La stèle érigée à Lyon en mémoire des enfants juifs d’Izieu victimes du nazisme a été profanée en début de semaine. Cet acte a suscité des réactions indignées en France.

Le président de la République Emmanuel Macron  l’a qualifié ‘d’indigne et de lâche’ et a promis ‘qu’il ne resterait pas impuni’.  Le président régional de l’association des Filles et Fils de déportés juifs de France Jean Lévy a indiqué que la stèle avait été brisée et arrachée.

Il a ajouté qu’elle serait reconstruite et que son association allait porter plainte avec la mairie de Lyon.

Le ministre français de l’Intérieur Gérard Collomb, chargé des relations avec les cultes, a estimé quant à lui qu’il s’agissait d’un acte ‘lâche et odieux‘ qui ‘heurtait la mémoire des victimes et constituait un affront aux valeurs de la République’.

Les 44 enfants juifs d’Izieu, issus de différents pays (Allemagne, Autriche, Belgique, France et Algérie), s’étaient réfugiés dans une maison située dans une commune du département de l’Ain, transformée en colonie de vacances, pour échapper aux persécutions nazies.

Malheureusement, le 6 avril 1944, des hommes de la Gestapo conduits par le sinistre Klaus Barbie, surnommé le ‘boucher de Lyon’ en raison de ses nombreux crimes, sont arrivés sur les lieux et ont arrêté les 44 enfants et les 7 adultes qui les encadraient. Expédiés à Drancy, ils ont ensuite été déportés vers le camp de la mort d’Auschwitz où ils ont tous été assassinés. Le plus jeune était âgé de 4 ans.

Claire Dana-Picard