Un site pour les biens spoliés

Les Archives nationales américaines ont établi une base de données de tout le patrimoine « culturel » volé aux Juifs durant la Shoah.  C'est le résultat d’une coopération avec leurs homologues françaises, allemandes, belges et ukrainiennes.

Ce projet - qui réunit des millions de pages de documents et d’images numérisées documentant ces biens - a été officiellement mis en ligne jeudi dernier sur le portail internet commun crée pour l’occasion (www.archives.gov/research/holocaust/international-resources).
« La réalisation de ce projet fait de l'histoire un instrument de justice », a expliqué à l’AFP James Hastings, le coordinateur de ce programme aux Archives nationales de Washington.


Englobant onze organisations de sept pays différents, cette collaboration repose sur la participation d'institutions comme le Musée américain de l'Holocauste, la « Conference on Jewish Material Claims Against Germany » de New York (qui avait déjà un registre en ligne de 20 000 œuvres d'art), les Archives du Mémorial de la Shoah en France, ainsi que le Musée historique allemand.
Si beaucoup de ces documents ont déjà permis d'identifier et de restituer des biens spoliés, d'autres devraient permettre de nouvelles restitutions et dédommagements, ont indiqué les responsables internationaux des archives de plusieurs pays.


Le site référence recense ainsi des tableaux, de l’argenterie, des livres rares ou de simples bibelots. On peut par exemple voir défiler les photographies numérisées d’objets volés, qui vont de simples « supports de potiche » à « des panneaux de lambris sculptés », ou même « des lampadaires ».

Il aura fallu quinze ans pour recenser tous ces biens appartenant à des Juifs et sur lesquels les Allemands et leurs alliés avaient fait main basse. « La majorité des objets volés ont été rendus à leurs propriétaires ou à leurs héritiers, mais il y en a encore beaucoup dont on ne sait pas à qui ils appartiennent, confirme Hans Dieter Kreikamp, le directeur des archives allemandes à Berlin. Ce qui peut aider les gens à identifier certains objets qu'ils avaient dans leur famille, dont ils avaient un souvenir, mais pas de preuve précise d'appartenance ».Par Serge Golan en partenariat avec Hamodia.fr

Reste des articles

Emotion: un secouriste rencontre l’enfant qu’il a sauvé !

C’était un moment d’émotion intense : un bénévole de l’association Ihoud Hatsalah est allé rendre visite à l’hôpital à un enfant de 5 ans qu’il venait de sauver.

Sydney : une Hanoukia géante près du lieu de la prise d'otages

Le centre Habad de Sydney a décidé d’annuler les festivités accompagnant habituellement l’allumage d’une des bougies de Hanouka sur la place Martin en raison de la tragédie récente survenue dans le café Lindt, à quelques mètres de là.

Shehem : la tombe de Yossef à nouveau vandalisée

Une fois de plus, la tombe de Yossef, dans la ville de Shehem (Samarie), a été vandalisée. Les centaines de fidèles venus prier sur le site à l’occasion de Hanouka, ont découvert les dégâts sur place et se sont mis au travail pour les réparer. (צילום: מאיר ברכיה)

Le plus gros beignet de 'Hanoukah au monde !

Avis  à tous les gourmands !
A l'occasion de la fête de Hanoukah, le plus gros beignet au monde a été confectionné à Jerusalem.
Et les proportions sont garguantuesques !

HANOUKA : les lumières de l’infini

Nous savons que les lumières de ‘Hanouka symbolisent l’éclat de la Sagesse divine, face à l’assimilation ténébreuse de la culture hellénique. Dans ce texte, inspiré des écrits de rav Its’hak Hutner zatsal, un aspect remarquable de cet éclat est précisément… mis en lumière.

Après l’allumage de la ‘Hanoukia, nous prononçons une formule dans laquelle apparaissent les mots suivants : « Ces bougies sont sacrées, nous n’avons pas le droit d’en profiter mais seulement de les voir ».

L’oléiculture, une pratique juive ancestrale

Des dizaines de pressoirs à olives ont été découverts dans le Golan, comme autant de preuves d'une présence juive dans la région depuis des millénaires. Il en est de même en Galilée, et dans le sud du pays. Résultats : de plus en plus de producteurs juifs suivent les traces de leurs ancêtres et se lancent dans la production d’huile d’olive pure dans la plus « pure » tradition. 

‘Hanouka – de la transmission au miracle, par le Rav Dov Roth-Lumbroso

En ce mois de kislev¸ tentons de cerner ce que nous nous apprêtons à commémorer lors de la fête de ‘Hanouka.
Elle a été fixée en souvenir du miracle de la fiole d’huile d’olive pure qui a brûlé huit jours au lieu d’un, et qui a ainsi laissé le temps d’en préparer une nouvelle pour l’allumage de la menora (Chabbath 21b).

Mais la victoire remportée par la poignée d’Hasmonéens sur la puissante armée grecque n’a-t-elle pas été plus décisive ?!

Le miracle de la fiole d’huile

Lorsqu’on opère un rapide tour d’horizon sur l’histoire du peuple juif, on remarque que les miracles ne manquent pas. Dans les circonstances les plus diverses et variées, D.ieu Se manifesta aux hommes en modifiant les lois de la nature, à chaque fois de manière plus ou moins prodigieuse.

Dijon : un automobiliste écrase des piétons en criant Allah Ou Akhbar

L’attentat perpétré à Dijon ressemble en tous points à ceux qu’Israël a connus ces derniers temps. Un homme au volant de sa voiture a foncé sur la foule et a écrasé onze personnes en hurlant « Allah Ou Akbar ».