Parachat Pin‘has– La législation successorale

Le nom de Tselof‘had, de la tribu de Manassé, est surtout connu en liaison avec ses cinq filles, Ma‘hla, No‘a, ‘Hogla, Milka et Tirtsa, dont l’intervention auprès de Moïse a permis aux filles, en l’absence de descendants mâles, d’hériter de leur père (Bamidbar 26, 33 ; 27, 1 et suivants ; 36, 1 et suivants).
Selon la législation successorale instituée par la Tora, les filles n’héritent pas de leur père. La Tora leur donne cependant un droit de succession en l’absence de frère.

Mais cette faveur va être considérablement minimisée à la fin du livre de Bamidbar (36, 6), puisque les filles aptes à hériter devront obligatoirement épouser un membre de leur tribu.
Précisons cependant que cette restriction n’a eu cours que chez les femmes de cette génération et a été ensuite abolie (Baba Bathra 121a).
 

Diverses règles instituées par les rabbins ont complété cette législation sur les successions :
1. בנין דכריןכתובת  (« Clause des enfants mâles »), destinée à préserver les intérêts des fils de l’épouse décédée avant son mari en présence d’autres fils de celui-ci nés d’une autre épouse (Ketouboth 52b et Choul‘han ‘aroukhEvène Ha‘ézèr 111).
2. עישור נכסים (« Dixième des biens »), incitation faite aux héritiers mâles à offrir aux filles une part de leur héritage (Ketouboth 69a).
3. שטר חצי זכר (« Contrat d’une demi-part de ce qui revient aux mâles »), octroi aux filles par testament établi par le père d’une demi-part d’héritage. Cette institution a été surtout en honneur dans les milieux achkenazes (Voir Rema ad Choul‘han ‘aroukh‘Hochèn michpat 281, 7).

Il reste cependant toujours possible à un père de rétablir, par des dispositions testamentaires, l’égalité entre ses fils et ses filles.

Haftarath parachath Pin‘has– Jérémie prophète prédestiné
 

Le premier chapitre du livre de Jérémie, qui constitue la haftara de la parachath Pin‘has quand elle est lue, comme c’est le cas en cette année 2010, après le 17 tamouz, raconte par le menu le dialogue échangé entre Hachem et le prophète afin qu’il consente à remplir sa mission pour laquelle il avait été désigné dès le sein de sa mère (1, 5).

Cette prédestination en quelque sorte prénatale de Jérémie est unique, et aucun autre prophète biblique n’en a bénéficié. C’est ainsi que l’élection de Moïse, le plus grand d’entre eux, par Hachem a été déterminée par ses vertus ainsi que par la misère dans laquelle étaient plongés en Egypte les enfants d’Israël, et il n’est nulle part question d’un dessein divin qui l’aurait choisi dès sa conception (Chemoth 3, 1 et suivants).
 

Pour Rambam/Maïmonide (Guide des Egarés 2, 32), la particularité de l’élection de Jérémie tient à ce que ce prophète, s’il a hésité à s’engager dans la mission que Hachem avait décidé de lui confier, c’est parce que celle-ci allait faire de lui l’annonciateur des destructions qui s’abattraient bientôt sur Israël.

Ayant constaté cette réticence, Hachem a vu dans la révélation de cette prédestination, qui n’était rien d’autre, somme toute, que celle d’un des Ses secrets, un moyen de le réconforter et de lui faciliter sa difficile mission. Mais c’est bien son éducation et ses qualités personnelles, et non une fatalité inéluctable, qui ont fait de Jérémie ce qu’il a été.

Jacques KOHN zal

Reste des articles

Les mensonges de Mahmoud Abbas

On ne compte plus les mensonges proférés par le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à l’étranger. Le 27 avril dernier, l’observatoire des médias palestiniens PMW (Palestinian Media Watch) indiquait que les allégations d’Abbas, qui affirmait avoir stoppé les versements de ‘salaires’ aux détenus terroristes, étaient fausses.  

