parachath et haftarath 'Houqath : Le Midrach petirath Aharon

Un Midrach , appelé Midrach petirath Aharon (« Midrach de la mort de Aaron »), nous éclaire sur les circonstances de ce décès.

Accompagné de Moïse et El‘azar, Aaron a escaladé la montagne au sommet de laquelle il devait mourir, et ils se sont trouvés tous les trois devant une caverne.

Moïse a alors demandé à son frère de pénétrer dans cette caverne. Il aurait dû, sur l'ordre de Hachem , l'inviter à se défaire de ses vêtements sacerdotaux, mais il n'en a pas eu le courage.

Aussi l'a-t-il prié, avant qu'il entre dans la caverne, de laisser ses vêtements en dehors afin qu'ils ne soient pas rendus impurs au cas où la grotte aurait contenu des tombeaux.

Aaron s'est exécuté, mais sans savoir les raisons de ce déshabillage.

Moïse et Aaron ont découvert dans la caverne à l'intérieur de laquelle ils avaient pénétré un lit, une table, un candélabre et un ange de service.

Aaron comprit alors que c'est là qu'il allait mourir, et il déclara accepter la décision de Hachem .

Au moment où Moïse sortit de la caverne, celle-ci disparut, et El‘azar sut à présent que son père n'était plus.

Revenu auprès des enfants d'Israël , Moïse a dû affronter leurs soupçons : N'avait-t-il pas assassiné son frère ?

Il supplia alors Hachem de montrer au peuple le lit sur lequel celui-ci était mort. Hachem fit droit à sa requête, et il retira en même temps les nuées de gloire qui, de par le mérite du défunt, accompagnaient les Hébreux depuis leur sortie d'Egypte.

Aussitôt leur sont devenus visibles le soleil et la lune, que ces nuées avaient dissimulés à leurs yeux et qu'ils n'avaient jamais pu voir jusque-là. Comme ils étaient tentés de les adorer, Hachem leur a rappelé le verset : « Et de peur que tu ne lèves tes yeux vers le ciel et que tu ne voies le soleil, et la lune et les étoiles, toute l'armée des cieux, et que tu ne te laisses pervertir et ne te prosternes devant eux… » ( Devarim 4, 19).

Cette mise en garde marque la fin du Midrach petirath Aharon .


-o-o-o-o-o-o-o-o-


Haftarath parachath ‘Houqath – Une haftara d'une brûlante actualité

L'essentiel de cette haftara est constitué par le discours que Jephté a tenu au roi des Ammonites, ennemis des enfants d'Israël,

Il avait envoyé une délégation auprès de ce monarque, avec mission de lui demander les raisons de son agressivité envers les enfants d'Israël .

Réponse du roi : « C'est parce qu'Israël a pris mon pays, quand il monta d'Egypte, depuis l'Arnon jusqu'au Yaboq et jusqu'au Jourdain ; et maintenant, rends-moi ces [contrées] en paix ! » (11, 13). Autrement dit : « Vous nous avez dépouillés de nos terres, et vous les occupez sans droit ni titre ! Il n'y aura pas de paix entre nous aussi longtemps que vous ne nous les aurez pas rendues ! »

On dirait aujourd'hui, autre temps même querelle : « La paix contre les territoires ! », proposition dont on a pu mesurer, ces dernières années, la dangereuse ambiguïté.

Jephté ne se laissa pas décourager par cette rebuffade, et il tenta une seconde fois de négocier. Il rappela aux Ammonites des données historiques indiscutables, celles qui avaient donné à Israël un droit irréfutable à la possession des territoires convoités par ses adversaires : Israël n'avait rien pris, ni à Moab, ni à Ammon, mais c'est Si‘hon, roi des Amorréens, qu'il avait combattu, et ce sont ses terres qu'il s'était approprié. Les Ammonites n'avaient pas à s'ingérer dans cette querelle, à laquelle ils étaient étrangers.

En clair, si Erets Yisraël est à nous, ce n'est pas parce que nous l'avons conquis, mais parce que Hachem nous l'a donné ! Aussi n'avons-nous pas le droit d'y renoncer.

Jacques KOHN zal

Reste des articles

Lakewood : l'amour de la Torah prime sur les différences d'origine

Le fils unique du dirigeant de la célèbre yeshiva de Lakewood (Etats-Unis), rav Malkiel Kotler, s'est fiancé avec la fille du rav Shmouel Badoush, l'un des leaders de la communauté juive mexicaine. "Le Rosh Yeshiva a prouvé qu'aux Etats-Unis l'ascendance n'est plus un problème !", a déclaré l'un des assistants aux festivités.

Amsterdam : l'attaque au couteau dans un restaurant casher n'est pas un crime raciste (police)

Ce serait un "déséquilibré" qui aurait attaqué au couteau lundi soir dernier une femme qui dînait au Grand Café Rimon d'Amsterdam, a indiqué un porte-parole de la police néerlandaise à l'agence de presse JTA.

Kidoush Hashem en plein ciel

Un passager a fait un malaise au cours d'un vol entre Tel-Aviv et New York en fin de semaine. Un secouriste orthodoxe de l'organisation Hatzolah, qui voyageait lui aussi à bord de l'avion, s'est empressé de lui prodiguer les premiers soins, lui sauvant ainsi la vie.

« Le Rav Berland ne retournera pas cette semaine en Israël »

La semaine dernière, le site Kikar Hashabat annonçait le prochain retour en Israël du Rav Eliézer Berland, leader de la communauté Braslav 'Shouvou Banim'.

Décès, à 105 ans, d’un doyen de la Hassidout de Tsanz

Le Rav Noah Guershoni, l’un des doyens de la communauté hassidique de Tsanz, vient de décéder à Bnei Brak l’âge de 105 ans après une vie bien remplie par les nombreuses mitsvoth qu’il a accomplies.

Gateau au fromage

Pâte:

3 verres de farines
1 œuf
1 sachet de levure alsacienne
1 sachet de sucre vanillé
3/4 de verre d'huile
1 verre de sucre

Le Rav Avraham Yossef renonce à ses responsabilités sur la cacherouth de Holon

Les avocats du Rav Avraham Yossef ont annoncé cette semaine que leur client, qui est rabbin de Holon, cesserait toutes ses activités liées à la cacherouth dans sa ville.

La parabole de la semaine: Bamidbar

« Les enfants d'Israël se fixeront chacun dans son camp et chacun sous sa bannière, selon leurs légions. » (Bamidbar 1, 52). Le Midrach raconte que D.ieu se dévoila au Mont Sinaï, entouré par des légions d’anges, chacune avec son oriflamme. Les Bné Israël envièrent ce cortège, et il leur fut également accordé de se partager en quatre camps de trois tribus chacun, avec un fanion individuel à chaque tribu et de respecter cet ordre autour du Tabernacle, lors du campement ou en escorte lors des déplacements.

Parachath Bamidbar : Tabernacle et recensement

La parachath Bamidbar commence par l'ordre donné par Hachem aux enfants d'Israël de procéder à un recensement.
Ce n'est pas la première fois qu'il est mentionné une telle opération dans la Tora .