La ministre autrichienne des Affaires étrangères Karin Kneissl a invité Hanan Ashrawi, membre du comité exécutif de l’Olp, au concert du Nouvel An interprété chaque année par l’orchestre philarmonique de Vienne. Cette initiative a suscité à juste titre la colère de la communauté juive du pays.

Kneissl a déclaré que c’était un réel plaisir d’accueillir chez elle la ‘voix palestinienne de la raison’. Mais la communauté juive a affirmé de son côté qu’Ashrawi avait profité de cette visite pour ‘diaboliser Israël’.

Ces protestations étaient totalement justifiées, surtout après l’interview accordée par Ashrawi à un média local dans laquelle elle a tenu des propos mensongers : elle a en effet prétendu qu’Israël était un Etat ‘voyou’ qui ‘asservissait les Palestiniens’. Elle a en outre critiqué la politique du gouvernement autrichien, lui reprochant ses ‘positions pro-israéliennes’.

Le leader de la communauté juive d’Autriche Oskar Deutsch s’est demandé sur sa page Facebook ‘pour quelle raison on donnait une telle plateforme à une ennemie d’Israël ?’. Il a ensuite précisé : « Ashrawi a utilisé son invitation pour diaboliser une fois de plus Israël ».

Il a ensuite rappelé que ‘les Israéliens et les Palestiniens souffraient de ce leadership palestinien’. Et de souligner : « En Israël, tout le monde jouit des mêmes droits : les Musulmans, les Chrétiens, les Juifs, les athées et tous les autres ont le droit d’élire des parlementaires, des juges, etc. ». Il a par ailleurs estimé que ‘ceux qui défendaient les valeurs européennes ne devraient pas inviter des personnes qui haïssaient Israël, comme Hanan Ashrawi, au Concert du Nouvel An’.

De son côté, Ashrawi a remercié la ministre autrichienne pour son ‘amitié et son hospitalité’. Elle a écrit, après le concert, que ‘la musique était une langue universelle et une expérience créative’. Et d’affirmer que ‘l’Autriche et la ‘Palestine’, comme elles, devaient continuer à alimenter cette amitié’.

Claire Dana-Picard