L’Allemagne va indemniser des survivants de la Shoah qui ont pu échapper aux griffes des Nazis grâce à leur transfert au début de la Seconde Guerre mondiale, alors qu’ils étaient encore des enfants, en Grande Bretagne.

C’est ce qu’a annoncé lundi matin le rabbin Julius Berman, président de la Claims Conference, précisant que les négociations avec le gouvernement allemand s’étaient achevées et qu’un accord avait été conclu en faveur de ces rescapés qui avaient fui l’Allemagne en tant que réfugiés dans les Kindertransports.

Ce terme, qui signifie ‘transports d’enfants’, est le nom attribué à une série d’opérations de sauvetage menées entre 1938 et 1940, qui ont permis d’évacuer des enfants juifs âgés de moins de 17 ans, menacés par les persécutions en Allemagne et dans des pays annexés par l’Allemagne comme l’Autriche et la Tchécoslovaquie, et de les emmener en Angleterre.

Alors que la situation des Juifs vivant sous le troisième Reich s’aggravait, au moment des événements de la Nuit de Cristal (Kristallnacht), des familles juives ont commencé à chercher des moyens de sauver leurs enfants en les envoyant en lieu sûr. C’est  ainsi que plus de 10 000 jeunes ont pu échapper à l’horreur, en trouvant refuge en Grande Bretagne.

Cela a entraîné des scènes déchirantes sur les quais de gare, alors que des parents se séparaient de leurs enfants. Dans de nombreux cas, malheureusement, ils les voyaient pour la dernière fois.

Le rabbin Berman a déclaré qu’il n’avait jamais perdu l’espoir de parvenir à cette issue historique. Il a ajouté : « L’accord survient à l’occasion du 80e anniversaire du début de cette action salvatrice ».

La fondation Kinderstransport sera ouverte le 1e janvier 2019 par la Claims Conference. A partir de cette date, il sera possible de soumettre gratuitement des demandes d’indemnisation, même en Israël. Certains survivants ont déjà reçu des indemnités par le passé, dans les années 50, mais ces versements n’empêcheront pas ceux qui y ont droit de bénéficier de ces nouvelles compensations. Les critères ont été définis par le gouvernement allemand.

Claire Dana-Picard