La nouvelle ambassadrice d’Israël au Caire, Amira Oron, nommée en octobre dernier, a été reçue dans l’après-midi par le grand rabbin séfarade d’Israël, Rav Itshak Yossef, pour recevoir sa bénédiction avant de prendre ses fonctions.

Au cours de cette visite, le Rav Yossef a demandé à son interlocutrice d’intervenir auprès des autorités égyptiennes pour que celles-ci renouvellent le permis accordé aux Juifs d’aller se recueillir sur la tombe du Rav Yaakov Abouhatsira (1806-1880) qui est enterré à Damanhour.

Le Rav Yossef a rappelé à la diplomate que son père, Rav Ovadia Yossef zts’l, en poste en Egypte entre 1947 et 1950, avait pu à l’époque se rendre sur le site et a ajouté qu’il considérait comme très important que cette autorisation soit renouvelée.

Amira Oron a répondu qu’elle mettrait tout en œuvre pour que cette demande soit satisfaite. Dans l’entourage du Rav Yossef, on a souligné que l’ambassadrice, dont la famille est issue d’Egypte, connaissait bien l’histoire de ce pays et qu’elle avait donc à cœur de remplir sa mission en œuvrant notamment à la préservation du patrimoine juif au Caire, à Alexandrie, et dans d’autres endroits.

Le Rav Yaakov Abouhatsira, rabbin de Tafilalet et grand père du Baba Saleh, était l’une des grandes figures rabbiniques du Maroc. Il était cabaliste, décisionnaire, commentateur biblique, et auteur de plusieurs ouvrages dont le Abir Yaakov.

Le Rav Abouhatsira rêvait de s’installer en Eretz Israel mais sa communauté ne le laissait pas partir. Après avoir tenté à cinq reprises de s’en aller, il a finalement entrepris son voyage en 1879, traversant l’Algérie, la Tunisie, la Lybie et l’Egypte. Arrivé à Alexandrie, il a séjourné pendant une brève période dans la ville avant se rendre dans la cité voisine de Damanhour. Mais il est soudain tombé gravement malade et est décédé le 20 Teveth 5640.

Claire Dana-Picard