Après le déluge, Noa’h édifia un autel sur lequel il immola un sacrifice. « L’Éternel aspira la délectable odeur, et Il dit : « Désormais, Je ne maudirai plus la terre à cause de l’homme, car les conceptions du cœur de l’homme sont mauvaises dès son enfance; désormais, Je ne frapperai plus tous les vivants, comme Je l’ai fait. » » (Beréchit 8, 21)

Rachi ajoute que cette répétition constitue un serment, comme expliqué par les sages du Talmud (Chevouot 36a), ainsi qu’il est écrit : « De même que j’ai juré que le déluge de Noa‘h ne désolerait plus la terre… » (Isaïe 54, 9).

Le Maguid de Doubno nous raconte la parabole suivante, afin d’expliquer pourquoi l’Eternel devait-il avoir recours à un serment.
Un riche industriel, installé confortablement dans son bureau, fut importuné en plein travail par un rabbin venu de l’étranger pour collecter une somme nécessaire à un cas très délicat. Il interrompit son activité et écouta avec patience ce que son interlocuteur lui raconta. Le rabbin, muni de recommandations et de documents, parvint à émouvoir le mécène et ce dernier accepta de contribuer à l’aide sollicitée.
Le front du riche s’assombrit soudain, et il annonça au rabbin « Le problème, c’est que ma caissière, c’est mon épouse, et croyez moi, vous n’avez aucune chance qu’elle accepte de vous donner un centime. Elle refuse obstinément de mêler tout sentiment aux affaires. »
Après une courte réflexion, le bienfaiteur sourit avec malice et annonça qu’il avait trouvé une solution. « Je vais vous signer une traite que vous présenterez à la caisse, comme si vous étiez un de nos fournisseurs et vous recevrez ainsi la somme promise. »
La déchéance de l’être humain n’a pas de limites, et il se peut que dans l’avenir, le monde mérite à nouveau de périr, à l’instar de la génération de Noa’h.
La Miséricorde aura beau plaider le pardon, la Justice divine refusera de l’accorder, car la Droiture et l’Equité ne laissent pas de place aux sentiments. Pour éviter ce problème, D.ieu a juré de ne plus détruire le monde, et cette obligation sous serment devra être respectée.

En partenariat avec hamodia.fr