On ne compte plus les mensonges proférés par le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à l’étranger. Le 27 avril dernier, l’observatoire des médias palestiniens PMW (Palestinian Media Watch) indiquait que les allégations d’Abbas, qui affirmait avoir stoppé les versements de ‘salaires’ aux détenus terroristes, étaient fausses.  

PMW précisait que l’AP avait clamé qu’elle s’était pliée aux exigences des donateurs internationaux  et avait annoncé en novembre 2014 que ces paiements avaient cessé. Mais en fait, PMW avait découvert que les sommes continuaient à être octroyées aux terroristes détenus dans des prisons israéliennes.

La semaine dernière, un nouveau débat a eu lieu sur la question au parlement norvégien. Evoquant les informations apportées par PMW, le chef de la diplomatie norvégienne s’est engagé à faire pression sur Abbas lors de leur rencontre pour que celui-ci fasse enfin cesser ces paiements.

Au cours de l’entretien, Abbas a été confronté aux preuves irréfutables présentées par PMW et n’a pu nier les faits, admettant que les ‘salaires’ étaient toujours versés aux terroristes emprisonnés par Israël en raison de leurs activités criminelles. Que lui restait-il donc à faire devant une telle évidence ? Il n’a rien trouvé de mieux que d’affirmer que les sommes versées ‘ne provenaient pas des dons norvégiens’.

Le ministre Børge Brende a raconté la scène: “Lors de notre entrevue, j’ai insisté sur le fait que son programme de soutien qui prévoit d’augmenter la somme versée en fonction de la durée de la détention est inacceptable et devrait être aboli. Dans sa réponse, Abbas a répété qu’il m’assurait que les fonds norvégiens ne seraient pas utilisés pour financer ce programme’…
 
Claire Dana-Picard