Parachat Pin‘has– La législation successorale

Le nom de Tselof‘had, de la tribu de Manassé, est surtout connu en liaison avec ses cinq filles, Ma‘hla, No‘a, ‘Hogla, Milka et Tirtsa, dont l’intervention auprès de Moïse a permis aux filles, en l’absence de descendants mâles, d’hériter de leur père (Bamidbar 26, 33 ; 27, 1 et suivants ; 36, 1 et suivants).
Selon la législation successorale instituée par la Tora, les filles n’héritent pas de leur père. La Tora leur donne cependant un droit de succession en l’absence de frère.

Mais cette faveur va être considérablement minimisée à la fin du livre de Bamidbar (36, 6), puisque les filles aptes à hériter devront obligatoirement épouser un membre de leur tribu.
Précisons cependant que cette restriction n’a eu cours que chez les femmes de cette génération et a été ensuite abolie (Baba Bathra 121a).
 

Diverses règles instituées par les rabbins ont complété cette législation sur les successions :
1. בנין דכריןכתובת  (« Clause des enfants mâles »), destinée à préserver les intérêts des fils de l’épouse décédée avant son mari en présence d’autres fils de celui-ci nés d’une autre épouse (Ketouboth 52b et Choul‘han ‘aroukhEvène Ha‘ézèr 111).
2. עישור נכסים (« Dixième des biens »), incitation faite aux héritiers mâles à offrir aux filles une part de leur héritage (Ketouboth 69a).
3. שטר חצי זכר (« Contrat d’une demi-part de ce qui revient aux mâles »), octroi aux filles par testament établi par le père d’une demi-part d’héritage. Cette institution a été surtout en honneur dans les milieux achkenazes (Voir Rema ad Choul‘han ‘aroukh‘Hochèn michpat 281, 7).

Il reste cependant toujours possible à un père de rétablir, par des dispositions testamentaires, l’égalité entre ses fils et ses filles.

Haftarath parachath Pin‘has– Jérémie prophète prédestiné
 

Le premier chapitre du livre de Jérémie, qui constitue la haftara de la parachath Pin‘has quand elle est lue, comme c’est le cas en cette année 2010, après le 17 tamouz, raconte par le menu le dialogue échangé entre Hachem et le prophète afin qu’il consente à remplir sa mission pour laquelle il avait été désigné dès le sein de sa mère (1, 5).

Cette prédestination en quelque sorte prénatale de Jérémie est unique, et aucun autre prophète biblique n’en a bénéficié. C’est ainsi que l’élection de Moïse, le plus grand d’entre eux, par Hachem a été déterminée par ses vertus ainsi que par la misère dans laquelle étaient plongés en Egypte les enfants d’Israël, et il n’est nulle part question d’un dessein divin qui l’aurait choisi dès sa conception (Chemoth 3, 1 et suivants).
 

Pour Rambam/Maïmonide (Guide des Egarés 2, 32), la particularité de l’élection de Jérémie tient à ce que ce prophète, s’il a hésité à s’engager dans la mission que Hachem avait décidé de lui confier, c’est parce que celle-ci allait faire de lui l’annonciateur des destructions qui s’abattraient bientôt sur Israël.

Ayant constaté cette réticence, Hachem a vu dans la révélation de cette prédestination, qui n’était rien d’autre, somme toute, que celle d’un des Ses secrets, un moyen de le réconforter et de lui faciliter sa difficile mission. Mais c’est bien son éducation et ses qualités personnelles, et non une fatalité inéluctable, qui ont fait de Jérémie ce qu’il a été.

Jacques KOHN zal

Reste des articles

Tirs à la frontière égyptienne

Des individus armés ont ouvert le feu mercredi après-midi sur des tanks de Tsahal et sur une jeep qui patrouillaient dans le sud d’Israël, le long de la frontière égyptienne.

Attaque à Jérusalem : un bébé tué et 8 blessés

Un terroriste arabe du quartier de Silwan a renversé des passagers du tramway, mercredi après-midi, au moment où ces derniers descendaient d’un wagon à l’arrêt de la Colline des Munitions (Guivat Hatahmoshet) à Jérusalem.

Un Shabbat exceptionnel pour les Juifs du monde entier

Dans le cadre d’un grand projet initié l’an dernier par le grand rabbin d’Afrique du Sud Warren Goldstein, intitulé ‘Keeping it Together’, des milliers de Juifs du monde entier respecteront, à titre exceptionnel, le repos du Shabbat.

Nouveau départ pour le grand rabbinat de Jérusalem

Jérusalem est désormais dotée de deux grands rabbins après une longue vacance qui a duré plus de 11 ans. La campagne électorale a été longue, fastidieuse et semée de nombreuses embûches.

Paracha béréchit : "Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre..."

"Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. (1, 1)"
Le Midrach Tan‘houma yachane objecte : La Tora aurait normalement dû commencer par présenter les mitswoth au peuple juif. Elle a cependant voulu devancer les futures protestations des Gentils qui nous accuseront d’avoir volé la terre d’Israël aux sept peuplades cananéennes. Aussi débute-t-elle par le récit de la Création afin de démontrer que le monde entier appartient à Hachem et qu’il peut le répartir selon Son choix. Comme l’a déclaré le roi David : « La puissance de Ses hauts-faits, Il l’a révélée à Son peuple, pour lui donner l’héritage des nations » (Psaumes 111, 6).

Election des deux grands rabbins de Jérusalem

L’élection des deux grands rabbins de Jérusalem est enfin arrivée à son terme. Les 48 membres du collège électoral se sont retrouvés ce mardi à 16 heures à la mairie pour désigner le candidat de leur choix. Trois heures plus tard, les résultats étaient annoncés.

Seconds rôles : Caïn et Abel

 De même que l’on ne peut parler d’un agresseur sans évoquer sa victime, de même est-il impossible de dissocier Caïn, le premier meurtrier dans l’histoire de l’humanité, d’Abel, son frère qu’il a tué.
 
Comment, se demande le Midrach, l’humanité de l’époque a-t-elle pu aboutir à une telle tragédie ?

 

Grand Rabbinat : nouvelle défection quelques minutes avant le vote

Le collège électoral composé de 48 personnes s’est réuni à 16 heures à la municipalité de Jérusalem pour élire les deux nouveaux grands rabbins de Jérusalem.

Une "Allée Marwan Barghouti" en France

La ville de Valenton, dans la région parisienne, a attribué à l’une de ses rues le nom du terroriste Marwan Barghouti, chef des Tanzim, qui purge dans une prison israélienne cinq peines de réclusion à perpétuité pour les nombreux meurtres qu’il a commis.

Grand rabbinat: le Rav Shapira se retire

Le nombre des candidats diminue d’heure en heure. Cédant aux pressions exercées sur lui, le Rav Shapira, directeur de la Yeshiva de Merkaz Harav et fils de l’ancien grand rabbin d’Israël, Rav Avraham Shapira, vient d’annoncer, quelques heures à peine avant le vote, qu’il se retirait de la course.