A l’occasion des quatre jours de la Fête musulmane du Sacrifice, Aïd Al-Adha, qui a débuté cette année le 31 août, une délégation du Fatah de Gaza a rendu visite à Umm Ibrahim Al-Dahdouh, mère de trois chefs terroristes de la branche armée du Djihad Islamique palestinien, les Brigades Al Quds, tués dans des bombardements israéliens pendant la seconde Intifada, en 2004 et 2006.

L’information a été communiquée par le site MEMRI (The middle East Media Research Institute) qui a indiqué également que le groupe, conduit par Ahmed Hilas, membre du comité central du Fatah, avait remis à Umm Ibrahim Al-Dahdouh un certificat d’appréciation et l’avait incitée à ‘poursuivre sur la voie des martyrs’. Les délégués auraient également souligné le ‘rôle pionnier que jouait la famille Al-Dahdouh au service de la cause (palestinienne) et de la révolution palestinienne’.

De leur côté, précise encore MEMRI, des membres de la famille Al-Dahdouh ont affirmé ‘qu’ils n’hésiteraient pas à sacrifier ce qui leur était le plus cher pour la Palestine et sa capitale, Jérusalem’. 

Ils ont ensuite remercié chaleureusement Hilas pour ‘son geste estimable exprimant son lien avec la Palestine et sa loyauté envers les martyrs’.

MEMRI a rappelé, en conclusion de son compte-rendu, que ‘l’honneur rendu à la mère de trois membres officiels du Djihad Islamique qui avaient planifié et réalisé des attaques contre Israël prouvait une fois de plus que le Fatah, dirigé par le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, soutenait le terrorisme’. Et d’ajouter : « Ce n’est pas la première fois que le Fatah glorifie des ‘activistes’ de premier plan d’autres factions palestiniennes qui étaient impliqués dans des activités militaires contre Israël ».

Claire Dana-Picard