Moché rabbénou amène sur l’Egypte la première plaie, et tout le pays est rempli de sang. A leur tour, les magiciens transforment eux aussi l’eau en sang. Puis, c’est la plaie des grenouilles qui s’abat sur les égyptiens. Les magiciens réussissent à nouveau à imiter les actes de Moché et génèrent eux aussi des grenouilles. Ce n’est qu’après la troisième plaie, les poux, que les magiciens restent impuissants et doivent avouer leur défaite,  » Le doigt de D.ieu est là! « . Rabbi Sim’ha Fam explique à l’aide de la parabole suivante pourquoi D.ieu a-t-il voulu que les deux premières plaies soient imitables. 

Un peintre de grand talent vivait dans une petite ville de la province polonaise. Il ressentait un ardent désir d’exposer ses œuvres. Or, les critiques artistiques de sa ville n’étant pas à la hauteur, il opta pour la capitale de son pays, Varsovie, où il espérait devenir célèbre. Après une mure réflexion, il décida qu’il resterait ainsi un grand peintre national, mais cela ne lui suffisait pas. Il désirait être reconnu à l’échelle internationale comme le Van Gogh de son époque, et il se rendit finalement à Paris, où les meilleurs artistes se rencontraient.
Toutefois, il comprit qu’en revenant dans sa ville natale, les médailles qu’il rapporterait de Paris ne sauraient être estimées à leur juste valeur que si les habitants auraient une notion du niveau artistique de Paris.
Les plaies qui s’abattirent sur l’Egypte avaient pour but de diffuser la grandeur d’Hachem,  » Afin que tu saches que nul n’égale l’Éternel notre D.ieu. » (Chémot 8, 7)
Ce projet devait se réaliser en Egypte, qui était à l’époque une super puissance, où foisonnaient les sages, les devins et les magiciens. » Dix mesures de magie sont venues sur terre. Neuf d’entre elles ont été accaparées par l’Egypte  » (Kidouchin 49b).
Il fallait donc démontrer l’impuissance des savants égyptiens face à la volonté divine, afin que tous acceptent la supériorité de D.ieu.
Or, il est possible que des années plus tard, les gens oublieront la splendeur égyptienne, et jetteront un regard dédaigneux sur l’Egypte, comme un pays sous-développé. Ils accuseront le retard culturel de l’Egypte d’être la cause de sa perte.
C’est la raison pour laquelle Hachem a voulu que les magiciens imitent Moché lors des deux premières plaies, pour montrer leur talent et ce dont ils étaient capables, et malgré cela, ils périrent.  Par Chalom C.,en partenariat avdc Hamodia.fr