ZEMIROT CHABBAT : LEKHA DODI

Les zemiroth de Chabbath (Lekha dodi)

Les zemiroth nous font parcourir, nous l’avons vu dans notre Introduction, tous les événements qui traversent la journée du Chabbath, depuis son entrée jusqu’à sa sortie.

La première des zemiroth, et la plus connue, est celle qui commence par les mots : Lekha dodi (« Viens, mon bien-aimé, à la rencontre de la jeune mariée… »). Elle ne fait pas partie, il est vrai, des chants qui rehaussent la table familiale, mais elle constitue à la synagogue l’essentiel de l’accueil que nous réservons au Chabbath (qabbalath Chabbath).


 Cet emploi du mot dodi est emprunté au Cantique des Cantiques (Chir ha-chirim), où il figure de façon répétitive, et notamment dans le verset : « Viens, mon bien-aimé (lekha dodi), sortons dans les champs, passons la nuit dans les hameaux » (7, 12).

Ce chant a été composé au XVIè siècle à Safed par le kabbaliste Chelomo Alkabetz, et il s’est répandu très rapidement au sein de la plus grande partie du monde juif.

Rabbi Chelomo ben Moché ha-léwi Alkabetz est né en 1505 à Salonique, comme descendant d’une famille expulsée d’Espagne. Après son mariage, il résida quelque temps à Andrinople (aujourd’hui Edirne, en Turquie), où il étudia aux côtés de rabbi Yossef Karo, l’auteur du Choul‘han ‘aroukh.

Vers l’âge de 30 ans, devenu un Maître en Kabbale, il s’installa à Safed parmi d’autres éminents Kabbalistes comme le Ari-zal, rabbi Moché Cordovéro, rabbi Moché Alchikh, etc.

Chaque vendredi, chacun confessait aux autres ses péchés, puis ils se rendaient ensemble, dans l’après-midi, dans les champs entourant Safed, et c’est là que, en grande cérémonie, ils accueillaient Chabbath.

Le chant de lekha dodi se compose de neuf strophes, dont les huit premières portent des acrostiches du nom de son auteur : Chelomo ha-léwi.

Outre de nombreuses références au Cantique des Cantiques, il contient maints emprunts à des versets du livre d’Isaïe, et dans une moindre mesure à celui de Jérémie et au livre des Psaumes.

Refrain :

Va, mon bien-aimé à la rencontre de la fiancée. Accueillons la venue de Chabbath !

- :- :- :- :- :- :- :-

Strophe N° 1 :

« Garde » et « souviens-toi » [ont été dits] en une seule parole,

[que] nous a fait entendre le Dieu unique.

Hachem est Un, et Son Nom est Un,

pour le Nom, et pour la splendeur et pour la louange.

Commentaire :

Cette première strophe commence par nous rappeler un enseignement talmudique (Roch hachana 27a) qui nous apprend que les mots za‘hor et chamor, qui introduisent le paragraphe consacré à Chabbath dans les deux versions des Dix commandements, ont été prononcés par Hachem d’une seule parole, « chose qu’une bouche ne peut pas émettre, ni une oreille entendre ».

Puis elle revient sur l’Unité de Hachem et de son Nom.

- :- :- :- :- :- :- :-

Strophe N° 2 :

A la rencontre de Chabbath allez et allons,

Car il est source de la bénédiction.

Dès les temps lointains [il a été] consacré,

Fait en dernier, [mais] d’emblée dans la pensée [de Hachem].

Commentaire :

Le chant rappelle ensuite l’accueil du Chabbath à Safed : « Allez et allons à la rencontre du Chabbath ! ». Il est la source de la bénédiction, et la fin de l’oeuvre de création a commencé de s’imprimer dans Sa pensée. En d’autres termes, le Chabbath a depuis toujours été inscrit dans Ses projets.

- :- :- :- :- :- :- :-

Strophe N° 3 :

Sanctuaire du roi, ville royale,

Lève-toi, sors du sein de la ruine !

Il a duré assez longtemps que tu aies séjourné dans la vallée des pleurs,

Et Lui, il éprouvera pour toi de la compassion.

Commentaire :

Le temps de notre séjour dans une « vallée de larmes » n’a que trop duré, poursuit la troisième strophe. Rétablissons le sanctuaire royal dans la ville royale, Jérusalem.

- :- :- :- :- :- :- :-

Strophe N° 4 :

Secoue de toi la poussière, lève-toi !

Revêts les vêtements de ta splendeur, ô mon peuple !

Par le fils de Jessé, de Bethléhem,

Approche de mon âme, son libérateur.

