Une délégation du Congrès Juif Européen (CJE), conduite par son président Moché Kantor et comprenant notamment le président du CRIF Francis Kalifat, a été reçue lundi 20 novembre par le président de la République française Emmanuel Macron.

Au cours de l’entretien, les membres du groupe ont indiqué au président Macron que le CJE s’opposait fermement, et unanimement, à toute rencontre ou discussion avec des représentants de partis d’extrême-droite européens.

Le Dr Kantor a déclaré que par le passé, les Juifs avaient été la cible principale, et qu’aujourd’hui, même si d’autres groupes se trouvaient dans le collimateur, il ne fallait se faire aucune illusion et ne pas oublier que l’antisémitisme occupait toujours une place importante dans leur vision du monde, quels que soient leurs tactiques politiques ou leurs besoins électoraux.

Le Dr Kantor a dit ensuite au président Macron que la communauté juive soutenait pleinement le gouvernement français et le peuple français dans leur lutte contre l’extrémisme et le terrorisme.

Il a ajouté : « Récemment, la France a été attaquée de la façon la plus dure pour les valeurs et les libertés qu’elle défend. Les Juifs ont été la première cible mais il ne fait aucun doute qu’ils cherchent à attaquer tous les citoyens français et les valeurs de la république ».

Le site du CRIF a cité l’intervention de son président Francis Kalifat, indiquant que ce dernier ‘a attiré l’attention du Président de la République sur l’antisionisme, qu’il avait lui-même qualifié de forme renouvelée de l’antisémitisme ». Et de préciser encore que M. Kalifa ‘a notamment demandé au président d’intégrer au dispositif législatif français les textes votés par l’Assemblée européenne sur la définition de l’antisémitisme’.

Claire Dana-Picard