« Pin‘has fils d’El‘azar fils d’Aaron le kohen vit, il se leva du milieu de la communauté, il prit une lance dans sa main […] et il transperça les deux » (Bamidbar 25, 7 et 8).

Pin‘has s’est conformé ici à une halakha selon laquelle, lorsqu’un Juif a publiquement une relation sexuelle avec une non juive, les zélotes peuvent le mettre à mort (Sanhédrin 82a). Cependant, ajoute la Guemara, « cette halakha, on ne l’enseigne pas ». Autrement dit, si quelqu’un demande s’il peut s’y conformer, on ne lui répond pas.Un zélote est en effet quelqu’un qui réagit immédiatement à une situation d’urgence. Ayant été le témoin d’un crime, il y répond aussitôt.Si en revanche, avant de réagir, il court chez un rabbin pour lui demander ce qu’il doit faire, il ne lui sera pas permis de s’opposer par la violence à ce qu’il a constaté. Il n’est pas, en effet, un véritable zélote.
– :- :- :- :- :- :- :-Haftarath parachathBalaq– Se réconcilier avec Hachem
Après avoir tenté en vain de maudire les enfants d’Israël, Bil‘am change de tactique et essaie de les pervertir en les poussant à la corruption morale.
C’est cette corruption morale qui, selon Malbim, relie la haftara à la parachath Balaq. Le prophète Michée commence par rappeler la déchéance d’Israël suivie du pardon octroyé par Hachem : « Mon peuple, souviens-toi, je te prie, du dessein que forma Balaq, roi de Moab, et de ce que Bil‘am, fils de Be‘or, lui répondit, de Chittim jusqu’à Guilgal, afin que vous connaissiez la justice de Hachem » (6, 5).

Vient ensuite comme un dialogue entre Israël et Hachem, où Celui-ci lui montre comment se réconcilier avec Lui : « Avec quoi m’approcherai-je de Hachem, m’inclinerai-je devant le Dieu d’en haut ? M’approcherai-je de Lui avec des holocaustes, avec des veaux âgés d’un an ? 7 Hachem prendra-t-Il plaisir à des milliers de béliers, à des myriades de torrents d’huile ? Donnerai-je mon premier-né pour ma transgression, le fruit de mon ventre pour le péché de mon âme ? » (6, 6 et 7).

Non ! réponde le prophète : « Il t’a déclaré, ô homme, ce qui est bon. Et qu’est-ce que Hachem recherche de ta part, sinon que tu fasses ce qui est droit, que tu aimes la bonté, et que tu marches humblement avec ton Dieu ? » (6, 8).
Hachemrepousserait-Il les offrandes d’Israël comme instruments de la réconciliation ? Le prophète affirme-t-il que la prière et les rites ne sont plus des moyens de combler le fossé qui s’est creusé entre eux ?
La réponse à ces questions est manifestement négative. Ce que veut Hachem, c’est notre « religiosité », mais Il la veut sincère et non mécanique. Il veut que nous fassions le bien, mais de façon désintéressée, Il veut que nos motifs soient purs, et que nous marchions sur le chemin de la vie, dans tous nos actes, avec humilité.

Jacques KOHN zal