Un site pour les biens spoliés

Les Archives nationales américaines ont établi une base de données de tout le patrimoine « culturel » volé aux Juifs durant la Shoah.  C'est le résultat d’une coopération avec leurs homologues françaises, allemandes, belges et ukrainiennes.

Ce projet - qui réunit des millions de pages de documents et d’images numérisées documentant ces biens - a été officiellement mis en ligne jeudi dernier sur le portail internet commun crée pour l’occasion (www.archives.gov/research/holocaust/international-resources).
« La réalisation de ce projet fait de l'histoire un instrument de justice », a expliqué à l’AFP James Hastings, le coordinateur de ce programme aux Archives nationales de Washington.


Englobant onze organisations de sept pays différents, cette collaboration repose sur la participation d'institutions comme le Musée américain de l'Holocauste, la « Conference on Jewish Material Claims Against Germany » de New York (qui avait déjà un registre en ligne de 20 000 œuvres d'art), les Archives du Mémorial de la Shoah en France, ainsi que le Musée historique allemand.
Si beaucoup de ces documents ont déjà permis d'identifier et de restituer des biens spoliés, d'autres devraient permettre de nouvelles restitutions et dédommagements, ont indiqué les responsables internationaux des archives de plusieurs pays.


Le site référence recense ainsi des tableaux, de l’argenterie, des livres rares ou de simples bibelots. On peut par exemple voir défiler les photographies numérisées d’objets volés, qui vont de simples « supports de potiche » à « des panneaux de lambris sculptés », ou même « des lampadaires ».

Il aura fallu quinze ans pour recenser tous ces biens appartenant à des Juifs et sur lesquels les Allemands et leurs alliés avaient fait main basse. « La majorité des objets volés ont été rendus à leurs propriétaires ou à leurs héritiers, mais il y en a encore beaucoup dont on ne sait pas à qui ils appartiennent, confirme Hans Dieter Kreikamp, le directeur des archives allemandes à Berlin. Ce qui peut aider les gens à identifier certains objets qu'ils avaient dans leur famille, dont ils avaient un souvenir, mais pas de preuve précise d'appartenance ».Par Serge Golan en partenariat avec Hamodia.fr

Reste des articles

Les Kapparots avec Bnei Torah/AlloRav sous la direction du Rav Dov Roth-Lumbroso

Chers amis

 
En cette veille de Yom Kippour, toute l'équipe de Bnei Torah, les 30 Dayanaims et Rabbanims du service AlloRav et
moi même tenons à vous souhaiter tout le meilleur pour vous et
vos proches. Nous vous remercions pour votre fidélité et espèrons
pour tout le peuple d'Israel une Hatima tova.

Vous pouvez nous transmettre l'argent que vous avez utilisé pour les kapparots.
 
Vous pouvez effectuer vos Kapparots de Kippour par notre intermédiaire
directement en ligne en cliquant ici http://minu.me/-ykipour
 
ainsi vous contribuez à propager la Torah dans le monde.
Votre nom sera mentionné et vous serez bénis depuis Jérusalem. Vous recevrez un recu CERFA a partir de 15 Euros.
 
Indiquez vos noms dans les remarques ou par mail à contact at chiourim.com
DERNIER DELAI VENDREDI 15H00
 
Rav Dov Roth-Lumbroso

Vous pouvez nous joindre au 0142404805

Le Saint Ari Zal recommandait toujours de réaliser la belle tradition des Kapparot, comme il avait été stipulé dans tous les livres saints. Cette  belle tradition est la certitude d’une belle année, pleine de réussite matérielle et spirituelle, d’une bonne parnassa et une excellente santé.

