L’Institut israélien pour la démocratie et l’institut de Jérusalem de recherches en politique ont présenté les résultats de leur étude sur les tendances du monde orthodoxe d’Israël sur le plan démographique, éducatif, professionnel et dans le domaine des loisirs.

Cette enquête révèle les profonds changements qui se sont opérés ces dernières années au sein de cette communauté en pleine évolution à plus d’un titre. Elle indique notamment qu’un nombre croissant de Juifs orthodoxes s’insèrent au sein de la société israélienne tout en conservant leurs différences culturelles.

C’est ainsi qu’ils sont de plus en plus nombreux à passer leur baccalauréat, à entrer dans le circuit de l’enseignement supérieur et à pénétrer dans le secteur de l’emploi même si sur ce dernier point, cette tendance a quelque peu ralenti. En même temps, on apprend que le fossé est encore grand entre le montant des revenus et des impôts de la population orthodoxe et celui du reste de la société israélienne.

On apprend aussi que le nombre des Juifs orthodoxes a dépassé le million et qu’ils représentent désormais 12 % de la population israélienne. D’après les prévisions démographiques, d’ici 2030, ils pourraient constituer 16 % de la population totale d’Israël. Toutefois, le taux de natalité aurait légèrement baissé ces dernières années, sa moyenne passant de 7,5 à 6,9 (contre 2,4 dans le reste de la population).

Ce sont dans les villes de Jérusalem, de Bné Brak, de Modiin Illit, de Beitar Illit, de Beth Shemesh, de Kiryat Yearim, d’Ashdod et d’El’ad qu’on constate la plus grande concentration de Juifs orthodoxes. En outre, deux villes orthodoxes ont été planifiées et devraient bientôt voir le jour : Kassif et H’arish.

Dans les réseaux éducatifs orthodoxes d’Israël, on compte aujourd’hui près de 300 000 élèves, ce qui correspond à 18 % de l’ensemble des écoliers israéliens. Toutefois, le taux de croissance au sein de cette population serait en baisse ces dernières années.

En ce qui concerne l’enseignement supérieur, on constate que le nombre des étudiants orthodoxes a décuplé ces dix dernières années, passant de 1 000 à 10 800. A l’heure actuelle, on compte 1 500 étudiants orthodoxes obtenant des diplômes universitaires de haut niveau : il s’agit en majorité de femmes (69%) contre 31 % d’hommes.

Claire Dana-Picard