Une nouvelle manifestation particulièrement violente de jeunes orthodoxes a éclaté dimanche soir à Jérusalem, devant le centre de recrutement de Tsahal, en réaction à l’arrestation d’une jeune fille du quartier de Har Nof.

Ce mouvement de protestation a dégénéré après l’arrivée de centaines d’extrémistes qui ont affronté les policiers. Les effectifs des forces de l’ordre, composées notamment de gardes-frontières, ont été augmentés pour pouvoir faire face à la foule en colère et l’empêcher, entre autres, d’entrer dans les bureaux de l’armée.

Lorsque certains contestataires ont commencé à lancer sur les policiers des pierres et des débris de verre, ces derniers ont reçu l’ordre de leurs supérieurs de mettre leur casque et ont riposté en faisant usage de grenades incapacitantes.

Le porte-parole de la police a donné des détails sur ces incidents, précisant qu’il s’agissait de ‘troubles de l’ordre public massifs auxquels les policiers avaient dû faire face pendant des heures, recevant des projectiles de toutes parts’. Il a ajouté que quatre policiers avaient été légèrement blessés. En conclusion, il a indiqué qu’il considérait que ‘ce comportement était particulièrement grave et qu’il comptait interroger les organisateurs à ce sujet’.

Du côté des protestataires, il y aurait également quatre blessés. Le Ihoud Hatsala de Jérusalem a annoncé au total huit blessés (manifestants et policiers), légèrement ou moyennement atteints, auxquels les premiers soins ont été prodigués sur place par des secouristes et par des équipes d’ambulanciers dépêchés sur les lieux.

Claire Dana-Picard