Un site pour les biens spoliés

Les Archives nationales américaines ont établi une base de données de tout le patrimoine « culturel » volé aux Juifs durant la Shoah.  C'est le résultat d’une coopération avec leurs homologues françaises, allemandes, belges et ukrainiennes.

Ce projet - qui réunit des millions de pages de documents et d’images numérisées documentant ces biens - a été officiellement mis en ligne jeudi dernier sur le portail internet commun crée pour l’occasion (www.archives.gov/research/holocaust/international-resources).
« La réalisation de ce projet fait de l'histoire un instrument de justice », a expliqué à l’AFP James Hastings, le coordinateur de ce programme aux Archives nationales de Washington.


Englobant onze organisations de sept pays différents, cette collaboration repose sur la participation d'institutions comme le Musée américain de l'Holocauste, la « Conference on Jewish Material Claims Against Germany » de New York (qui avait déjà un registre en ligne de 20 000 œuvres d'art), les Archives du Mémorial de la Shoah en France, ainsi que le Musée historique allemand.
Si beaucoup de ces documents ont déjà permis d'identifier et de restituer des biens spoliés, d'autres devraient permettre de nouvelles restitutions et dédommagements, ont indiqué les responsables internationaux des archives de plusieurs pays.


Le site référence recense ainsi des tableaux, de l’argenterie, des livres rares ou de simples bibelots. On peut par exemple voir défiler les photographies numérisées d’objets volés, qui vont de simples « supports de potiche » à « des panneaux de lambris sculptés », ou même « des lampadaires ».

Il aura fallu quinze ans pour recenser tous ces biens appartenant à des Juifs et sur lesquels les Allemands et leurs alliés avaient fait main basse. « La majorité des objets volés ont été rendus à leurs propriétaires ou à leurs héritiers, mais il y en a encore beaucoup dont on ne sait pas à qui ils appartiennent, confirme Hans Dieter Kreikamp, le directeur des archives allemandes à Berlin. Ce qui peut aider les gens à identifier certains objets qu'ils avaient dans leur famille, dont ils avaient un souvenir, mais pas de preuve précise d'appartenance ».Par Serge Golan en partenariat avec Hamodia.fr

Reste des articles

De la viande dans des conserves de légumes ?

Pour la presse française, l’introduction de viande en petite quantité dans des légumes en boite de conserve pose un problème aux végétariens. Mais pour la communauté juive, cela remet en cause la cacherouth du produit s’il figure sur la liste.  

Tournée en Italie d’une délégation du Centre rabbinique européen

Les dirigeants du Centre rabbinique européen ont effectué cette semaine une tournée dans plusieurs villes d’Italie en compagnie du Rav Avraham Yossef, rabbin séfarade de Holon et membre du conseil du grand rabbinat d’Israël.

USA : de la viande de porc sur un monument de la Shoah

Des inconnus ont profané un monument érigé en souvenir de victimes de la Shoah dans le cimetière de Pride of Lynn dans le Massachussetts, aux Etats-Unis, en y plaçant de la viande de porc.

Une copie très rare d’un manuscrit du Rambam au Musée d’Israël

Une copie très rare du manuscrit du Michné Tora du Rambam, ornée d’enluminures, est arrivée cette semaine en Israël pour être exposée au Musée d’Israël à partir de jeudi.

Nouveau à YERUSHALAIM: Chiourim et permanences

Le Rav Dov Roth-Lumbroso est heureux de vous annoncer la mise en place de chiourim et permanences:

Dans nos nouveaux locaux au 58 rue King Georges Jérusalem:

  • Chiour de Guemara tous les mercredis soirs à 18h30 à partir du mercredi 27 Mai.
  • Permanence AlloRav tous les mardis de 11h30 à 13h30 ou sur RDV .
  • A la synagogue Ohel Nechama Rue Chopin:

  • Chiour de Guemara tous les dimanches soirs à 20h15.
  • Polémique autour de l’interrupteur de Shabbat

    Dans une lettre publiée dans le journal Yeted Neeman, plusieurs rabbins orthodoxes s’opposent à l’utilisation de ‘l’interrupteur de Shabbat’ fabriqué aux USA, appelé ‘KosherSwitch’, dont l’utilisation aurait été autorisée, selon ses créateurs, par plusieurs rabbanim.

    Comment capter les voix célestes

    La période de Pessa’h à Chavou‘oth constitue sous certains aspects une seule et même fête (telle est d’ailleurs l’opinion de Ramban), au fil de laquelle, affranchis de l’esclavage considéré sous toutes ses facettes, y compris les plus modernes, nous nous préparons fébrilement à recevoir la Tora, qui nous permettra de canaliser et d’exploiter à bon escient notre liberté recouvrée.

    La Meguilat Ruth à Chavouot

    La place de la Meguilath Ruth dans le texte biblique soulève de nombreux problèmes, et notamment celui qui nous invite à nous demander pourquoi il y occupe une place indépendante, alors que son contenu s'inscrit dans une continuité historique beaucoup plus large, celle du livre des «Juges» et du premier livre de Samuel.

    Selon beaucoup de Richonim , c'est le lien de filiation entre Ruth et le roi David qui justifie à la fois cette autonomie et la lecture de ce livre pendant Chavouoth , jour de la naissance et de la mort de ce monarque.