parachath et haftarath 'Houqath : Le Midrach petirath Aharon

Un Midrach , appelé Midrach petirath Aharon (« Midrach de la mort de Aaron »), nous éclaire sur les circonstances de ce décès.

Accompagné de Moïse et El‘azar, Aaron a escaladé la montagne au sommet de laquelle il devait mourir, et ils se sont trouvés tous les trois devant une caverne.

Moïse a alors demandé à son frère de pénétrer dans cette caverne. Il aurait dû, sur l'ordre de Hachem , l'inviter à se défaire de ses vêtements sacerdotaux, mais il n'en a pas eu le courage.

Aussi l'a-t-il prié, avant qu'il entre dans la caverne, de laisser ses vêtements en dehors afin qu'ils ne soient pas rendus impurs au cas où la grotte aurait contenu des tombeaux.

Aaron s'est exécuté, mais sans savoir les raisons de ce déshabillage.

Moïse et Aaron ont découvert dans la caverne à l'intérieur de laquelle ils avaient pénétré un lit, une table, un candélabre et un ange de service.

Aaron comprit alors que c'est là qu'il allait mourir, et il déclara accepter la décision de Hachem .

Au moment où Moïse sortit de la caverne, celle-ci disparut, et El‘azar sut à présent que son père n'était plus.

Revenu auprès des enfants d'Israël , Moïse a dû affronter leurs soupçons : N'avait-t-il pas assassiné son frère ?

Il supplia alors Hachem de montrer au peuple le lit sur lequel celui-ci était mort. Hachem fit droit à sa requête, et il retira en même temps les nuées de gloire qui, de par le mérite du défunt, accompagnaient les Hébreux depuis leur sortie d'Egypte.

Aussitôt leur sont devenus visibles le soleil et la lune, que ces nuées avaient dissimulés à leurs yeux et qu'ils n'avaient jamais pu voir jusque-là. Comme ils étaient tentés de les adorer, Hachem leur a rappelé le verset : « Et de peur que tu ne lèves tes yeux vers le ciel et que tu ne voies le soleil, et la lune et les étoiles, toute l'armée des cieux, et que tu ne te laisses pervertir et ne te prosternes devant eux… » ( Devarim 4, 19).

Cette mise en garde marque la fin du Midrach petirath Aharon .


-o-o-o-o-o-o-o-o-


Haftarath parachath ‘Houqath – Une haftara d'une brûlante actualité

L'essentiel de cette haftara est constitué par le discours que Jephté a tenu au roi des Ammonites, ennemis des enfants d'Israël,

Il avait envoyé une délégation auprès de ce monarque, avec mission de lui demander les raisons de son agressivité envers les enfants d'Israël .

Réponse du roi : « C'est parce qu'Israël a pris mon pays, quand il monta d'Egypte, depuis l'Arnon jusqu'au Yaboq et jusqu'au Jourdain ; et maintenant, rends-moi ces [contrées] en paix ! » (11, 13). Autrement dit : « Vous nous avez dépouillés de nos terres, et vous les occupez sans droit ni titre ! Il n'y aura pas de paix entre nous aussi longtemps que vous ne nous les aurez pas rendues ! »

On dirait aujourd'hui, autre temps même querelle : « La paix contre les territoires ! », proposition dont on a pu mesurer, ces dernières années, la dangereuse ambiguïté.

Jephté ne se laissa pas décourager par cette rebuffade, et il tenta une seconde fois de négocier. Il rappela aux Ammonites des données historiques indiscutables, celles qui avaient donné à Israël un droit irréfutable à la possession des territoires convoités par ses adversaires : Israël n'avait rien pris, ni à Moab, ni à Ammon, mais c'est Si‘hon, roi des Amorréens, qu'il avait combattu, et ce sont ses terres qu'il s'était approprié. Les Ammonites n'avaient pas à s'ingérer dans cette querelle, à laquelle ils étaient étrangers.

En clair, si Erets Yisraël est à nous, ce n'est pas parce que nous l'avons conquis, mais parce que Hachem nous l'a donné ! Aussi n'avons-nous pas le droit d'y renoncer.

Jacques KOHN zal

Reste des articles

Un membre du Hamas veut porter plainte à la Haye

Un membre du ‘parlement’ palestinien, représentant le Hamas, a proposé lors d’une session de publier les noms des gardiens de prison israéliens où sont détenus des terroristes et de les poursuivre auprès de la Cour internationale de justice de la Haye.

Une reporter israélienne importunée à Paris

Une reporter de la télévision israélienne a été injuriée dans la rue à Paris au moment où elle s’apprêtait à démarrer son intervention devant les caméras.

Ségoula pour la parnassa: La h'ala en forme de clef !

Il existe une coutume chez certaines familles juives de faire cuire la h’ala en forme de clef (ou d’en poser une sur la pâte) en l'honneur du Chabbat après Pessa'h. Une ségoula qui serait très bénéfique pour obtenir une bonne Parnassa. Tentons de trouver quelques sources à cette croyance.

Un Juif violemment agressé à New York

Grande émotion à New York : un juif de la Hassidout Habad a été agressé dans la nuit dans le quartier de Crown Heights. Son assaillant a finalement été neutralisé par des volontaires de l’organisation « Hashomerim ».

"Accident" à Jérusalem : la police privilégie la piste de l’attentat

Les enquêteurs qui mènent leurs investigations sur "l’accident"survenu mercredi soir à Jérusalem, causant la mort du jeune Shalom Yohaï Cherki z’l, privilégient la piste de l’attentat. La jeune fille qui a été blessée se trouve encore dans un état grave.

Les interviews de chiourim.com, Yom HaShoah : témoignage d’une rescapée

C’est une véritable leçon de vie et de foi en D. que nous livre dans ce témoignage Mme Ida Akerman-Tieder, pédiatre et psychanalyste. Originaire de Berlin, elle a vécu la guerre en France où ses parents ont été déportés. Animée d'une volonté de survivre et de se reconstruire, elle a su vaincre tous les obstacles en fondant un foyer plein de Tora avec son mari, le Dr Fred Akerman z’l, et ses trois enfants qui vivent aujourd’hui avec elles en Israël. Elle évoque cette période de sa vie dans un ouvrage : « Et tu raconteras à tes enfants », Editions Erez, 1995.  

interview réalisée par Claire Dana-Picard
 

Le fils du Rav Ouri Cherki tué à Jérusalem: attentat ou accident ?

Un chauffeur arabe de Jérusalem a renversé mercredi soir, vers 23h30, deux passants dans le quartier de Ramat Eshkol. Un homme de 25 ans et une jeune fille de 20 ans ont été grièvement blessés et transportés à l’hôpital Hadassah Ein Kerem.

Commémorations de la Journée de la Shoah

Les commémorations de la Journée de la Shoah ont débuté mercredi soir en Israël par une cérémonie solennelle à Yad Vashem en présence du président de l’Etat, du Premier ministre, des deux grands rabbins d’Israël et de nombreuses personnalités. Dans l’assistance se trouvaient également des rescapés de la tourmente avec leurs familles.