Un site pour les biens spoliés

Les Archives nationales américaines ont établi une base de données de tout le patrimoine « culturel » volé aux Juifs durant la Shoah.  C'est le résultat d’une coopération avec leurs homologues françaises, allemandes, belges et ukrainiennes.

Ce projet - qui réunit des millions de pages de documents et d’images numérisées documentant ces biens - a été officiellement mis en ligne jeudi dernier sur le portail internet commun crée pour l’occasion (www.archives.gov/research/holocaust/international-resources).
« La réalisation de ce projet fait de l'histoire un instrument de justice », a expliqué à l’AFP James Hastings, le coordinateur de ce programme aux Archives nationales de Washington.


Englobant onze organisations de sept pays différents, cette collaboration repose sur la participation d'institutions comme le Musée américain de l'Holocauste, la « Conference on Jewish Material Claims Against Germany » de New York (qui avait déjà un registre en ligne de 20 000 œuvres d'art), les Archives du Mémorial de la Shoah en France, ainsi que le Musée historique allemand.
Si beaucoup de ces documents ont déjà permis d'identifier et de restituer des biens spoliés, d'autres devraient permettre de nouvelles restitutions et dédommagements, ont indiqué les responsables internationaux des archives de plusieurs pays.


Le site référence recense ainsi des tableaux, de l’argenterie, des livres rares ou de simples bibelots. On peut par exemple voir défiler les photographies numérisées d’objets volés, qui vont de simples « supports de potiche » à « des panneaux de lambris sculptés », ou même « des lampadaires ».

Il aura fallu quinze ans pour recenser tous ces biens appartenant à des Juifs et sur lesquels les Allemands et leurs alliés avaient fait main basse. « La majorité des objets volés ont été rendus à leurs propriétaires ou à leurs héritiers, mais il y en a encore beaucoup dont on ne sait pas à qui ils appartiennent, confirme Hans Dieter Kreikamp, le directeur des archives allemandes à Berlin. Ce qui peut aider les gens à identifier certains objets qu'ils avaient dans leur famille, dont ils avaient un souvenir, mais pas de preuve précise d'appartenance ».Par Serge Golan en partenariat avec Hamodia.fr

Reste des articles

Le président de la Knesset rencontre le secrétaire général de l’Onu

Youli Edelstein, à New York pour la quatrième Conférence mondiale des présidents de parlement organiséeà l’Onu, en a profité pour rencontrer le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon.

"La Knesset doit débattre du problème des terroristes libérés qui récidivent"

Meir Indor, directeur d’Almagor, organisation représentant les victimes du terrorisme, réclame la tenue d’une session spéciale à la Knesset pour évoquer le grave problème des récidivistes parmi les terroristes libérés dans le cadre des négociations avec les Palestiniens.

Le café juif de Shanghai rouvre ses portes

Un café servant de point de rencontre aux réfugiés juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, vient d’être reconstruit et rouvert à Shanghai où plus de 30 000 Juifs s’étaient installés entre les années 1933 et 1941. 

Que deviennent les messages du Kotel ?

Que deviennent les messages innombrables inscrits sur un bout de papier et glissés entre les pierres du Kotel par des fidèles ou des visiteurs, israéliens ou touristes ?

106e anniversaire du décès du Ben Ich Haï

Aujourd'hui date anniversaire du décès de Rabbi Yossef Haïm, plus connu sous le nom de Ben Ich Haï, décédé à Bagdad le 13 Eloul 5669 (1909).

Les parents d’Avraham Mengistu demandent au Hamas de le libérer


Lorsqu’en septembre dernier, le jeune Avraham Mengistu a franchi le passage donnant accès à la bande de Gaza, les soldats israéliens n’ont pas réagi parce qu’ils pensaient qu’il s’agissait d’un Arabe. Mais le jeune homme est un Juif éthiopien.

Agoudath Israël: Yaakov Litzman autorisé à devenir ministre de la Santé

Le conseil des Sages de la Tora de l’Agoudath Israël s’est réuni jeudi matin pour débattre des moyens de réduire la profanation du Shabbat dans le pays et pour décider si Yaakov Litzman pouvait devenir ministre.  

Devinette: J’ai oublié son nom…

Dans quel cas y a-t-il une différence, pour un objet qui a été offert à une synagogue, selon que l’on se souvient du nom du donateur ou qu’on l’a oublié ?

Pour connaitre la réponse cliquer sur en savoir plus