« Les habitants de Jérusalem fêteront cette année Pourim pendant trois jours. Que signifie cette coutume particulière ? »

Réponse de Jacques Kohn Zal sur le site Techouvot.com :

Il est de règle que les habitants des villes qui étaient entourées d’un mur à l’époque de Josué célèbrent Pourim le 15 adar, au lieu du 14 comme dans les autres endroits.
Cet usage, aujourd’hui, s’applique exclusivement à Jérusalem.
Il est écrit dans la Meguilath Esther (9, 19) que les Juifs qui habitaient dans les villes « ouvertes » ont fait du 14 adar « un jour de festin et de joie ». Il n’est rien spécifié, en revanche, au sujet de ceux qui habitaient dans les villes fortifiées. C’est pourquoi il est prescrit à ceux-ci de célébrer Pourim le 15 adar, ainsi qu’on l’a fait alors à Suse, la capitale du royaume d’Assuérus, laquelle était à cette époque une ville fortifiée (Meguila 2b).
Or, le 15 adar tombe cette année un Chabbath, et les rabbins, pour diverses raisons, n’ont pas voulu que Pourim soit fêté ce jour-là. Aussi l’ont-ils reporté au lendemain, dimanche.
Dans la pratique, les activités liées à Pourim s’étendront cette année à Jérusalem sur quatre jours (Choul‘han ‘aroukh Ora‘h ‘hayim 688, 6):

  1. Jeudi 13 adar : Jeûne d’Esther et, le soir, lecture de la Meguila. Pas de récitation de ‘al ha-nissim.
  2. Vendredi 14 adar : Lecture de la Meguila et dons aux pauvres (matanoth la-évyonim). Pas de récitation de ‘al ha-nissim ni de lecture de la Tora. 
  3. Chabbath 15 adar : Lecture de la sidra de la semaine, ainsi que, dans un second séfèr Tora, de la parachath ‘Amaleq (Chemoth 8, 16). La haftara est la même que celle du Chabbath précédent (parachath Zakhor). C’est d’ailleurs le seul cas où la même haftara est récitée à deux Chabbathoth consécutifs. On récite ‘al ha-nissim dans la ‘amida et dans le birkath ha-mazon.
  4. Dimanche 16 adar : On envoie des cadeaux à ses amis (michloa‘h manoth) et l’on se réunit pour le repas de Pourim (se‘oudath Pourim). Tout comme le vendredi, on ne récite ‘al ha-nissim ni dans la ‘amida ni dans le birkath ha-mazon.
    Certaines personnes ont pour habitude de distribuer à nouveau des dons aux pauvres (matanoth la-évyonim) le dimanche.

Mentionnons que ce Pourim « de trois jours » (Pourim mechoulach) a eu lieu la dernière fois en 5761 (2001), et il n’aura lieu de nouveau qu’en 5768 (2008), puis en 5781 (2021), en 5785 (2025), et en 5805 (2045).

Pour lire l’intégralité de la réponse cliquez ici

Retrouver toutes nos réponses sur Techouvot.com