Dans les foyers juifs, à l’approche de la fête de Pessah, on s’active en ce moment pour nettoyer la maison et la débarrasser de toute trace de Hametz.

Au Kotel également, une opération a été lancée, comme on le fait toujours deux fois l’an, avant Pessah et avant Roch Hachana, afin de retirer tous les papiers qui ont été glissés entre les pierres ces derniers mois par les nombreux fidèles venus prier devant le Mur.  Bien évidemment, personne n’a le droit de lire les textes qui ont été écrits.

Les messages ont été enlevés par des représentants de la Fondation pour l’Héritage du Mur occidental sous la supervision du Rav Shmouel Rabinowitz, rabbin du Kotel et des Lieux Saints, et ils ont été transférés au cimetière du Mont des Oliviers, Har Hazeitim où ils seront ensevelis avec des livres de Kodesh qui ont été mis à la Gueniza.

Il s’agit d’un travail important étant donné que des millions de notes ont été insérées au cours de l’année par des visiteurs juifs et non-juifs d’Israël et de diaspora. Certains, qui n’ont pas pu se rendre sur place, ont envoyé leur message par l’intermédiaire du site Internet du Kotel, par fax ou par la poste.

La Fondation pour l’Héritage du Mur occidental prépare également la Birkat Cohanim traditionnelle qui a toujours lieu pendant les demi-fêtes (Hol Hamoed) de Pessah et de Souccot.

Claire Dana-Picard