Le Rav Shmouel Yaakov Borenstein zts’l, décédé en début de semaine à l’âge de 71 ans des suites d’une longue maladie, laisse un très grand vide, touchant ses disciples qui le considéraient presque comme leur père, en raison de l’affection profonde qu’il leur portait.

Le Rav et son épouse, Sara Rasya (Kleiner), n’ont pas eu le bonheur d’avoir des enfants.

Parmi ceux qui pleurent sa disparition se trouve le Rav Dov Roth-Lumbroso, qui était très proche de lui, à tel point que le Rav Borenstein s’était déplacé pour son mariage en France et pour la Brit Mila d’un de ses fils.

« C’était un maître très particulier, nous a confié le Rav Roth-Lumbroso, il était très chaleureux, avait un grand cœur et atteignait la perfection dans de nombreux domaines dont celui de l’étude ».

« Il est devenu Rosh Yeshiva sans le soutien d’un père ou d’un grand-père qui auraient occupé la fonction avant lui et l’auraient guidé, nous a-t-il encore précisé. Il a gravi seul les échelons pour devenir une grande sommité respectée, notamment à la Yeshivat Hévron où il a prodigué son enseignement pendant de nombreuses années ». Il était depuis quelques années le Rosh Yeshivat Kiriat Melech du Rav Haim Kaniewski.

Il a écrit des livres très importants et son cours à Hévron était d’une telle profondeur et d’un niveau tellement élevé que peu d’élèves parvenaient réellement à le comprendre dans toutes ses nuances. « Par ailleurs, a indiqué le Rav Roth-Lumbroso, il avait une personnalité extrêmement attachante, se souciant toujours du bien-être de ses élèves et portant sur tous un regard attendrissant. Il était doté d’une très grande sensibilité et était très affectueux ».

Les élèves se souviennent aussi avec émotion de la ferveur ardente, très communicative, avec laquelle il priait, étant souvent Hazan aux offices de Rosh Hashana et de Yom Kippour. Il accordait une grande importance à la force de la Tefila.

Le Rav Roth-Lumbroso a rappelé par ailleurs que le Rav Borenstein avait été malade pendant des années, acceptant ses souffrances sans jamais se plaindre. « Il avait une très grande Nechama et des qualités morales remarquables, a-t-il encore souligné. Il vouait un amour profond à son épouse avec laquelle il formait un couple très uni. La Rabbanit Sara Rasya z’l est décédée il y a quelques années après avoir mené une carrière d’enseignante très réussie au cours de laquelle elle a toujours eu une grande proximité avec ses élèves ».

Le Rav avait épousé en secondes noces la Rabbanit Guefen, nièce du Rav Haim Kaniewski et veuve du Rav Guefen qui avait péri dans un accident tragique.

Yehi Zih’ro Barouh’.

Claire Dana-Picard