Le Dr Shadman Zaman, 25 ans, est natif du Bangladesh, pays musulman qui n’entretient pas de relations diplomatiques avec Israël. En outre, pas un seul Juif ne vit sur son territoire.

Par ailleurs, selon la loi de cet Etat, considéré comme l’un des plus antisémites du monde, il est formellement interdit aux citoyens de se rendre en Israël. Le Bangladesh, précisons-le, est l’un des 29 États membres de l’ONU qui ne reconnaît pas l’Etat d’Israël.

Malgré ce contexte, le Dr Zaman affirme être un sioniste convaincu et son rêve le plus cher est de devenir juif.

Il a effectué un premier voyage en Israël en février dernier avec un passeport du Bangladesh. Quelques mois plus tard, il s’est rendu une nouvelle fois dans le pays, invité par l’Organisation sioniste mondiale, et a été reçu notamment par le président de l’Etat Ruby Rivlin.

Installé aujourd’hui au Royaume Uni où il exerce sa profession, il ne peut plus rentrer au Bangladesh où il risque d’être accusé de trahison et de purger une longue peine de prison. Ses parents ne sont autorisés à faire le voyage en Angleterre pour le voir que deux fois par an.

Il a indiqué au site Ynet : « J’ai grandi comme sioniste. Au Bangladesh, on m’a inculqué la haine d’Israël. Mais mon grand-père était le premier bangladais sioniste et il m’a incité, lorsque j’étais enfant, à m’intéresser au sionisme et à sa culture rejetée par mon pays ». Il a poursuivi plus tard sa découverte d’Israël à travers les livres qu’il a lus sur le sujet.

« En 2016, j’ai quitté mon pays pour la Grande-Bretagne, a-t-il raconté, et un mois avant de décéder, mon grand-père m’a demandé d’aller visiter Israël. Je suis allé à l’ambassade d’Israël pour solliciter un visa et je l’ai obtenu. C’était la première fois qu’un citoyen du Bangladesh se rendait en Israël avec un passeport de son pays. J’en connais d’autres qui ont fait ce voyage mais avec un passeport étranger ».

Cet amour d’Israël l’a tout naturellement conduit à l’amour du judaïsme. « L’histoire du peuple juif m’a toujours fasciné, a-t-il expliqué, et je crois en la Tora. Je suis impressionné par le fait que le peuple juif ait survécu malgré toutes les persécutions qu’il a subies et c’est pour cette raison que j’ai décidé de partager son destin et de me convertir ».

Il a ensuite confié que c’était en Angleterre qu’il avait vu des Juifs pour la première fois de sa vie. Il a ajouté : « Je veux faire mon Alya un jour. En attendant, je défends les positions d’Israël en pratiquant la Hasbara et je lutte également contre l’antisémitisme qui se développe au Royaume Uni ».

Récemment, le docteur Zaman a participé à Londres au ‘séminaire annuel de lutte contre l’antisémitisme et le BDS’ de l’Organisation sioniste mondiale. On le voit même dans un clip pro-israélien du mouvement StandWithUs dénonçant l’action de boycott du BDS qui a été vu près de 150 000 fois *.

Il espère qu’un jour proche, le Bangladesh acceptera enfin d’établir des relations diplomatiques avec Israël, ce qui lui permettrait d’y retourner librement. « Le Bangladesh aurait tout à gagner à nouer ces liens, comme l’Inde », a-t-il estimé.

Claire Dana-Picard

*