 % des parents âgés de moins de trente ans ont indiqué qu’ils n’avaient pas hésité un seul instant, ce qui prouverait, d’après les enquêteurs, que la jeune génération se rapprocherait de la tradition juive.

Mais comment choisissent-ils leur Mohel ? Toujours d’après cette étude, ils accorderaient leur entière confiance aux recommandations du grand rabbinat et à la commission de contrôle qui désigne les Mohalim qualifiés. 63 % des personnes interrogées ont indiqué qu’elles avaient pris contact avec un Mohel de la Rabbanout, 30 % ont préféré prendre un médecin et seule une infime minorité, 6 %, a décidé de faire appel à un Mohel non reconnu par le grand rabbinat.

On constate aussi une satisfaction des parents : 83 % d’entre eux ont décidé de choisir le mohel de leur premier fils pour leur prochain enfant de sexe masculin. Seuls 17 % se sont dits mécontents.

Claire Dana-Picard