Commentaire :

Cette quatrième strophe commence par une paraphrase de deux versets du livre d’Isaïe : « Secoue de toi la poussière, lève-toi, assieds-toi, Jérusalem ! » (52, 2) et : « Réveille-toi, réveille-toi, revêts-toi de ta force, Sion ! Revêts-toi de tes vêtements de ta splendeur, Jérusalem, ville sainte !… » (52, 1). Elle exprime le souhait que « le fils de Jessé, de Bethléem », c’est-à-dire le roi David et sa descendance dynastique, représentée par le Messie, nous apporte la libération tant attendue. Le dernier hémistiche est calqué sur le verset : « Approche de mon âme, son libérateur ; rachète-moi à cause de mes ennemis ! » (Psaumes 69, 19).

Cette strophe consolatrice, dans beaucoup de communautés, est omise lorsque le Chabbath est jour de fête ou veille de jour de fête, ainsi qu’à Chabbath ‘hol ha-mo‘èd.

- :- :- :- :- :- :- :-

Strophe N° 5 :

Réveille-toi, réveille-toi,

Car ta lumière est venue ! Lève-toi, resplendis !

Dresse-toi, dresse-toi, prononce un chant !

La gloire de Hachem est révélée sur toi.

Commentaire :

Cette strophe contient également plusieurs emprunts au livre d’Isaïe : « Réveille-toi, réveille-toi, lève-toi, Jérusalem, qui as bu de la main de Hachem la coupe de sa fureur, qui as bu, qui as vidé jusqu’au fond le calice de la coupe d’étourdissement ! » (51, 17) ; « Dresse-toi, dresse-toi, revêts-toi de ta force, Sion ! Revêts-toi de tes vêtements de parure » (52, 1) ; et : « Sera révélée la gloire de Hachem, et toute chair ensemble la verra ; car la bouche de Hachem a parlé » (40, 5).

- :- :- :- :- :- :- :-

Strophe N° 6 :

Ne sois pas honteuse, et ne sois pas confuse !

Pourquoi es-tu abattue, mon âme ? Et pourquoi es-tu agitée ?

En toi trouveront refuge les pauvres de mon peuple

Et sera reconstruite la ville sur son monceau.

Commentaire :

Cette strophe, de nouveau, est constituée par de multiples emprunts :

« Ne crains pas, car tu ne seras pas honteuse ; et ne sois pas confuse, car tu n’auras pas à rougir… » (Isaïe 54, 4).

« Pourquoi es-tu abattue, mon âme, et es-tu agitée au dedans de moi… » (Isaïe 42, 6 et 42, 12).

«  Et les pauvres de son peuple y trouveront un refuge… » (Isaïe 14, 32).

« Ainsi dit Hachem : Voici, je rétablirai les captifs des tentes de Jacob, et j’aurai compassion de ses demeures ; et la ville sera bâtie sur son monceau, et le palais sera habité selon sa coutume » (Jérémie 30, 18).

- :- :- :- :- :- :- :-

Strophe N° 7 :

Ceux qui te dépouillent seront dépouillés,

Et seront éloignés tous ceux qui te dévorent.

Se réjouira en toi ton Dieu

Comme se réjouit le fiancé en la fiancée.

Commentaire :

Cette septième strophe continue de faire de  nombreux emprunts à des versets bibliques :

« … Et ceux qui te dépouillent seront dépouillés » (Jérémie 30 16).

« … Et seront éloignés ceux qui te dévoraient » (Isaïe 49, 19).

« … Et de la joie que le fiancé a de sa fiancée, ton Dieu se réjouira de toi » (Isaïe 62, 5).

- :- :- :- :- :- :- :-

Strophe N° 8 :

A droite et à gauche tu t’étendras,

Et Hachem tu révéreras.

Par la main de l’homme, fils de Pérets,

Et nous nous réjouirons et nous exulterons.

Commentaire :

 « A droite et à gauche tu t’étendras » (voir Isaïe 54, 3) annonce la huitième strophe, grâce à « l’homme, fils du Partsi ». Elle nous promet, en d’autres termes, la venue de la royauté de David, lequel descendait de Pérets, fils de Juda.

- :- :- :- :- :- :- :-

Strophe N° 9 :

Viens en paix, couronne de son mari,

Aussi dans la joie et dans la félicité,

Au milieu des fidèles du peuple élu,

Viens, fiancée, viens, fiancée !

Commentaire :

Chaque vendredi, rabbi Yannaï  endossait ses plus beaux habits et se portait à la rencontre de la « fiancée Chabbath » en chantant : Boï khala, boï khala (« Viens, fiancée ») (Chabbath 119a).

Cette strophe rend hommage à « la couronne de son mari », image empruntée à Proverbes 12, 4. L’auteur veut nous apprendre par là que la reine Chabbath est comme la couronne du Saint béni soit-Il, appelé également chalom, présenté ici comme son mari.

