La plupart des communautés hassidiques, dont celles de Habad, ont observé, dans la nuit de dimanche à lundi, 24 et 25 décembre, au cours de laquelle les Chrétiens célèbrent Noël, une ancienne tradition qui consiste à mettre de côté ce soir-là, à titre exceptionnel, les livres d’étude pour jouer aux échecs ou aux cartes.

Cette coutume appelée ‘Nittel Nacht’ est observée pour plusieurs raisons. Selon certains, une force impure dominerait le monde ce soir-là et l’étude de la Tora qui apporte une lumière spirituelle risquerait de lui servir d’enveloppe (klippa).

Mais d’autres motifs sont également invoqués : il s’agirait notamment de marquer une sorte de deuil en souvenir des souffrances infligées aux Juifs par les Chrétiens. D’autres souhaitent rappeler les précautions qui avaient été prises à l’époque par les Juifs au cours de cette nuit-là où les Chrétiens se saoulaient et organisaient des pogroms. Pour ne pas attirer leur attention ni les irriter, les Juifs préféraient donc s’abstenir d’étudier et les maisons d’études restaient fermées.

Nittel Nacht est essentiellement observé dans les communautés hassidiques d’Europe de l’Est et de Hongrie. Elle provient en fait de l’habitude qu’avaient prises les Juifs de ces régions de ne pas étudier la Tora le soir de Noël entre le coucher du soleil et minuit.

Les disciples du Hatam Sofer allaient se coucher tôt et se réveillaient après minuit pour étudier. Dans certaines communautés hassidiques, des activités ‘profanes’ sont organisées à cette occasion alors que dans d’autres, on se contente de jouer aux échecs ou aux cartes.