Le Temple et ses différentes pièces constituent le lieu où la Chékhina choisit de résider parmi les hommes. Avec sa destruction, c’est la synagogue qui prit cette place, un endroit que nos Sages appellent le « Bet Hamikdach miniature »…


On désigne par synagogue tout lieu consacré à la prière, dans lequel dix hommes se réunissent pour former un minyan. D’après le Zohar, construire une synagogue est une mitsva de la Torah, qui s’inclut dans celle énoncée dans notre paracha : « Ils Me construiront un sanctuaire » (Chémot 25, 8). En outre, la synagogue est dotée d’une sainteté particulière, que nos Sages déduisent du verset : « Je leur ai été un petit sanctuaire » (Yé’hezkel 11, 16). La relation établie ici entre le Temple et la synagogue nous apprend une règle essentielle : de la même manière que nous devons « craindre le Temple » (Vayikra 19, 30), ainsi devons-nous agir dans la synagogue avec crainte et déférence (ce qui constitue également, selon certains auteurs, un devoir de la Torah).
Le Choul’han Aroukh tranche en conséquence : « On ne se comportera pas de manière légère dans les synagogues et les maisons d’étude, c’est-à-dire qu’on n’y tiendra pas des propos drôles ni moqueurs, et l’on n’y mènera pas des conversations vaines. On ne peut y boire ni y manger (…) et l’on n’ira pas s’y réfugier face à la chaleur ou à la pluie » (Ora’h ‘Haïm 151).
Par « conversations vaines », nous devons entendre tout propos profane, n’étant pas lié à la prière ou à l’étude de la Torah. Même une conversation tout à fait légitime, comme celle liée à des besoins personnels, on n’aura pas le droit de la tenir dans une synagogue. Mais s’il s’agit de propos interdits par la Torah – comme de la médisance, des disputes ou un affront porté à autrui –, la faute est alors multipliée : outre l’interdit relatif à ces attitudes, les prononcer dans une synagogue revient à bafouer l’honneur de la Chékhina présente dans ce lieu.
On rapporte à ce sujet que le Ari Zal faisait preuve de la plus grande vigilance de ne s’entretenir d’aucun sujet dans la synagogue. Il évitait même d’y prononcer de paroles de moussar ou de formuler des reproches à ses disciples, par crainte que la conversation ne déborde sur des sujets profanes.
Si l’on doit se rendre à l’intérieur d’une synagogue pour ses propres besoins et que l’on ne peut faire autrement (par exemple, pour appeler quelqu’un ou remettre un livre à sa place), il sera permis de s’y entrer à condition qu’on lise un verset ou qu’on prononce quelque parole d’étude. Mais ces mots devront être prononcés avant que l’on ne fasse ce pour quoi on est entré, pour qu’ils soient considérés comme la raison essentielle de notre venue. Quant à faire des repas de fête dans une synagogue, on les tolère s’il s’agit d’un repas de mitsva, mais il faudra alors veiller à garder en permanence une attitude digne de ces lieux.
Dans une synagogue munie de deux portes entrées, il est interdit d’entrer d’un côté et d’en sortir de l’autre, si l’intention est d’en faire un raccourci. Par contre, si l’on est entré dans la synagogue par une porte pour y prier ou à toute autre fin, il sera permis de sortir par la seconde porte.
Nous avons également l’obligation d’entretenir les locaux d’une synagogue et de les conserver propres. Avant de pénétrer dans la synagogue, on nettoiera ses habits, et l’on ôtera de ses chaussures la terre qui a pu s’y attacher. On évitera d’entrer avec un long couteau ou une arme dans la synagogue, car leurs finalités sont opposées : la prière vient prolonger ce que l’arme cherche à réduire, à savoir la vie de l’homme. Un soldat ne pouvant quitter son arme s’efforcera tout au moins de la recouvrir.
La sainteté propre à la synagogue persiste même après sa destruction : on devra manifester le même respect à l’emplacement où se tenait une synagogue, que du temps où elle s’y érigeait encore (sauf le nettoyage de l’endroit, qui n’est alors plus requis). De ce fait, il conviendra d’entourer de barrières les ruines d’une synagogue, pour éviter qu’on en fasse un usage impropre.
Il est vivement déconseillé de vivre au-dessus d’une synagogue, surtout si la bâtisse a été construite à cette fin. On se montre en revanche plus tolérant s’il s’agit d’un bâtiment de plusieurs étages, dont l’un d’eux sert de synagogue. Mais même dans ce cas, on évitera de d’utiliser l’emplacement situé juste au-dessus de l’Arche sainte pour des usages personnels ; on y placera de préférence une armoire.Par Yonathan Bendennnoune, en partenariat avec Hamodia