Comment réaliser la mitsva des Kapparot :
La tradition est de prendre la veille de Kippour une poule ou de l’argent et de lire les prières des Kaparot.  L’argent des kapparot sera ensuite distribué aux pauvres ( la tradition est d’offrir en Tsédaka le prix d’une poule soit environ  7 euros par personne) 
Pour vous aider à réaliser cette belle mitsva, nous vous proposons d’être votre intermédiaire et de prier pour vous. 
Vous pouvez inscrire le nombre de personnes et vos noms hebraiques et les noms de vos proches dans les remarques.
 1 Faites un don Paypal  dont la somme est égal aux nombres de personnes  ( Min 7 euros par personne).  (Nous vous delivrerons un recu Cerfa à partir de 15 euros

Pour ceux qui nous consultent depuis l'application Chiourim, vous pouvez faire vos kapparots en cliquant sur l'onglet "à propos" et faire un Don

  
Vous pouvez également nous envoyer votre demande ( et les noms des personnes concernées) par chèques à l'adresse suivante :
Association Bnei Torah
 193 Avenue Jean Jaures
75019 Paris

Roch hachana : Nous sommes tous des beinonim par le Rav Dov Roth-Lumbroso

Cours vidéo donné par le Rav Dov Roth Lumbroso sur les mois d'Eloul et de Tichri

Yom Kippour Le Chabath des Chabaths ? Par le Rav Dov Roth-Lumbroso

Il est écrit à propos de Yom Kippour : « C’est pour vous un Chabbath des Chabbaths(Chabbath chabbathon), et vous opprimerez vos âmes » (Wayiqra 16, 31).
Le jour de Kippour est donc appelé le Chabbath des Chabbaths.
L’origine étymologique du mot Chabbath est double...

L'origine des kaparoth

Quelle est l’origine des Kaparoth que certains pratiquent la veille de Yom Kippour ? S’agit-il d’un rite ou d’une superstition ?
Certaines personnes ont pour habitude, la veille de Yom Kippour, de faire tournoyer autour de leur tête un coq (pour les hommes) ou une poule (pour les femmes). La formule qu’elles récitent à cette occasion traduit l’idée que ce volatile recueillera nos péchés et que sa mort procurera leur absolution.

Des rabbins et des médecins débattent : un malade peut-il jeûner Yom Kippour ?

L’obligation de jeûner le jour de Kippour a été décrétée directement par la Tora, contrairement aux autres jeûnes d’origine rabbinique, et cela donne à cette journée un caractère tout particulier et extrêmement solennel.

Même pour le jeûne du 9 Av, considéré comme très important, les malades ont souvent droit à des dérogations.
 
Mais pour Kippour, seuls ceux dont la vie serait en danger s’ils se privent de nourriture ou, pour les femmes enceintes, risquent de perdre leur enfant, sont autorisés à consommer des aliments dans certaines conditions bien définies par la Halakha.
 
C’est pour débattre de toutes ces questions que ce sont réunis ce dimanche des dizaines de médecins et de rabbins. Ils ont été invités à tenir leur débat dans le Bet Hamidrach du Rav Acher Weiss, directeur de la Yechiva Darkei Tora. Le Rav Weiss, qui est Possek, est régulièrement consulté par l’hôpital Chaarei Tsedek pour résoudre des questions de Halakha. 

Aux institutions Bnei Torah, le problème a été résolu car le service AlloRav est là pour cela avec son équipe de Rabbanims et de Médecins. Le service est joignable en France, en Israël et au Canada/USA.
Voici les numéros pour nous joindre
France 0825 660 660
Israel: 0747 268 268
USA/Canada  1 514 800 6222

N'hésitez pas à  nous appeler !! 

Quelques réflexions sur Yom Kippour

La coutume des Kaparot, pourquoi jeuner , qui est l'Accusateur, comment effacer nos fautes ? voilà quelques uns des thèmes abordés dans cet article consacré au grand jour de Yom Kippour

Selihot dans la résidence du président de l’Etat

C’est un événement. Cela faisait des années qu’il n’y  avait pas eu de Selihot dans la résidence présidentielle de Jérusalem. Le nouveau président de l’Etat d’Israël a donc innové en organisant ces prières à quelques jours à peine de Rosh Hashana.

Mort accidentelle ou acte terroriste ?

Netanel Arami, 26 ans et père de deux enfants, aurait été assassiné. C’est ce que soupçonne à présent la police après avoir établi, il y a deux semaines, que sa chute mortelle était accidentelle.

Selihot ferventes au Kotel

Des milliers de fidèles se sont rassemblés au cours de la nuit au Kotel, sous la conduite du Rav Shmouel Eliahou, pour réciter ensemble les Selihot avec une ferveur particulière.