Ségoula pour la parnassa: La h'ala en forme de clef !

Il existe une coutume chez certaines familles juives de faire cuire la h’ala en forme de clef (ou d’en poser une sur la pâte) en l'honneur du Chabbat après Pessa'h. Une ségoula qui serait très bénéfique pour obtenir une bonne Parnassa. Tentons de trouver quelques sources à cette croyance.

Les interviews de chiourim.com, Yom HaShoah : témoignage d’une rescapée

C’est une véritable leçon de vie et de foi en D. que nous livre dans ce témoignage Mme Ida Akerman-Tieder, pédiatre et psychanalyste. Originaire de Berlin, elle a vécu la guerre en France où ses parents ont été déportés. Animée d'une volonté de survivre et de se reconstruire, elle a su vaincre tous les obstacles en fondant un foyer plein de Tora avec son mari, le Dr Fred Akerman z’l, et ses trois enfants qui vivent aujourd’hui avec elles en Israël. Elle évoque cette période de sa vie dans un ouvrage : « Et tu raconteras à tes enfants », Editions Erez, 1995.  

interview réalisée par Claire Dana-Picard
 

AHAREI MOTH La mort des deux fils d Aaron

Le début de la parachath A‘harei moth est consacré essentiellement au service du kohen gadol dans le Tabernacle, puis dans le Temple, le jour de Yom kippour.


Cette paracha commence cependant par un verset qui semble totalement étranger au sujet qui en fait la substance : « Hachem parla à Moïse après la mort des deux fils d’Aaron qui, en s’approchant devant Hachem, étaient morts » (Wayiqra 16, 1).

L’immense potentiel spirituel de la période de l’Omer

La période qui sépare la fête de Pessa’h de celle de Chavouot - appelée période du compte de l’Omer - constitue d’abord un long moment de 32 jours de deuil correspondant aux décès en série des 24 000 élèves du célèbre Rabbi Akiva.

Vente aux enchères à NY: une statue en cire d’Hitler pour 10 millions de dollars !

Parmi les 1 500 œuvres d’art proposée  cette semaine à une clientèle fortunée, la maison Christie’s de New York vend aux enchères une statue en cire d’Hitler, ‘qui prie à genoux’. Son prix est estimé entre 10 et 15 millions de dollars.

Découverte d’un nouveau tunnel du Hamas près de Gaza

Une nouvelle galerie souterraine, creusée par des terroristes du Hamas entre la bande de Gaza et le territoire israélien, a été découverte par les forces de sécurité israéliennes.

'Témoins en uniforme': projet de Tsahal pour le souvenir de la Shoah

Ce projet, lancé en 1999, a pour objectif d’envoyer chaque année des délégations de Tsahal en Pologne à l’occasion des commémorations de la Shoah afin qu’elles puissent approfondir sur place leurs connaissances et leur prise de conscience sur cette sombre période de l’histoire du peuple juif et de l’humanité.

Admour de Kaliv : les épreuves n’ont jamais entamé sa foi

Le Admour de Kaliv, grande figure du monde orthodoxe d’Israël, est un rescapé de la Shoah. Il a traversé de terribles épreuves avant d’être miraculeusement sauvé de l’enfer.

Les Interviews de chiourim.com : "Qui sauve une vie en Israël …": cérémonie émouvante à Yad Vashem

Claire n’était qu’une petite fille pendant la Shoah. Réfugiée dans le sud de la France avec ses parents Wilhelm et Mélanie Wulwek, originaires de Pologne, et son grand frère Victor, elle a été sauvée des griffes des nazis grâce à la bonté d’une femme, Jeanne Albouy, qui vient de recevoir à titre posthume, la médaille des Justes parmi les Nations à Yad Vashem. Voici les témoignages du petit-fils de Jeanne et de Claire elle-même. Deux interviews à ne pas manquer !!