Il est d’usage dans beaucoup de communautés de se tourner vers la porte de la synagogue en chantant cette dernière strophe. On marque ainsi symboliquement l’accueil du Chabbath, qui attend sur le seuil qu’on l’invite à entrer (voir Michna beroura ad Ora‘h ‘hayyim 262, 3).

On notera qu’il existe de légères variantes dans le texte de Lekha dodi. Certains siddourim proposent cinq strophes supplémentaires, également attribuées à rabbi Chelomo Alkabetz, et ajoutent à la fin de la dernière d’entre elles les mots : Boï kalla Chabbath malketha.

(à suivre)

Jacques KOHN

Reste des articles

Ségoula pour la parnassa: La h'ala en forme de clef !

Il existe une coutume chez certaines familles juives de faire cuire la h’ala en forme de clef (ou d’en poser une sur la pâte) en l'honneur du Chabbat après Pessa'h. Une ségoula qui serait très bénéfique pour obtenir une bonne Parnassa. Tentons de trouver quelques sources à cette croyance.

Les interviews de chiourim.com, Yom HaShoah : témoignage d’une rescapée

C’est une véritable leçon de vie et de foi en D. que nous livre dans ce témoignage Mme Ida Akerman-Tieder, pédiatre et psychanalyste. Originaire de Berlin, elle a vécu la guerre en France où ses parents ont été déportés. Animée d'une volonté de survivre et de se reconstruire, elle a su vaincre tous les obstacles en fondant un foyer plein de Tora avec son mari, le Dr Fred Akerman z’l, et ses trois enfants qui vivent aujourd’hui avec elles en Israël. Elle évoque cette période de sa vie dans un ouvrage : « Et tu raconteras à tes enfants », Editions Erez, 1995.  

interview réalisée par Claire Dana-Picard
 

AHAREI MOTH La mort des deux fils d Aaron

Le début de la parachath A‘harei moth est consacré essentiellement au service du kohen gadol dans le Tabernacle, puis dans le Temple, le jour de Yom kippour.


Cette paracha commence cependant par un verset qui semble totalement étranger au sujet qui en fait la substance : « Hachem parla à Moïse après la mort des deux fils d’Aaron qui, en s’approchant devant Hachem, étaient morts » (Wayiqra 16, 1).

L’immense potentiel spirituel de la période de l’Omer

La période qui sépare la fête de Pessa’h de celle de Chavouot - appelée période du compte de l’Omer - constitue d’abord un long moment de 32 jours de deuil correspondant aux décès en série des 24 000 élèves du célèbre Rabbi Akiva.

Vente aux enchères à NY: une statue en cire d’Hitler pour 10 millions de dollars !

Parmi les 1 500 œuvres d’art proposée  cette semaine à une clientèle fortunée, la maison Christie’s de New York vend aux enchères une statue en cire d’Hitler, ‘qui prie à genoux’. Son prix est estimé entre 10 et 15 millions de dollars.

Découverte d’un nouveau tunnel du Hamas près de Gaza

Une nouvelle galerie souterraine, creusée par des terroristes du Hamas entre la bande de Gaza et le territoire israélien, a été découverte par les forces de sécurité israéliennes.

Les mensonges de Mahmoud Abbas

On ne compte plus les mensonges proférés par le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à l’étranger. Le 27 avril dernier, l’observatoire des médias palestiniens PMW (Palestinian Media Watch) indiquait que les allégations d’Abbas, qui affirmait avoir stoppé les versements de ‘salaires’ aux détenus terroristes, étaient fausses.  

'Témoins en uniforme': projet de Tsahal pour le souvenir de la Shoah

Ce projet, lancé en 1999, a pour objectif d’envoyer chaque année des délégations de Tsahal en Pologne à l’occasion des commémorations de la Shoah afin qu’elles puissent approfondir sur place leurs connaissances et leur prise de conscience sur cette sombre période de l’histoire du peuple juif et de l’humanité.

Admour de Kaliv : les épreuves n’ont jamais entamé sa foi

Le Admour de Kaliv, grande figure du monde orthodoxe d’Israël, est un rescapé de la Shoah. Il a traversé de terribles épreuves avant d’être miraculeusement sauvé de l’enfer.

Les Interviews de chiourim.com : "Qui sauve une vie en Israël …": cérémonie émouvante à Yad Vashem

Claire n’était qu’une petite fille pendant la Shoah. Réfugiée dans le sud de la France avec ses parents Wilhelm et Mélanie Wulwek, originaires de Pologne, et son grand frère Victor, elle a été sauvée des griffes des nazis grâce à la bonté d’une femme, Jeanne Albouy, qui vient de recevoir à titre posthume, la médaille des Justes parmi les Nations à Yad Vashem. Voici les témoignages du petit-fils de Jeanne et de Claire elle-même. Deux interviews à ne pas manquer !!