parachath et haftarath 'Houqath : Le Midrach petirath Aharon

Un Midrach , appelé Midrach petirath Aharon (« Midrach de la mort de Aaron »), nous éclaire sur les circonstances de ce décès.

Accompagné de Moïse et El‘azar, Aaron a escaladé la montagne au sommet de laquelle il devait mourir, et ils se sont trouvés tous les trois devant une caverne.

Moïse a alors demandé à son frère de pénétrer dans cette caverne. Il aurait dû, sur l'ordre de Hachem , l'inviter à se défaire de ses vêtements sacerdotaux, mais il n'en a pas eu le courage.

Aussi l'a-t-il prié, avant qu'il entre dans la caverne, de laisser ses vêtements en dehors afin qu'ils ne soient pas rendus impurs au cas où la grotte aurait contenu des tombeaux.

Aaron s'est exécuté, mais sans savoir les raisons de ce déshabillage.

Moïse et Aaron ont découvert dans la caverne à l'intérieur de laquelle ils avaient pénétré un lit, une table, un candélabre et un ange de service.

Aaron comprit alors que c'est là qu'il allait mourir, et il déclara accepter la décision de Hachem .

Au moment où Moïse sortit de la caverne, celle-ci disparut, et El‘azar sut à présent que son père n'était plus.

Revenu auprès des enfants d'Israël , Moïse a dû affronter leurs soupçons : N'avait-t-il pas assassiné son frère ?

Il supplia alors Hachem de montrer au peuple le lit sur lequel celui-ci était mort. Hachem fit droit à sa requête, et il retira en même temps les nuées de gloire qui, de par le mérite du défunt, accompagnaient les Hébreux depuis leur sortie d'Egypte.

Aussitôt leur sont devenus visibles le soleil et la lune, que ces nuées avaient dissimulés à leurs yeux et qu'ils n'avaient jamais pu voir jusque-là. Comme ils étaient tentés de les adorer, Hachem leur a rappelé le verset : « Et de peur que tu ne lèves tes yeux vers le ciel et que tu ne voies le soleil, et la lune et les étoiles, toute l'armée des cieux, et que tu ne te laisses pervertir et ne te prosternes devant eux… » ( Devarim 4, 19).

Cette mise en garde marque la fin du Midrach petirath Aharon .


-o-o-o-o-o-o-o-o-


Haftarath parachath ‘Houqath – Une haftara d'une brûlante actualité

L'essentiel de cette haftara est constitué par le discours que Jephté a tenu au roi des Ammonites, ennemis des enfants d'Israël,

Il avait envoyé une délégation auprès de ce monarque, avec mission de lui demander les raisons de son agressivité envers les enfants d'Israël .

Réponse du roi : « C'est parce qu'Israël a pris mon pays, quand il monta d'Egypte, depuis l'Arnon jusqu'au Yaboq et jusqu'au Jourdain ; et maintenant, rends-moi ces [contrées] en paix ! » (11, 13). Autrement dit : « Vous nous avez dépouillés de nos terres, et vous les occupez sans droit ni titre ! Il n'y aura pas de paix entre nous aussi longtemps que vous ne nous les aurez pas rendues ! »

On dirait aujourd'hui, autre temps même querelle : « La paix contre les territoires ! », proposition dont on a pu mesurer, ces dernières années, la dangereuse ambiguïté.

Jephté ne se laissa pas décourager par cette rebuffade, et il tenta une seconde fois de négocier. Il rappela aux Ammonites des données historiques indiscutables, celles qui avaient donné à Israël un droit irréfutable à la possession des territoires convoités par ses adversaires : Israël n'avait rien pris, ni à Moab, ni à Ammon, mais c'est Si‘hon, roi des Amorréens, qu'il avait combattu, et ce sont ses terres qu'il s'était approprié. Les Ammonites n'avaient pas à s'ingérer dans cette querelle, à laquelle ils étaient étrangers.

En clair, si Erets Yisraël est à nous, ce n'est pas parce que nous l'avons conquis, mais parce que Hachem nous l'a donné ! Aussi n'avons-nous pas le droit d'y renoncer.

Jacques KOHN zal

Reste des articles

La parabole de la semaine: Ki tavo

« Si tu obéis à la voix de l'Éternel, ton Dieu, observant avec soin tous ses préceptes, que je t'impose en ce jour, (…) Béni seras-tu à ton arrivée, et béni encore à ton départ! » (Devarim 28, 1-6)

Parachath Ki tavo – Béni dans la ville, et béni dans le champ.

Il est écrit, parmi les bénédictions de la parachath Ki tavo, que « tu seras béni dans la ville, et béni dans le champ » ( Devarim 28, 3), et plus loin que seront bénis « le fruit de ton ventre, le fruit de ton sol, le fruit de tes animaux, la portée de tes bœufs, les fécondités de ton menu bétail, ta corbeille et ta huche » (versets 4 et 5).

Israël-Biélorussie : annulation du visa

Les voyageurs israéliens se rendant en Biélorussie n’auront plus besoin de se procurer un visa. Cette nouvelle mesure entrera en vigueur le 26 novembre prochain grâce à un accord bilatéral qui vient d’être conclu entre Israël et la Biélorussie.

Ukraine : Inauguration du village pour réfugiés juifs

La situation en Ukraine est toujours aussi préoccupante mais le monde ne s’en émeut pas outre mesure, laissant les événements se poursuivre dans une indifférence quasi générale.

Eloul – ou comment ramener la Tora parmi nous, par Rav Dov Roth-Lumbroso

Eloul – ou comment ramener la Tora parmi nous

Le mois d’eloul nous prépare aux jours redoutables et à Soukoth, mais sa particularité est plus intense. A chaque date marquante de notre calendrier, nous « éprouvons » un événement vécu par nos ancêtres. 

Le président de la Knesset rencontre le secrétaire général de l’Onu

Youli Edelstein, à New York pour la quatrième Conférence mondiale des présidents de parlement organiséeà l’Onu, en a profité pour rencontrer le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon.

"La Knesset doit débattre du problème des terroristes libérés qui récidivent"

Meir Indor, directeur d’Almagor, organisation représentant les victimes du terrorisme, réclame la tenue d’une session spéciale à la Knesset pour évoquer le grave problème des récidivistes parmi les terroristes libérés dans le cadre des négociations avec les Palestiniens.

Le café juif de Shanghai rouvre ses portes

Un café servant de point de rencontre aux réfugiés juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, vient d’être reconstruit et rouvert à Shanghai où plus de 30 000 Juifs s’étaient installés entre les années 1933 et 1941. 

Que deviennent les messages du Kotel ?

Que deviennent les messages innombrables inscrits sur un bout de papier et glissés entre les pierres du Kotel par des fidèles ou des visiteurs, israéliens ou touristes ?

106e anniversaire du décès du Ben Ich Haï

Aujourd'hui date anniversaire du décès de Rabbi Yossef Haïm, plus connu sous le nom de Ben Ich Haï, décédé à Bagdad le 13 Eloul 5669 (1909).