La chambre basse, ou chambre des députés, du parlement tchèque a décidé de reconnaître la définition internationale de l’antisémitisme. La résolution a été adoptée vendredi dernier au cours d’une session réunie à l’occasion de la Journée internationale dédiée au souvenir des victimes de la Shoah.

Cette définition, proposée par l’IHRA (International Holocaust Remembrance Alliance), a déjà été entérinée par les gouvernements d’un grand nombre d’Etats européens. Parmi eux, on peut citer l’Allemagne, la Grande Bretagne, l’Autriche, la Roumanie et la Bulgarie.

Bien qu’elle ne soit pas contraignante sur le plan juridique, le porte-parole de la chambre basse Radek Vondracek a estimé qu’elle serait susceptible d’aider les autorités lorsque celles-ci doivent traiter de crimes haineux.

Cette définition, approuvée en 2016, précise que l’antisémitisme est ‘une certaine perception des Juifs, qui peut s’exprimer par la haine envers les Juifs’. Précisons, dans ce contexte, que le Parlement européen a voté en 2017 une résolution appelant les Etats membres et leurs institutions à adopter cette définition de l’antisémitisme. On peut souligner aussi que l’antisémitisme en République tchèque est assez rare.

Claire Dana-Picard