Parachat Pin‘has– La législation successorale

Le nom de Tselof‘had, de la tribu de Manassé, est surtout connu en liaison avec ses cinq filles, Ma‘hla, No‘a, ‘Hogla, Milka et Tirtsa, dont l’intervention auprès de Moïse a permis aux filles, en l’absence de descendants mâles, d’hériter de leur père (Bamidbar 26, 33 ; 27, 1 et suivants ; 36, 1 et suivants).
Selon la législation successorale instituée par la Tora, les filles n’héritent pas de leur père. La Tora leur donne cependant un droit de succession en l’absence de frère.

Mais cette faveur va être considérablement minimisée à la fin du livre de Bamidbar (36, 6), puisque les filles aptes à hériter devront obligatoirement épouser un membre de leur tribu.
Précisons cependant que cette restriction n’a eu cours que chez les femmes de cette génération et a été ensuite abolie (Baba Bathra 121a).
 

Diverses règles instituées par les rabbins ont complété cette législation sur les successions :
1. בנין דכריןכתובת  (« Clause des enfants mâles »), destinée à préserver les intérêts des fils de l’épouse décédée avant son mari en présence d’autres fils de celui-ci nés d’une autre épouse (Ketouboth 52b et Choul‘han ‘aroukhEvène Ha‘ézèr 111).
2. עישור נכסים (« Dixième des biens »), incitation faite aux héritiers mâles à offrir aux filles une part de leur héritage (Ketouboth 69a).
3. שטר חצי זכר (« Contrat d’une demi-part de ce qui revient aux mâles »), octroi aux filles par testament établi par le père d’une demi-part d’héritage. Cette institution a été surtout en honneur dans les milieux achkenazes (Voir Rema ad Choul‘han ‘aroukh‘Hochèn michpat 281, 7).

Il reste cependant toujours possible à un père de rétablir, par des dispositions testamentaires, l’égalité entre ses fils et ses filles.

Haftarath parachath Pin‘has– Jérémie prophète prédestiné
 

Le premier chapitre du livre de Jérémie, qui constitue la haftara de la parachath Pin‘has quand elle est lue, comme c’est le cas en cette année 2010, après le 17 tamouz, raconte par le menu le dialogue échangé entre Hachem et le prophète afin qu’il consente à remplir sa mission pour laquelle il avait été désigné dès le sein de sa mère (1, 5).

Cette prédestination en quelque sorte prénatale de Jérémie est unique, et aucun autre prophète biblique n’en a bénéficié. C’est ainsi que l’élection de Moïse, le plus grand d’entre eux, par Hachem a été déterminée par ses vertus ainsi que par la misère dans laquelle étaient plongés en Egypte les enfants d’Israël, et il n’est nulle part question d’un dessein divin qui l’aurait choisi dès sa conception (Chemoth 3, 1 et suivants).
 

Pour Rambam/Maïmonide (Guide des Egarés 2, 32), la particularité de l’élection de Jérémie tient à ce que ce prophète, s’il a hésité à s’engager dans la mission que Hachem avait décidé de lui confier, c’est parce que celle-ci allait faire de lui l’annonciateur des destructions qui s’abattraient bientôt sur Israël.

Ayant constaté cette réticence, Hachem a vu dans la révélation de cette prédestination, qui n’était rien d’autre, somme toute, que celle d’un des Ses secrets, un moyen de le réconforter et de lui faciliter sa difficile mission. Mais c’est bien son éducation et ses qualités personnelles, et non une fatalité inéluctable, qui ont fait de Jérémie ce qu’il a été.

Jacques KOHN zal

Reste des articles

Rav Kaniewski : respecter les lois liées à l’amour du prochain

Un peu plus d’une semaine après le massacre perpétré par deux terroristes dans une synagogue d’Har Nof à Jérusalem, une grande commémoration se tiendra samedi soir (Motsaé Shabbat) à Bné Brak.

