La ville de New York a décidé de rendre hommage à l’écrivain juif Elie Wiesel z’l, rescapé de la Shoah et Prix Nobel de la Paix en lui attribuant le nom d’une rue. Elle se trouve au coin de la 84e Rue et Central Park, dans la partie ouest de l’Upper West Side de Manhattan.

La cérémonie au cours de laquelle la nouvelle plaque a été posée, organisée à l’occasion du premier anniversaire du décès d’Elie Wiesel, s’est déroulée en présence notamment du fils d’Elie Wiesel, Elisha Wiesel, et de plusieurs hommes politiques américains.

Parmi eux, l’adjoint au maire de la ville, Richard Buery, qui a rapporté les propos du maire Bill DeBlasio, déclarant que ‘Wiesel avait certainement été la voix la plus éloquente en faveur de la paix dans le monde’.

Il a ajouté : « La ville de New York est fière d’honorer sa mémoire ».

Elie Wiesel est né en 1928 dans une famille religieuse à Sighet en Transylvanie, à l’époque sous administration hongroise (actuellement en Roumanie). Il a été déporté à l’âge de 15 ans à Auschwitz avec sa famille. Sa mère et sa sœur y ont été assassinées. Puis il a été emmené à Buchenwald avec son père qui a succombé peu de temps avant la libération du camp en avril 1945.

Elie Wiesel et ses deux grandes sœurs ont survécu à la Tourmente. Il a été pris en charge, après la guerre par ‘l’œuvre de secours aux enfants’ (OSE) et a passé quelques années dans un orphelinat juif français.

Devenu journaliste, il a été pendant un certain temps correspondant du journal israélien Yediot Aharonot. Après quelques années en France, il a émigré aux Etats-Unis en 1956 et a obtenu la nationalité américaine en 1963.

Par la suite, après des études universitaires, il a été titulaire d’une chaire des sciences humaines à l’université de Boston et est devenu, par ses nombreux ouvrages, un témoin poignant et incontournable des horreurs commises par les Nazis pendant la Shoah. Elie Wiesel est décédé le 26 Sivan, 2 juillet 2016 à New York.

Claire Dana-Picard