Le Rav Aaron Yehouda Leib Steinmann zts’l, si discret et si pudique de son vivant, donne un nouvel exemple de sobriété et de simplicité après sa disparition.

La pierre tombale qui a été préparée pour la commémoration de ses Chlochim (30e jour), prévue ce mercredi, dans le cimetière de Bné Brak est prête et elle illustre parfaitement la personnalité exceptionnelle, empreinte d’une modestie incroyable, de ce guide spirituel décédé à l’âge de 104 ans, qui a demandé qu’on ne mentionne pas le terme de Tsadik en parlant de lui.

Sur le marbre beige figure donc seulement, en lettres noires, le nom du Rav Steinmann et celui de son père ainsi que la date de son décès, le 24 Kislev 5777.  En dessous, quatre mots : ‘réalisé selon son testament’.

Avant de quitter ce monde, le Rav Steinmann avait pris soin de rédiger un texte dans lequel il donnait des instructions précises sur le déroulement de ses obsèques et du deuil qui les suivrait. Il avait notamment souligné qu’il voulait surtout ‘éviter le moindre dérangement’.

Dans un paragraphe, il avait souligné : « Ma place au cimetière doit être parmi des gens simples ». Et quelques lignes plus loin, il avait spécifié : « Aucun titre ne doit être inscrit sur ma tombe ». Puis il a rappelé ‘qu’il ne fallait pas dépenser trop d’argent pour l’achat de l’emplacement de la tombe qui coûte très cher’.

Claire Dana-Picard