Parachat Pin‘has– La législation successorale

Le nom de Tselof‘had, de la tribu de Manassé, est surtout connu en liaison avec ses cinq filles, Ma‘hla, No‘a, ‘Hogla, Milka et Tirtsa, dont l’intervention auprès de Moïse a permis aux filles, en l’absence de descendants mâles, d’hériter de leur père (Bamidbar 26, 33 ; 27, 1 et suivants ; 36, 1 et suivants).
Selon la législation successorale instituée par la Tora, les filles n’héritent pas de leur père. La Tora leur donne cependant un droit de succession en l’absence de frère.

Mais cette faveur va être considérablement minimisée à la fin du livre de Bamidbar (36, 6), puisque les filles aptes à hériter devront obligatoirement épouser un membre de leur tribu.
Précisons cependant que cette restriction n’a eu cours que chez les femmes de cette génération et a été ensuite abolie (Baba Bathra 121a).
 

Diverses règles instituées par les rabbins ont complété cette législation sur les successions :
1. בנין דכריןכתובת  (« Clause des enfants mâles »), destinée à préserver les intérêts des fils de l’épouse décédée avant son mari en présence d’autres fils de celui-ci nés d’une autre épouse (Ketouboth 52b et Choul‘han ‘aroukhEvène Ha‘ézèr 111).
2. עישור נכסים (« Dixième des biens »), incitation faite aux héritiers mâles à offrir aux filles une part de leur héritage (Ketouboth 69a).
3. שטר חצי זכר (« Contrat d’une demi-part de ce qui revient aux mâles »), octroi aux filles par testament établi par le père d’une demi-part d’héritage. Cette institution a été surtout en honneur dans les milieux achkenazes (Voir Rema ad Choul‘han ‘aroukh‘Hochèn michpat 281, 7).

Il reste cependant toujours possible à un père de rétablir, par des dispositions testamentaires, l’égalité entre ses fils et ses filles.

Haftarath parachath Pin‘has– Jérémie prophète prédestiné
 

Le premier chapitre du livre de Jérémie, qui constitue la haftara de la parachath Pin‘has quand elle est lue, comme c’est le cas en cette année 2010, après le 17 tamouz, raconte par le menu le dialogue échangé entre Hachem et le prophète afin qu’il consente à remplir sa mission pour laquelle il avait été désigné dès le sein de sa mère (1, 5).

Cette prédestination en quelque sorte prénatale de Jérémie est unique, et aucun autre prophète biblique n’en a bénéficié. C’est ainsi que l’élection de Moïse, le plus grand d’entre eux, par Hachem a été déterminée par ses vertus ainsi que par la misère dans laquelle étaient plongés en Egypte les enfants d’Israël, et il n’est nulle part question d’un dessein divin qui l’aurait choisi dès sa conception (Chemoth 3, 1 et suivants).
 

Pour Rambam/Maïmonide (Guide des Egarés 2, 32), la particularité de l’élection de Jérémie tient à ce que ce prophète, s’il a hésité à s’engager dans la mission que Hachem avait décidé de lui confier, c’est parce que celle-ci allait faire de lui l’annonciateur des destructions qui s’abattraient bientôt sur Israël.

Ayant constaté cette réticence, Hachem a vu dans la révélation de cette prédestination, qui n’était rien d’autre, somme toute, que celle d’un des Ses secrets, un moyen de le réconforter et de lui faciliter sa difficile mission. Mais c’est bien son éducation et ses qualités personnelles, et non une fatalité inéluctable, qui ont fait de Jérémie ce qu’il a été.

Jacques KOHN zal

Reste des articles

Essav éleva sa voix et pleura…

La Torah relate dans notre paracha que lorsqu’Essav découvrit comment Yaacov lui avait « usurpé » la bénédiction de son père, « il poussa un cri puissant et douloureux… »

Moscou : Hommage aux victimes du massacre d’Har Nof

La communauté juive de Moscou a organisé en fin de semaine une cérémonie en souvenir des victimes du massacre de la synagogue d’Har Nof. 

Les habitants d’Har Nof se retrouvent pour prier sur le lieu du massacre

Les habitants d’Har Nof se sont retrouvés en masse jeudi après-midi pour des prières et des Tehilim récités dans la synagogue où des terroristes sont entrés cette semaine et ont frappé les fidèles avec des haches, des couteaux et ont tiré avec leur pistolet.

TOLDOT : L'art de l'illusion

La Torah nous enseigne qu’« Its’hak aimait Essav parce qu’il était chasseur avec sa bouche [Ki Tsaïd béPiv] », (Béréchit 25, 28). Mais du fait que le Midrach nous invite à considérer cette précision au sens figuré, il nous sera ainsi peut-être donné de comprendre ce qui caractérise l’essence métaphysique du frère de Yaacov Avinou. Lequel, parce qu’il perdit son droit d’aînesse pour un plat de lentilles, abandonna aussi le monde de la vérité pour celui de l’illusion…

La parabole de la semaine: Toldot

« Hakol kol Yaacov, vehayadaym, yédé Essav – La voix est celle de Yaacov, tandis que les mains sont celles de Essav. » (Béréchit 27, 22) Nos Sages expliquent que même lorsqu’un juif est dans un piètre niveau spirituel, et que ses mains sont celles d’Essav, son essence spirituelle ne s’éteint pas, et sa voix reste celle de Yaacov.

Parachath TOLDOT : La tête d'Essav

A l’occasion de la paracha « Vayéra », nous avions évoqué l’ambiguïté délibérée avec laquelle notre tradition nous a semblé aborder la figure emblématique d’Ichmaël. Nous voudrions cette fois-ci, alors que nous lisons les premiers versets décrivant la personnalité d’Essav, nous arrêter sur un paradoxe qui, à notre avis, définit au mieux l’une des facettes de la personnalité du frère jumeau de notre ancêtre Yaakov.

Prière collective au Kotel

Les tensions et les violences de ces derniers jours ont incité les deux nouveaux grands rabbins de Jérusalem, Rav Arieh Stern et Rav Shlomo Amar, à organiser un grand rassemblement au Kotel.

Onu: le Conseil de Sécurité condamne le massacre

C’est un fait rare: le Conseil de Sécurité de l’Onu a condamné à l’unanimité le massacre perpétré dans la synagogue Bnei Tora du quartier d’Har Nof à Jérusalem. Apparemment, la délégation israélienne à New York ne serait pas étrangère à cette prise de position.

Des milliers de personnes aux obsèques de l‘officier druze

Des milliers d’israéliens, toutes tendances confondues, ont assisté mercredi après-midi aux obsèques de l’adjudant druze Zidan Sifqui a perdu la vie en sauvant de nombreux fidèles de la synagogue Bnei Tora d’Har Nof. Il a été enterré dans son village de Yanuh-Jat, en Galilée occidentale.

TOLDOT : Une terrible fatigue de l'âme

Cette semaine, nous assistons à la venue au monde de Yaacov et d'Essav. Nous les suivons jusqu'à la fuite de Yaacov vers 'Haran, sur les ordres de ses parents, Isaac et Rivka, qui lui enjoignirent de quitter la terre de Canaan.