Les deux grands rabbins d’Israël, Rav David Lau et Rav Itshak Yossef, ont participé cette semaine au sixième congrès des dirigeants des religions traditionnelles du monde qui s’est tenu, comme les fois précédentes, à Astana, au Kazakhstan, sous l’impulsion du président du pays, Nursultan Nazarbayev.

Les deux autorités rabbiniques israéliennes ont été accueillies, à leur arrivée au Kazakhstan mardi soir, par les membres de la communauté juive locale conduits par leur grand rabbin, Rav Yeshaya Cohen.

Parmi les participants, on comptait des douzaines de chefs religieux venus notamment des Etats-Unis, d’Etats européens, d’Iran, de la Corée du Sud, et d’Arabie Saoudite.

L’événement, qui a duré deux jours, mercredi et jeudi, avait pour but ‘d’émettre des messages de paix, de respect mutuel et de tolérance’. Cette conférence a lieu tous les trois ans. Cette année, elle avait pour slogan : « Les dirigeants religieux pour un monde sans danger ».

L’événement a été relaté par le site Hamodia en anglais qui a indiqué que le Rav Itshak Yossef, invité à prendre la parole, a reproché aux leaders religieux du monde de s’être abstenus de condamner les attaques terroristes. « Lorsqu’il y a des attaques terroristes, a-il souligné, nos voix en tant que leaders spirituels doivent être entendues haut et fort. Il est interdit pour nous de garder le silence »

Son allocution a été longuement applaudie et plusieurs leaders sont venus le féliciter pour ses propos.

Le Rav David Lau, qui est également monté à la tribune, a choisi pour sujet de son intervention la liberté religieuse en Israël. Il a indiqué : « A Jérusalem, toutes les religions sont représentées de la meilleure façon possible et avec un respect mutuel. Lorsque je prie au Kotel, des Juifs et des non-Juifs du monde entier prient à mes côtés ».

Il a tenu par ailleurs à évoquer l’attentat terroriste perpétré en début de semaine, au cours duquel deux Israéliens ont été sauvagement assassinés. « Dimanche dernier, a-t-il rappelé, un meurtre odieux a eu lieu dans la zone industrielle de Barkan, symbole de la coexistence entre des Juifs et des résidents de l’Autorité palestinienne qui travaillent côte à côte ».

« Deux Juifs ont été assassinés par leur collègue parce qu’ils étaient juifs, a-t-il précisé. Malheureusement, nous n’avons pas encore entendu une condamnation ferme des guides religieux concernant cet acte. Chacun d’entre nous doit avoir pour tâche de rentrer dans sa patrie et d’enseigner la paix et le respect mutuel. Lorsque nous y parviendrons, je suis convaincu que des actions dans cette direction permettront de réduire l’hostilité et le terrorisme à travers le monde ».

Claire Dana-Picard