Pour la première fois, Limmud a organisé une journée de rencontre avec les Juifs de Caracas, capitale du Venezuela, en Amérique Latine. Plus de 700 personnes se sont déplacées pour y assister. Les organisateurs ont été agréablement surpris du nombre des participants qui dépassait largement leurs prévisions.

Fondée en Grande-Bretagne en 1980, Limmud est un organisme de bienfaisance et d’éducation qui a pour but d’aider les Juifs à retrouver leurs racines et leurs traditions. Il organise des événements dans plus de 80 villes dans 40 pays.

La situation des Juifs vénézuéliens est assez difficile. Plus des deux tiers d’entre eux ont quitté le pays depuis 1999, lors de l’arrivée au pouvoir du président Hugo Chavez. La communauté juive, qui comptait jusque-là près de 22 000 membres, n’en a plus aujourd’hui que 7 000 sur une population totale de 29 millions d’habitants. Certains sont montés en Israël et d’autres ont émigré à Miami ou en Espagne.

Sous le régime du président Chavez, le Venezuela était considéré comme le pays le plus antisémite d’Amérique du Sud. Des synagogues et des centres culturels juifs ont été pris d’assaut par des milices armées qui ont profané les locaux.

Chavez, qui était proche du régime iranien et soutenait avec véhémence la cause palestinienne, s’exprimait de façon particulièrement virulente sur les Juifs. Son successeur Nicolas Maduro, qui a pris le pouvoir après la mort de Chavez, adopte plus ou moins les mêmes positions.

Malgré tout, les organisateurs de Limmud ont estimé que ‘la communauté juive semblait plus active que jamais’. Pour preuve, le nombre important de participants à l’événement dont le slogan était : ‘Explorez le judaïsme à votre façon’. Le public a pu choisir parmi une trentaine d’activités d’une grande diversité.

Claire Dana-Picard