Après une longue période de sécheresse, la pluie est enfin tombée ces derniers jours sur tout Israël. Pour le ministre de l’Agriculture et du Développement rural Ouri Ariel, du parti Habayit Hayehoudi, il ne fait aucun doute que ces averses sont le résultat de l’unité qui s’est exprimée dans les prières organisées jeudi dernier au Kotel et dans toutes les synagogues du pays.

Ariel a ajouté : « Personne ne peut l’expliquer et on ignore les desseins de D.ieu », laissant entendre clairement qu’il pensait que la quantité d’eau impressionnante qui a arrosé le pays ces derniers jours n’était pas le fait du hasard.

Il faut dire qu’il a dû faire face la semaine dernière à des critiques de certains membres du gouvernement qui n’appréciaient pas qu’il ‘compte sur un miracle’ pour résoudre les graves problèmes des agriculteurs.

Ouri Ariel a réagi en disant qu’il n’en voulait pas à ceux qui le dénigraient mais regrettait en revanche leur manque de connaissances : « C’est la cinquième année de sécheresse et j’espère que nous n’aurons plus besoin de prières », a-t-il déclaré.

Il a par ailleurs tenu à souligner que ces prières ‘ne remplaçaient pas l’aide concrète apportée aux cultivateurs’. Et il a donné des détails sur toutes les mesures prises par le gouvernement pour les soutenir financièrement, dont une baisse de 20 % du prix de l’eau douce et des investissements dans les cultures à basse consommation d’eau.

Le grand rabbin ashkénaze d’Israël, Rav David Lau, a évoqué lui aussi la question, rappelant que ‘même le roi du Maroc comprenait que cela était utile et avait demandé aux rabbins de son pays de prier (pour la pluie) ».

Claire Dana-Picard