Parachat Pin‘has– La législation successorale

Le nom de Tselof‘had, de la tribu de Manassé, est surtout connu en liaison avec ses cinq filles, Ma‘hla, No‘a, ‘Hogla, Milka et Tirtsa, dont l’intervention auprès de Moïse a permis aux filles, en l’absence de descendants mâles, d’hériter de leur père (Bamidbar 26, 33 ; 27, 1 et suivants ; 36, 1 et suivants).
Selon la législation successorale instituée par la Tora, les filles n’héritent pas de leur père. La Tora leur donne cependant un droit de succession en l’absence de frère.

Mais cette faveur va être considérablement minimisée à la fin du livre de Bamidbar (36, 6), puisque les filles aptes à hériter devront obligatoirement épouser un membre de leur tribu.
Précisons cependant que cette restriction n’a eu cours que chez les femmes de cette génération et a été ensuite abolie (Baba Bathra 121a).
 

Diverses règles instituées par les rabbins ont complété cette législation sur les successions :
1. בנין דכריןכתובת  (« Clause des enfants mâles »), destinée à préserver les intérêts des fils de l’épouse décédée avant son mari en présence d’autres fils de celui-ci nés d’une autre épouse (Ketouboth 52b et Choul‘han ‘aroukhEvène Ha‘ézèr 111).
2. עישור נכסים (« Dixième des biens »), incitation faite aux héritiers mâles à offrir aux filles une part de leur héritage (Ketouboth 69a).
3. שטר חצי זכר (« Contrat d’une demi-part de ce qui revient aux mâles »), octroi aux filles par testament établi par le père d’une demi-part d’héritage. Cette institution a été surtout en honneur dans les milieux achkenazes (Voir Rema ad Choul‘han ‘aroukh‘Hochèn michpat 281, 7).

Il reste cependant toujours possible à un père de rétablir, par des dispositions testamentaires, l’égalité entre ses fils et ses filles.

Haftarath parachath Pin‘has– Jérémie prophète prédestiné
 

Le premier chapitre du livre de Jérémie, qui constitue la haftara de la parachath Pin‘has quand elle est lue, comme c’est le cas en cette année 2010, après le 17 tamouz, raconte par le menu le dialogue échangé entre Hachem et le prophète afin qu’il consente à remplir sa mission pour laquelle il avait été désigné dès le sein de sa mère (1, 5).

Cette prédestination en quelque sorte prénatale de Jérémie est unique, et aucun autre prophète biblique n’en a bénéficié. C’est ainsi que l’élection de Moïse, le plus grand d’entre eux, par Hachem a été déterminée par ses vertus ainsi que par la misère dans laquelle étaient plongés en Egypte les enfants d’Israël, et il n’est nulle part question d’un dessein divin qui l’aurait choisi dès sa conception (Chemoth 3, 1 et suivants).
 

Pour Rambam/Maïmonide (Guide des Egarés 2, 32), la particularité de l’élection de Jérémie tient à ce que ce prophète, s’il a hésité à s’engager dans la mission que Hachem avait décidé de lui confier, c’est parce que celle-ci allait faire de lui l’annonciateur des destructions qui s’abattraient bientôt sur Israël.

Ayant constaté cette réticence, Hachem a vu dans la révélation de cette prédestination, qui n’était rien d’autre, somme toute, que celle d’un des Ses secrets, un moyen de le réconforter et de lui faciliter sa difficile mission. Mais c’est bien son éducation et ses qualités personnelles, et non une fatalité inéluctable, qui ont fait de Jérémie ce qu’il a été.

Jacques KOHN zal

Reste des articles

Diplomatie en temps de guerre: est-ce efficace ?

Le Premier ministre israélien Binyamin Netanyahou a accordé dimanche une série d'interviews à des chaines de télévision américaines. De son côté, l'ambassadeur d'Israël à l'Onu Ron Proshor a tenté d'exposer le point de vue de son gouvernement.

Irak: la tombe du prophète Yona détruite par des terroristes du groupe Daesh

La presse mondiale, scandalisée par l'opération de Tsahal à Gaza, ne prête plus aucune attention aux exactions des islamistes du groupe terroriste Daesh, qui sèment la terreur et la désolation en Irak. Leur dernier "exploit": la destruction de la tombe du prophète Yona, dans la ville de Mossoul.

Enquête: Tsahal n'a pas tué de civils dans l'école de l'UNRWA

Tsahal a publié dimanche les résultats de son enquête sur un grave incident relaté la semaine dernière par les médias étrangers. Ces derniers affirmaient que l'armée israélienne avait tué quinze civils dans le bombardement d'une école de l'UNRWA dans la bande de Gaza.

Le mois de Av

Le mois de av est le onzième à partir de tichri, et le cinquième dans l’ordre de la Tora.

On l’appelle aussi, depuis le retour de Babylone, mena‘hem av, car nous espérons voir en ce mois-là la consolation de tous les malheurs qui s’y sont accumulés.

Devarim : Pédagogie du crime

La paracha Dévarim s’ouvre sur ces mots : « Telles sont les paroles que Moché adressa à tout Israël en deçà du Jourdain », (Dévarim 1, 1). Or, dans son commentaire sur la Torah, Rachi écrit : « Etant donné que ce sont des paroles de reproche (tokha’hot) et qu’on énumère ici tous les endroits où les enfants d’Israël ont irrité D.ieu, Moché a dissimulé les faits en les rappelant seulement par simple allusion, par égard pour Israël »…

Deuxième Hazkara du Rav Eliachiv zts’l

Cela fait deux ans que le Rav Eliachiv zts’l a quitté ce monde, laissant un grand vide dans les communautés orthodoxes d’Israël. A l’occasion de l’anniversaire de son décès, ce shabbat, de nombreuses manifestations ont été organisées, dont l’inauguration d’un nouveau Sefer Tora à Jérusalem.

Un attentat déjoué de justesse

À un poste de contrôle situé près des localités de Betar Illit et Tsour Hadassa, au sud de Jérusalem, des gardes-frontières ont intercepté une voiture suspecte qui transportait des charges explosives. 

Nouvelle trêve violée : Tsahal reprend ses opérations

Une fois de plus, la bonne volonté d’Israël se heurte à l'obstination acharnée du Hamas, qui ne respecte pas le cessez-le-feu accepté, à titre humanitaire, par Tsahal.

Paris : Incidents lors de la manifestation pro-palestinienne

La préfecture avait interdit la manifestation pro-palestinienne prévue à Paris ce Shabbat. C’est donc contre l’avis des autorités que de nombreuses personnes sont descendues dans la rue.

Une journée tristement ponctuée par de nombreux enterrements

Depuis le début de l'opération antiterroriste menée par Tsahal dans la bande de Gaza,  43 militaires, officiers et soldats, ont trouvé la mort dans des combats rendus indispensables pour assurer la sécurité de la population israélienne.