Il aura suffi que le président américain Donald Trump annonce qu’il envisageait de reconnaître publiquement que Jérusalem était la capitale de l’Etat d’Israël pour que les esprits s’échauffent côté palestinien.

Les forces de sécurité israéliennes seraient déjà sur la défensive, s’attendant à un déferlement de violence suite à une telle déclaration du président US. D’après le quotidien israélien Yedioth Aharonoth, l’administration américaine aurait donné comme instruction à ses représentations diplomatiques au Proche-Orient de faire preuve d’une vigilance accrue.

Donald Trump a toutefois annoncé le report de sa décision concernant le transfert de l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem.

C’est ce qu’a indiqué dans la nuit (de lundi à mardi) Hogan Gidley, l’un des porte-parole de la Maison Blanche, qui a précisé que le président se prononcerait sur la question ‘dans les prochains jours’.

Selon les estimations d’experts aux USA, Trump devrait évoquer le sujet mercredi au cours de son discours à la nation en déclarant que les Etats-Unis reconnaissent Jérusalem comme capitale de l’Etat d’Israël. Il pourrait alors ajouter que ‘la décision concernant le transfert de l’ambassade est repoussée de six mois’.

Il ne faut pas oublier dans ce contexte que le Congrès américain a adopté en 1995 une loi stipulant que l’ambassade américaine devait être installée à Jérusalem. Mais la démarche a été régulièrement reportée, comme le permet une clause de cette loi : depuis deux décennies, les présidents successifs ont signé régulièrement, tous les six mois, une dérogation pour maintenir l’ambassade américaine à Tel Aviv. Ils l’ont déjà fait à 35 reprises !!

Claire Dana-Picard