Cours audio : Omer...Chavouot par le Rav Frankforter

Cours audio :
Omer...Chavouot
par le  Rav Frankforter

Reste des articles

Crash : Zaka participe aux recherches dans les Alpes

La délégation israélienne de Zaka, qui s’est envolée lundi matin pour la France, est déjà sur le terrain du crash de l’Airbus où 150 personnes ont trouvé la mort. Parmi les victimes figure un Israélien, Eyal Baum z’l, qui vivait à Barcelone.

Le ministre de la Défense à Kfar Habad

Le village de Kfar Habad a accueilli ce lundi un invité important : le ministre de la Défense Moshé Yalon. (Photo Israel Belizovski)

PESSAH: Korekh et H'ad Gadya

Le soir du Sédèr , après avoir consommé la matsa et le maror , on procède à une nouvelle consommation de ceux-ci, sous la forme, cette fois, de ce que l'on appelle parfois le «sandwich de Hillel».

On enveloppe un morceau de la taille requise de maror dans deux morceaux de la matsa du dessous, et l'on consomme le tout en s'accoudant après avoir dit:

Les quatre coupes de vin

Nos Sages instituèrent que l’on boive quatre coupes de vin ou jus de raisin au cours de la soirée du Séder, et imposèrent cette pratique aussi bien aux femmes qu’aux enfants ayant atteint « l’âge de l’éducation ».

Deux Sifré Tora au nouveau collège de la police

Deux Sifré Tora ont été introduits dans la synagogue du nouveau collège national de la police qui se trouve à Bet Shemesh. La cérémonie a eu lieu en présence du Rav Itshak Yossef, grand rabbin séfarade d’Israël, et du commandant en chef de la police nationale, Yohanan Danino.

Inculpation d’un Arabe de Jérusalem qui a rejoint Daech

Un Arabe de Jérusalem, titulaire de la carte d’identité israélienne, aurait rejoint les rangs de Daech et séjourné en Syrie.

La Matsa, pain de misère ou pain de libération ?

La Tora présente la matsa comme un «pain de misère» ( léhem oni  Devarim 16,3), et pourtant toute la fête de Pessah l'associe à la libération de nos ancêtres lorsqu'ils sont sortis d'Egypte.

D'où la question: Si la matsa est un pain de misère, pourquoi cette nourriture est-elle indissociable de l'épisode de la libération?

Quel est le sens des préparatifs de Pessa‘h ? Par le Rav Dov Roth-Lumbroso

Rien, dans la Tora, ne ressemble aux prescriptions liées au ‘hamets pendant Pessa‘h. En consommer une miette, en posséder ou en tirer profit y est interdit, alors que, le reste de l’année, tout cela est autorisé, voire obligatoire – le Chabbath, par exemple, où nous devons, à chaque repas, faire le motsi sur deux pains. Dans notre tradition, il symbolise l’inclination au mal : Le levain fait gonfler la pâte, l’emplit de « vide », tout comme le yétser hara’ profite de la vacuité de l’homme pour l’inciter à pécher.

Né musulman, mort en combattant juif

Une commémoration très particulière a eu lieu dimanche au cimetière de Netanya. Elle rendait hommage à Barouh’ Mizrahi, jeune combattant du Etsel, qui a été tué pendant les combats qui ont précédé la proclamation de l’Indépendance d’Israël.