Le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas était l’invité, vendredi, du président de la République française qui l’a reçu à l’Elysée, à Paris.

Accueilli chaleureusement par Emmanuel Macron, Abbas a déclaré notamment, au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue à l’issue de l’entretien, que ‘les États-Unis n’étaient plus un médiateur honnête dans le processus de paix’.

Furieux contre le président US Donald Trump qui a reconnu Jérusalem comme capitale de l’Etat d’Israël le 6 décembre dernier, Abbas a ajouté que les Palestiniens ‘n’accepteraient aucun plan présenté par les USA’. Il a ensuite prétendu que les Etats-Unis s’étaient ‘disqualifiés eux-mêmes’.

De son côté, Macron a estimé que les Américains s’étaient ‘marginalisés’. Il  faisait lui aussi allusion à la décision des États-Unis concernant Jérusalem. Rappelons que la France fait partie des nombreux pays qui ont voté tout récemment en faveur d’une résolution condamnant la reconnaissance américaine.

Macron a ensuite confirmé qu’il comptait se rendre au Proche-Orient en 2018. Abbas ayant appelé de ses vœux une ‘implication française’, Macron a précisé qu’il écartait toute idée de reconnaissance unilatérale par la France d’un État palestinien. Il a toutefois estimé ‘qu’il n’y avait pas d’alternative à la solution des deux Etats’ et pas non plus de ‘solution sans accord entre les parties sur Jérusalem’.

Claire Dana-Picard