Pour la cinquième fois, des rabbins et des présidents de communautés de diaspora se sont retrouvés ce dimanche à Jérusalem pour leur congrès annuel organisé par le département des affaires religieuses de diaspora au sein de l’Organisation sioniste mondiale (OSM) dirigé par le Rav Yehiel Wasserman.

Interviewé par Aroutz Sheva, le Rav Wasserman a expliqué l’importance de cette conférence, soulignant qu’elle avait pour objectif essentiel de ‘réaliser des rencontres entre les différents participants venus du monde entier à Jérusalem pour qu’ils puissent tenir des débats, prendre conseil et discuter entre eux’. Par ailleurs, a-t-il estimé, ‘cela leur permet d’élargir leurs horizons et de découvrir de nouveaux outils qui les aideront dans leur travail quotidien’.

Le Rav Wasserman a ajouté qu’il avait également été prévu au programme une journée de visites sur le terrain,  précisant que cette année, les invités s’étaient rendus dans la Vallée du Jourdain, guidés par le général de réserve Ouzi Dayan, et avaient longé la frontière avec la Jordanie, découvrant ainsi les enjeux sécuritaires auxquels était confronté l’Etat d’Israël.

Il a ensuite expliqué que malgré les différences entre eux en fonction du lieu où ils exerçaient, les rabbins et les chefs de communauté avaient des préoccupations communes. Il a cité notamment le problème des Juifs qui dans certains pays ‘devaient cacher leur appartenance religieuse à cause d’un antisémitisme ambiant’ ou celui, très grave aussi, de l’assimilation.

Le Rav Wasserman a indiqué qu’il était en contact permanent avec la majorité des rabbins de diaspora. Saluant le travail qu’ils accomplissaient, il a souligné qu’ils devaient souvent faire face à de grandes difficultés : « Notre tâche consiste avant tout à leur apporter notre soutien, a-t-il conclu, alors qu’ils œuvrent sans relâche pour préserver l’identité du peuple juif ».

Claire Dana-Picard