Parachat Pin‘has– La législation successorale

Le nom de Tselof‘had, de la tribu de Manassé, est surtout connu en liaison avec ses cinq filles, Ma‘hla, No‘a, ‘Hogla, Milka et Tirtsa, dont l’intervention auprès de Moïse a permis aux filles, en l’absence de descendants mâles, d’hériter de leur père (Bamidbar 26, 33 ; 27, 1 et suivants ; 36, 1 et suivants).
Selon la législation successorale instituée par la Tora, les filles n’héritent pas de leur père. La Tora leur donne cependant un droit de succession en l’absence de frère.

Mais cette faveur va être considérablement minimisée à la fin du livre de Bamidbar (36, 6), puisque les filles aptes à hériter devront obligatoirement épouser un membre de leur tribu.
Précisons cependant que cette restriction n’a eu cours que chez les femmes de cette génération et a été ensuite abolie (Baba Bathra 121a).
 

Diverses règles instituées par les rabbins ont complété cette législation sur les successions :
1. בנין דכריןכתובת  (« Clause des enfants mâles »), destinée à préserver les intérêts des fils de l’épouse décédée avant son mari en présence d’autres fils de celui-ci nés d’une autre épouse (Ketouboth 52b et Choul‘han ‘aroukhEvène Ha‘ézèr 111).
2. עישור נכסים (« Dixième des biens »), incitation faite aux héritiers mâles à offrir aux filles une part de leur héritage (Ketouboth 69a).
3. שטר חצי זכר (« Contrat d’une demi-part de ce qui revient aux mâles »), octroi aux filles par testament établi par le père d’une demi-part d’héritage. Cette institution a été surtout en honneur dans les milieux achkenazes (Voir Rema ad Choul‘han ‘aroukh‘Hochèn michpat 281, 7).

Il reste cependant toujours possible à un père de rétablir, par des dispositions testamentaires, l’égalité entre ses fils et ses filles.

Haftarath parachath Pin‘has– Jérémie prophète prédestiné
 

Le premier chapitre du livre de Jérémie, qui constitue la haftara de la parachath Pin‘has quand elle est lue, comme c’est le cas en cette année 2010, après le 17 tamouz, raconte par le menu le dialogue échangé entre Hachem et le prophète afin qu’il consente à remplir sa mission pour laquelle il avait été désigné dès le sein de sa mère (1, 5).

Cette prédestination en quelque sorte prénatale de Jérémie est unique, et aucun autre prophète biblique n’en a bénéficié. C’est ainsi que l’élection de Moïse, le plus grand d’entre eux, par Hachem a été déterminée par ses vertus ainsi que par la misère dans laquelle étaient plongés en Egypte les enfants d’Israël, et il n’est nulle part question d’un dessein divin qui l’aurait choisi dès sa conception (Chemoth 3, 1 et suivants).
 

Pour Rambam/Maïmonide (Guide des Egarés 2, 32), la particularité de l’élection de Jérémie tient à ce que ce prophète, s’il a hésité à s’engager dans la mission que Hachem avait décidé de lui confier, c’est parce que celle-ci allait faire de lui l’annonciateur des destructions qui s’abattraient bientôt sur Israël.

Ayant constaté cette réticence, Hachem a vu dans la révélation de cette prédestination, qui n’était rien d’autre, somme toute, que celle d’un des Ses secrets, un moyen de le réconforter et de lui faciliter sa difficile mission. Mais c’est bien son éducation et ses qualités personnelles, et non une fatalité inéluctable, qui ont fait de Jérémie ce qu’il a été.

Jacques KOHN zal

Reste des articles

NEW: Cours de Guemara par le Rav Dov Roth-Lumbroso tous les Dimanches à Jérusalem

Le Rav Dov Roth-Lumbroso est heureux de vous inviter à assister à un cours de Guemara tous les dimanches soirs à 20h15 à Ohel Nechama 3 rue Chopin, Jerusalem
Traité Makot Chapitre 1
Ce cours consiste en une étude approfondie avec les commentaires de Rachi et Tossefot, et est destiné à favoriser l'autonomie dans la découverte et l'approfondissement du Talmud.
Pour plus de renseignements 054 44 26 024

Paracha Bechalah : Permission de sortie

" Ce fut, lorsque Pharaon eut renvoyé le peuple [juif], Dieu ne les conduisit pas par le chemin du pays des Philistins qui était proche, car Dieu dit : « De peur que le peuple ne se ravise lorsqu'ils verront la guerre et qu'ils ne retournent en Egypte. " (13, 17)

Lorsque les enfants d'Israël se sont préparés à quitter l'Egypte, indiquent nos Sages, ils en ont d'abord demandé la permission à Pharaon.

Israël : clôture des listes électorales

Après des semaines de tensions et de rebondissements plus ou moins spectaculaires, la présentation des listes pour la prochaine Knesset a été clôturée jeudi soir à 22 heures par la commission électorale.

Immobilier ‘BienEnIsrael’: un accompagnement de A à Z

Yaakov Meppen dirige depuis près de douze ans l’agence immobilière ‘BienEnIsrael’. Il répond à nos questions pour donner des précisions sur les différentes activités de son agence et présenter les avantages de ses nombreux services. Téléphone en France : 01 85 08 40 40

www.bienenisrael.com

Devinette de la semaine : Parachat Bechalah

L’un des versets de la parachath Bechala‘h ( Chemoth 16, 16) contient une particularité. Quelle est-elle ? 
Un autre verset de la Tora présente la même particularité. Lequel ?
Réponse....

Le Tsadik de Yavnéel hospitalisé à New York

Le Rav Eliezer Schik, surnommé le Tsadik de Yavnéel, a été hospitalisé à New York, suscitant l’inquiétude parmi ses nombreux disciples. Son épouse est également malade et son état est qualifié de grave.

Rabbanit Aroush: "Nous reconstruirons notre nid familial"

« D. a donné, D. a repris, que Son Nom soit béni » : c’est en ces termes attestant d’une foi inébranlable que Daniela Aroush a fait ses adieux à sa fille d’un an et demi, Faigeh Hanna z’l, décédée il y a quelques jours dans un accident de la route.

Deux soldats de Tsahal tués dans le Nord

L’attaque revendiquée par le Hezbollah sur un véhicule militaire de Tsahal, mercredi en fin de matinée, a causé la mort de deux soldats israéliens.

Paracha Bechala'h : La manne et chabbat

La manne que consommèrent les Hébreux pendant les quarante années de pérégrination dans le désert était un aliment extraordinaire. Le verset en témoigne lui-même : « Il t’a nourri avec cette manne que tu ne connaissais pas et que n’avaient pas connue tes pères » (Dévarim 8, 3).

Paracha Bechala'h : Embellir les mitsvot

L’un des versets du Cantique de la mer Rouge constitue la source d’une notion halakhique de grande envergure : embellir les mitsvot.