Le Rav Aharon Monsonego, président du tribunal rabbinique marocain et grand rabbin du Maroc, est décédé dans la nuit à l’hôpital Shaarei Tsedek de Jérusalem. Il était âgé de 90 ans.

Cela faisait plusieurs années qu’il vivait en Israël, entouré de ses enfants et de sa famille, qui habitaient dans le quartier de Bayit Vegan et à Modiin Illit. Son état de santé s’était dégradé ces derniers temps et il a été hospitalisé pendant les fêtes de Pessah’ après avoir été victime d’un AVC.

Lundi soir, il a été transporté en urgence à l’hôpital et quelques heures plus tard, les médecins ont été contraints de constater son décès. Le Rav Monsonego, qui a vécu longtemps à Casablanca, a été pendant des années en contact permanent avec le Rav Ovadia Yossef zts’l qu’il consultait notamment pour résoudre des problèmes de Agounot et de Mamzérim.

Le Rav Monsonego a étudié dans sa jeunesse à la Yeshiva d’Aix les Bains et a obtenu son diplôme en France. En 1952, il a été appelé par Itshak Shalom, fondateur d’Ozar Hatorah, pour diriger une école juive à Casablanca qui a accueilli 1 500 élèves. Il a ensuite été très actif au sein de ce réseau éducatif religieux au Maroc et en France.

Le Rav Aharon Monsonego, qui a succédé à son père, Rav Yedidia Monsonego, était en relation régulière avec le roi du Maroc Mohammed VI qui l’invitait souvent au palais royal à Rabat pour des cérémonies officielles.

Le Rav Shlomo Amar, ancien grand rabbin d’Israël et actuel grand rabbin de Jérusalem, a évoqué pour Kikar Hashabat les souvenirs personnels qu’il gardait du Rav Monsonego.

Le Rav Amar a raconté que lorsqu’il était âgé de 12 ans, il étudiait à la Yeshivat Neveh Shalom de Casablanca où le Rav Monsonego occupait les fonctions d’inspecteur. C’est à cette époque que le président égyptien Nasser a effectué une visite officielle au Maroc et il a eu droit à une haie d’honneur lorsqu’il a  traversé les rues de la ville. ‘Nous sommes également sortis de la Yeshiva avec notre Rav pour voir le cortège’, a-t-il ajouté.

« Mais le président égyptien a suscité au Maroc la haine des Juifs. Et pendant Shabbat (Shemot), alors que Nasser s’apprêtait à reprendre l’avion pour rentrer en Egypte, notre yeshiva se trouvant près de l’aéroport, nous sommes sortis nous promener après le repas et nous avons été arrêtés avec notre maître. On nous a mis en prison et on nous a frappés ».

Le Rav Amar a poursuivi son récit en indiquant que plusieurs personnalités étaient intervenues pour qu’ils soient libérés et parmi elles, le Dr Benzaken, médecin du roi, David Amar, président de la communauté juive, et le Rav Monsonego’. Et de préciser ; « Il avait de l’influence dans le pays. Ils nous ont pris dans leur voiture et nous ont ramenés à la Yeshiva ».

Le Rav Amar a rappelé que leur amitié avait démarré à cette époque et que par la suite, le Rav Monsonego était présent lors de ses déplacements au Maroc et en Espagne. ‘C’était un Talmid H’ah’am, descendant d’une famille vénérable, empreint d’une  véritable Yirat Shamayim ».

Les obsèques du Rav Aharon Monsonego se dérouleront mardi après-midi. Le cortège prendra son départ à la maison funéraire Shamgar et se dirigera à 15h30 vers le cimetière du Har Hamenouhot, à Guivat Shaoul, où il sera enterré.

Yehi Zih’ro Barouh’.

Claire Dana-Picard