Des centaines de personnes ont assisté, en début d’après-midi, aux obsèques du grand rabbin du Maroc, Rav Aharon Monsonego, décédé dans la nuit à l’hôpital Shaarei Tsedek. Il était âgé de 90 ans.

Il a été enterré au cimetière du Har Hamenouhot, dans le quartier de Guivat Shaoul à Jérusalem, en présence de sa famille et de nombreux fidèles.

Le grand rabbin de Jérusalem, Rav Shlomo Amar, ancien grand rabbin séfarade d’Israël, qui connaissait le Rav Monsonego depuis son enfance, a pris la parole pour lui rendre un dernier hommage.

Interviewé par le site d’Aroutz Sheva, le Rav Amar a confié qu’il avait rencontré pour la première fois le Rav Monsonego lorsqu’il avait 12 ans. « J’étudiais alors à la Yeshiva ‘Neveh Shalom’ de Casablanca. Il était responsable de l’éducation juive religieuse au Maroc et il effectuait des visites à la Yeshiva pour contrôler l’enseignement et le niveau des élèves ».

Il a ajouté : « Il a toujours veillé à ce qu’une Torah authentique nous soit transmise et il s’assurait que les enfants étudient dans de bonnes conditions ».

Le Rav Amar a également souligné que le Rav Monsonego était en relations étroites avec les Guedolei Hador, les grandes personnalités rabbiniques de l’époque. L’on sait qu’il était notamment en contact avec le Rav Ovadia Yossef, et discutait avec lui de cas épineux qu’il devait résoudre en tant que président du tribunal rabbinique du Maroc.

Le Rav Monsonego laisse une belle descendance qui suit le chemin qu’il a tracé : des enfants, des petits-enfants, des arrière-petits-enfants et même plusieurs arrière arrière-petits-enfants.

Yehi Zih’ro Barouh’.

Claire Dana-Picard