VAYETSE : L'univers d'Israël

Au sujet du verset « Et il [Yaacov] prit des pierres de l’endroit et les disposa sous sa tête » (Béréchit, 28, 11), Rachi écrit ceci : « Il les disposa tout autour de sa tête comme une gouttière parce qu’il craignait les bêtes sauvages. Mais aussitôt les pierres se querellèrent : celle-ci disait : ‘C’est sur moi que le juste posera la tête !’ ; l’autre s’exclamait : ‘Non ! Sur moi !’. Le Saint Béni soit-Il fit alors d’elles une seule et même pierre. C’est pourquoi il est dit ensuite : ‘Yaacov se réveilla au petit-matin et souleva la pierre qu’il avait placée sous sa tête…’, (Béréchit, 28, 18) ».

Cours vidéo- Vayetsé : L'exil une nécessité ? par le Rav Dov Roth-Lumbroso

Le Rav Dov Roth-Lumbroso va essayer de nous montrer dans ce cours sur la paracha Vayetsé que la séparation de Lavan et Yaacov est nécessaire et va  conduire à la construction du peuple juif.
On verra ensuite  le rapport avec la sortir d'Egypte et les enseignements que l'on peut en tirer aujourd'hui.

Elections : quelles positions adoptent les partis orthodoxes ?

Un vent d’élections souffle à l’heure actuelle sur Israël et certains hauts responsables du Likoud affirment que Netanyahou souhaite un nouveau scrutin le printemps prochain.

VAYETSE : Fixer un lieu pour la prière

La relation formidable qui se créé par la prière entre l’homme et son Créateur est souvent évoquée dans les écrits de nos Sages.

Tant et si bien qu’ils purent même déclarer : « Pourquoi nos Pères étaient-ils stériles ?
Parce que le Saint Béni soit-Il souhaite ardemment entendre leurs prières »

Parachath VAYETSE : Le départ de Yaacov vers 'Haran

Il semble inutile de mentionner que Ya‘aqov a quitté Beèr-Chéva’ alors qu’on nous a dit qu’il est allé à ‘Haran, explique Rachi. Pourquoi son départ est-il également signalé ?

VAYETSE: Gravir son échelle

Les anges, « qui montaient et descendaient de l’échelle » dans le rêve de Yaacov, évoquent généralement, dans les différents commentaires, cette porte qui relie le Ciel à la Terre. Mais dans l’interprétation qu’en donne le « Ktav Sofer », c’est plus particulièrement « l’échelle » qui est mise en relief.

Dans le Traité ‘Houlin (page 91/b), le Talmud donne à ces « montées et descentes » des anges une interprétation indéniablement cabalistique : « Ils montaient et regardaient le ‘visage’ d’En-Haut, et ils descendaient et le comparaient au visage d’en bas ». Or le visage d’En-Haut, nous révèle Rachi, est celui gravé sur le Trône divin décrit dans la fameuse vision du prophète Ezéchiel (au chapitre 1).

Live vidéo en direct: Shiva des 4 Martyrs avec Rav Steimann et Rav Kaniewsky

Voici un lien pour assister en différé à la soirée de la fin des septs jours de deuil à Har Nof. Le Rav Steinman et le Rav Haim Kaniewsky ont envoyé leurs messagers pour renforcer le Klal israel

cliquez ici 

Le père du policier druze accueilli à Har Nof

Le père de l’officier druze Zidan Sif z’l, tué lors du massacre perpétré par des terroristes dans la synagogue Bnei Tora d’Har Nof, a été accueilli avec chaleur jeudi après-midi, en compagnie de sa famille, par les membres de la communauté.

Attentat déjoué contre le stade Teddy de Jérusalem

Les services de sécurité israéliens viennent d’effectuer une vaste opération contre le Hamas, arrêtant un certain nombre de terroristes qui s’apprêtaient à commettre de nombreux attentats.