Parachat Pin‘has– La législation successorale

Le nom de Tselof‘had, de la tribu de Manassé, est surtout connu en liaison avec ses cinq filles, Ma‘hla, No‘a, ‘Hogla, Milka et Tirtsa, dont l’intervention auprès de Moïse a permis aux filles, en l’absence de descendants mâles, d’hériter de leur père (Bamidbar 26, 33 ; 27, 1 et suivants ; 36, 1 et suivants).
Selon la législation successorale instituée par la Tora, les filles n’héritent pas de leur père. La Tora leur donne cependant un droit de succession en l’absence de frère.

Mais cette faveur va être considérablement minimisée à la fin du livre de Bamidbar (36, 6), puisque les filles aptes à hériter devront obligatoirement épouser un membre de leur tribu.
Précisons cependant que cette restriction n’a eu cours que chez les femmes de cette génération et a été ensuite abolie (Baba Bathra 121a).
 

Diverses règles instituées par les rabbins ont complété cette législation sur les successions :
1. בנין דכריןכתובת  (« Clause des enfants mâles »), destinée à préserver les intérêts des fils de l’épouse décédée avant son mari en présence d’autres fils de celui-ci nés d’une autre épouse (Ketouboth 52b et Choul‘han ‘aroukhEvène Ha‘ézèr 111).
2. עישור נכסים (« Dixième des biens »), incitation faite aux héritiers mâles à offrir aux filles une part de leur héritage (Ketouboth 69a).
3. שטר חצי זכר (« Contrat d’une demi-part de ce qui revient aux mâles »), octroi aux filles par testament établi par le père d’une demi-part d’héritage. Cette institution a été surtout en honneur dans les milieux achkenazes (Voir Rema ad Choul‘han ‘aroukh‘Hochèn michpat 281, 7).

Il reste cependant toujours possible à un père de rétablir, par des dispositions testamentaires, l’égalité entre ses fils et ses filles.

Haftarath parachath Pin‘has– Jérémie prophète prédestiné
 

Le premier chapitre du livre de Jérémie, qui constitue la haftara de la parachath Pin‘has quand elle est lue, comme c’est le cas en cette année 2010, après le 17 tamouz, raconte par le menu le dialogue échangé entre Hachem et le prophète afin qu’il consente à remplir sa mission pour laquelle il avait été désigné dès le sein de sa mère (1, 5).

Cette prédestination en quelque sorte prénatale de Jérémie est unique, et aucun autre prophète biblique n’en a bénéficié. C’est ainsi que l’élection de Moïse, le plus grand d’entre eux, par Hachem a été déterminée par ses vertus ainsi que par la misère dans laquelle étaient plongés en Egypte les enfants d’Israël, et il n’est nulle part question d’un dessein divin qui l’aurait choisi dès sa conception (Chemoth 3, 1 et suivants).
 

Pour Rambam/Maïmonide (Guide des Egarés 2, 32), la particularité de l’élection de Jérémie tient à ce que ce prophète, s’il a hésité à s’engager dans la mission que Hachem avait décidé de lui confier, c’est parce que celle-ci allait faire de lui l’annonciateur des destructions qui s’abattraient bientôt sur Israël.

Ayant constaté cette réticence, Hachem a vu dans la révélation de cette prédestination, qui n’était rien d’autre, somme toute, que celle d’un des Ses secrets, un moyen de le réconforter et de lui faciliter sa difficile mission. Mais c’est bien son éducation et ses qualités personnelles, et non une fatalité inéluctable, qui ont fait de Jérémie ce qu’il a été.

Jacques KOHN zal

Reste des articles

Le Rav Yoshiyahou Pinto reste en prison

Malgré la décision de la commission des libérations des services pénitentiaires, le Rav Yoshiyahou Pinto restera en prison et purgera sa peine d’un an de réclusion jusqu’à son terme.

Pourquoi sonne - t - on le Shofar à Roch Hachana ? Par le Rav Dov Roth-Lumbroso

Au sujet de Roch Hachana, la Torah nous dit : « Ce sera un jour de terou‘a(sonnerie du chofar) pour vous… » :
Le chofar est une corne de bélier qui nous rappelle le sacrifice d’Isaac et les titres que nous confère notre filiation par rapport à celui-ci : ‘Aqeidath Yits‘haq.

Le Shofar, témoin de l'histoire du peuple juif

Rien n'est comparable au son du Chofar. Depuis l'aube de l'histoire du peuple juif, ce son nous accompagne, appelant à la Téchouva mais aussi au rassemblement, à la fierté juive et à la liberté. Au musée des terres bibliques à Jérusalem s'est ouvert, il y a quelques jours, une exposition consacrée au chofar et son rôle le long des générations. L'occasion pour Hamodia de se pencher de plus près sur cet instrument unique si intimement lié à Roch Hachana et que l'on rencontre à chaque tournant de l'histoire de notre peuple.

Rav Yossef Haïm Sitruk ztsl’ : Rav Yaakov Sitruk évoque le souvenir de son père

Dans les hommages rendus à l’ancien grand rabbin de France, Rav Yossef Haïm Sitruk zts’l, décédé cette semaine, tout le monde a rappelé les qualités qui le caractérisaient. Son fils, Rav Yaakov Sitruk, nous apporte un témoignage plus personnel, particulièrement touchant !
 

Claire Dana-Picard

Le Rav Dov Roth-Lumbroso vous souhaite une excellente année 5777 - Chana Tova

Nous vous souhaitons שנה טובה ומתוקה. Que cette nouvelle année vous apporte santé et prospérité, joie et satisfaction, à vous et à tous les vôtres et puissions-nous mériter d’y assister à la venue du Machia’h et à notre délivrance ultime, dans la sérénité et la paix, Amen !

Dans la Tefila de Moussaf de Roch Hachana nous disons "La Techouva, La Tefila, La Tsedaka annulent le mauvais décret". Toute bonne action fait pencher la balance du bon côté. 

Roch hachana : Nous sommes tous des beinonim par le Rav Dov Roth-Lumbroso

Cours vidéo donné par le Rav Dov Roth Lumbroso sur les mois d'Eloul et de Tichri

8 000 policiers pour encadrer les obsèques de Shimon Pérès

La police va déployer près de 8 000 policiers ce vendredi pour les obsèques de Shimon Pérès qui vont se dérouler dans le carré des grands de la nation, au Mont Herzl de Jérusalem.

Verification des aliments du seder de Roch Hachana

 UN REMEDE NOMME BEDICA

Proliférant dans tout ce que nous consommons, ils peuvent être aussi grands qu'une tête d'épingle et sont souvent insignifiants. Et pourtant, ils peuvent avoir des conséquences dévastatrices sur notre santé spirituelle et celle de nos enfants .
Voici comment vérifier tous les aliments du Seder de Roch Hachana

Les portes des larmes

Pleurer à Roch Hachana est l’objet d’une grande discussion entre les décisionnaires (cf. Maassé Rav et Béer Hétev Ora’h ‘Haïm 584/3). Mais il ne fait aucun doute que pendant les jours précédant et suivant Roch Hachana, les pleurs sont toujours opportuns…

Pourquoi deux jours de Roch Hachana même en Erets Israël ?

Les communautés juives extérieures à Erets Yisrael observent un « deuxième jour de fête des exilés » (Yom tov chéni chel galouyoth), à savoir les deuxième et huitième jours de Pessa‘h, le deuxième jour de Chavou‘oth, ainsi que le deuxième et le neuvième jour de Soukoth. La fête de Roch hachana fait cependant exception à la règle, puisqu’elle est célébrée pendant deux jours, y compris en Erets Yisrael.